France Dimanche > Actualités > Gad Elmaleh : Il a fraudé le fisc !

Actualités

Gad Elmaleh : Il a fraudé le fisc !

Publié le 21 février 2015

L’enquête du journal Le Monde porte sur ceux qui ont placé une partie de leurs � revenus en Suisse � pour échapper à l’impôt. Parmi les personnalités mises en cause : l’humoriste Gad Elmaleh…

« Je rêve d’une banque qui soit faite spécialement pour moi. Je rêve d’une banque… », déclamait-il, il y a quelque temps, dans une publicité aussi célèbre que raillée… Ce spot ne passe plus sur nos écrans, Gad Elmaleh ayant laissé d’autres que lui vanter les exceptionnelles qualités de LCL.

Si, au moment de la diffusion de cette pub, les internautes avaient enflammé les réseaux sociaux, les commentateurs se gaussant de l’humoriste, jugé pathétique et pas drôle, cette volée de critiques n’était rien à côté de celle qui, depuis une semaine, court sur la Toile !

On pourrait croire à un acharnement contre celui à qui tout semble réussir depuis ses débuts sur scène en 1997, et qui peut se vanter d’avoir conquis le cœur de l’une des plus belles femmes de Monaco…

Pourtant, il faut bien avouer que les faits qui sont reprochés au héros de Hors de prix, un film au titre prémonitoire sorti en 2006, n’ont, semble-t-il, rien d’une cabale ou d’un complot monté de toutes pièces pour lui nuire…

Scandale

L’affaire a été révélée par le journal Le Monde la semaine dernière au terme d’une longue enquête baptisée SwissLeaks, portant sur des comptes ouverts en Suisse, entre 2005 et 2007, par des personnalités de tous bords et de toutes nationalités. Parmi ces hommes et ces femmes connus qui ont illégalement transféré des fonds dans ce pays, dans le but d’échapper au fisc, on trouve notamment le roi du Maroc, Mohammed VI, l’acteur américain John Malkovich, le coiffeur Jacques Dessange et, vous l’aviez deviné, Gad Elmaleh !

Gad Elmaleh portraitUne révélation qui a stupéfait les fans de celui qui, le 8 janvier 2013, postait sur son compte Twitter : « Cette année, je rejoins Les Enfoirés à Bercy pour les Restos du cœur. Ensemble pour aider les plus démunis. »

Difficile, après la divulgation de ce scandale d’évasion fiscale impliquant l’acteur et réalisateur, d’en vouloir à cet internaute qui déclare : « Gad Elmaleh, Les Enfoirés c’est bien. Mais il existe un autre moyen d’aider les pauvres. Ça s’appelle les impôts. Essaye ! », ou à cet autre, plein d’amertume, qui dénonce : «Vendeur chez LCL mais tricheur chez HSBC ».

Tricheur et menteur : en effet, en 2009, au début de l’enquête, alors que le ministre du Budget de l’époque demandait à tous ceux qui possédaient un compte en Suisse de se faire connaître de l’administration avant le 31 décembre, lors d’une interview à la télévision helvétique, Gad Elmaleh avait assuré, ses beaux yeux bleus plantés dans l’objectif de la caméra, qu’il n’était pas concerné. Allant même jusqu’à plaisanter sur ceux qui devraient aller se dénoncer avant la fin de l’année !

Cachet

Mais, bien qu’il soit inexcusable de la part d’un artiste de tenter de se faire oublier du fisc, il faut tout de même avouer que, sur les 180,6 milliards d’euros qui ont transité à Genève sur les comptes de la banque HSBC, celui de l’interprète de La vérité si je mens ! n’était crédité « que » de 80 000 euros. Une somme relativement modeste par rapport à celles qu’ont placées les 3 000 ressortissants français mis en cause dans cette enquête…

Et, au regard des 100 000 comptes clients concernés à l’échelle internationale par cette triste affaire, la somme cachée en Suisse par le comique fait figure de goutte d’eau dans l’océan ! D’autant que, selon les enquêteurs, l’humoriste a depuis longtemps régularisé sa situation avec le fisc français.

Ironie du sort : selon une source proche du dossier, pour sa prestation si critiquée dans les spots LCL, le comédien de 43 ans aurait demandé un cachet équivalent au montant des impôts qu’il avait à payer cette année-là… Toutefois, en ces temps de rigueur et d’austérité, le comportement de ceux qui, comme Gad Elmaleh, enfreignent les lois afin d’amasser toujours plus ne prête vraiment pas à rire…

Clara Margaux

À découvrir