France Dimanche > Actualités > Geneviève de Fontenay : "C'est la grand-mère idéale !"

Actualités

Geneviève de Fontenay : "C'est la grand-mère idéale !"

Publié le 15 mai 2011

Pour sa 15e édition, la présidente du concours Geneviève de Fontenay a recruté une jurée de choix. Une ancienne Miss, comme elle !Pour sa 15e édition, la présidente du concours Geneviève de Fontenay a recruté une jurée de choix. Une ancienne Miss, comme elle !

C'est dimanche 22 mai, au palais de la Méditerranée à Nice, à partir de 14 heures, que les 12 finalistes, accompagnées de leurs familles et de leurs supporters, se produiront devant le jury de l'élection de la Super Mamie France, composé entre autres de Julie Pietri, Corinne Touzet, Michel La Rosa, Christian Delagrange et Julie Arnold.

Pour cette quinzième édition, Fabienne Ollier, la présidente fondatrice de l'événement, a reçu un soutien de taille : celui de Geneviève de Fontenay.

La dame au chapeau en personne a accepté avec enthousiasme de remettre l'écharpe à la lauréate 2011. Nous avons rencontré ces deux femmes d'exception qui, outre leur talent d'organisatrices de concours, ont des parcours étrangement similaires et nourrissent une véritable admiration mutuelle.

->Voir aussi - Geneviève de Fontenay : Elle nous dévoile tous les secrets de son concours

Interview de Fabienne Ollier

France Dimanche (F.D.) : Adolescente, vous avez vous-même remporté un concours de beauté ?

Fabienne Ollier (F.O.) : C'était à l'époque du feuilleton de Frédérique Hébrard et Louis Velle, La demoiselle d'Avignon. La ville cherchait sa demoiselle. J'avais 14 ans, et il a fallu mentir sur mon âge pour que je puisse concourir. Et j'ai été élue première dauphine lors de cette manifestation qui se déroulait dans un cadre fastueux, le palais des Papes. À partir de là, tout s'est enchaîné : le président des commerçants a voulu me présenter à l'élection organisée par la famille Ricard à Marseille. J'ai remporté ce deuxième concours. Si j'avais continué, j'aurais représenté Marseille à l'élection de Miss France 1978. Maman n'a pas voulu, elle craignait, à juste titre, que je néglige mes études. Elle me voyait institutrice. J'ai raté l'entrée à l'École normale, mais j'ai obtenu un BTS de tourisme, qui ne m'a pas servi à grand-chose car ensuite, durant quinze ans, j'ai organisé des défilés de mode partout en France. Je gagnais très bien ma vie, mais à la naissance de mon fils, j'ai décidé de concrétiser ce rêve qu'est pour moi le concours Super Mamie. Chaque élection est un vrai challenge. Chaque année, tout est à recommencer. Je ne roule pas sur l'or, mais je fais ce qu'il me plaît. C'est un vrai bonheur de réussir à vivre selon mes choix, sans avoir eu besoin de rien demander à personne. Aujourd'hui, je suis bien dans ma tête.

F.D. : Auriez-vous aimé avoir une mère comme Geneviève de Fontenay ?

F.O. : Oui. Peut-être que l'expérience de Geneviève m'aurait aidé à commettre moins d'erreurs, à trouver ma voie plus rapidement. Quand maman tremblait pour moi, qu'elle me disait : « Ce n'est pas un métier d'avenir », Geneviève m'aurait certainement encouragée à foncer !

F.D. : Quelles sont les qualités que vous admirez chez Geneviève ?

F.O. : C'est une femme de tête et de cœur, d'un professionnalisme absolu. J'aime bien sa proximité avec les gens... Elle représente pour moi la Super Mamie idéale. J'admire son dynamisme : elle a un emploi du temps de ministre et elle trouve le moyen de montrer toute son affection à ses petits-enfants. Je lui tire mon chapeau !

Interview de Geneviève de Fontenay

France Dimanche (F.D.) : Geneviève, vous avez accepté de participer à l'élection de Super Mamie France 2011.

Geneviève de Fontenay (G.d.F.) : Oui, le 22 mai, je remettrai l'écharpe de la Super Mamie et j'en suis très heureuse. Je suis cet événement depuis quinze ans, grâce à votre journal auquel je suis abonnée. Le plus souvent, je le lis dans mon lit. Ces femmes sont formidables. Fabienne Ollier a un bon créneau : celui des femmes qui ne se laissent pas dépasser par l'âge. Il y a quelque chose de sain dans cette manifestation. De plus, j'ai beaucoup d'affection pour Sophie Darel (la co-présentatrice de l'événement), qui a traversé bien des épreuves avec le sourire et une pêche exceptionnelle.

F.D. : C'est la première fois que vous rencontrez Fabienne Ollier. Vous savez qu'elle aurait pu concourir au titre de Miss France en 1978 ?

G.d.F. : Je lui ai dit : « Vous auriez fait une belle Miss », et d'ailleurs, je trouve qu'elle est toujours une très belle femme.

F.D. : Auriez-vous aimé avoir une fille comme Fabienne ? À la même question, elle a répondu qu'elle aurait adoré vous avoir comme mère.

G.d.F. : J'en suis très flattée, et moi aussi j'aurais aimé avoir une fille comme Fabienne. Au fond, depuis cinquante ans, vous savez, j'ai des filles : mes Miss, ce sont toutes mes filles !

F.D. : Vous participez à l'élection du 22 mai parce que vous aussi, vous êtes une super mamie !

G.d.F. : Je suis très proche de mes petites-filles, les enfants de Xavier. Adèle a 15 ans et Agathe 10. Elles sont très fières de leur mamie quand leurs amies leur parlent de moi. Je regrette seulement de ne pas pouvoir leur consacrer plus de mon temps.

Dominique Préhu

Les 12 candidates

Josette Laugier 68 ans, Île-de-France
Cette retraitée de la Sécurité sociale est une bricoleuse doublée d'une cuisinière hors pair, très engagée auprès des enfants hospitalisés.

Hélène Guidicelli 81 ans Nice/Côte d'Azur
Ancienne dame de compagnie, cette fan de Dalida est une adepte du bénévolat, particulièrement pour les personnes âgées.

Geneviève Blanquart 61 ans, Nord-Pas-de-Calais
Après avoir été ouvrière dans le textile, cette femme dynamique se consacre maintenant à sa passion pour la danse et le fitness.

Josette Reverchon 65 ans, Franche-Comté
En plus de seconder son mari dans son entreprise, Josette est aussi la chanteuse de The New Jewels, un groupe fondé dans les années 60 qui s'est reformé en 2003.

Josette Ricard 76 ans, Roussillon
Cette Perpignanaise est une hyperactive qui adore les voyages. De plus, le bénévolat fait partie de sa vie depuis quarante ans.

Joëlle Mansuy 50 ans, Lorraine
Cette mamie moderne qui ne quitte jamais son iPhone et actualise régulièrement sa page Facebook est gérante d'un restaurant et bénévole dans une association scolaire.

"Fabienne aurait fait une belle Miss France. Et c'est toujours une très belle femme"

Annie Le Du 61 ans, Bretagne
Secrétaire à la retraite, cette Bretonne est présidente du cercle celtique de Quimper Keltiad, qu'elle a fondé en 1971.

Josette Duarte 71 ans, Picardie
Sportive accomplie, cette retraitée des assurances aime la country, l'équitation et participe à des jeux télévisés.

Mireille Mathey 63 ans, Guadeloupe
Cette pâtissière encore en activité est une excellente danseuse de biguine. Elle lutte activement contre la violence et la drogue.

Nhi Nguyen 64 ans, Haute-Garonne
Malgré des soucis de santé, cette Française d'origine vietnamienne aime cuisiner des plats de son pays natal et pratique la danse latino.

Malika Gasrel 61 ans, Rhône-Alpes
Cette Drômoise enseigne le sport. Elle dirige également une troupe de théâtre, La guinguette.

Françoise Jovin 71 ans, Auvergne
La famille est une valeur centrale pour cette passionnée de bourrée qui se produit accompagnée par son mari à l'accordéon.

Dominique Préhu

À découvrir

Sur le même thème