France Dimanche > Actualités > Geneviève de Fontenay : " Devenir Miss France, c'est un vrai marathon ! "

Actualités

Geneviève de Fontenay : " Devenir Miss France, c'est un vrai marathon ! "

Publié le 3 décembre 2004

Oui, cela fait déjà plus d'un demi-siècle que l'infatigable Geneviève de Fontenay se dévoue corps et âme pour faire rayonner, au-delà de nos frontières, l'image de la plus belle fille de France.

Cinquante-quatre ans de Miss France, 54 ans de passion, 54 ans de «sacerdoce » au service de la beauté et de l'élégance. C'est cette extraordinaire aventure que retrace La saga Miss France, un superbe album qui paraît aux éditions MFG, à la veille de l'élection de Miss France 2005, ce 4 décembre à Tours, en direct sur TF1.

Une fois encore, la Dame au chapeau aura la fierté et le bonheur de présenter celle que le jury, présidé par Francis Huster, et des millions de téléspectateurs auront choisie pour porter l'écharpe et la couronne tant convoitées. Mais avant d'en arriver là, que d'épreuves, que de sélections!

«Oui, nous explique Geneviève de Fontenay, devenir Miss France n'est pas à la portée de la première venue. C'est un véritable marathon ! Contrairement à ce que l'on pourrait penser, il ne suffit pas d'être jolie pour avoir ses chances. Les jeunes femmes doivent aussi avoir de la répartie et être intelligentes.»

->Voir aussi - Geneviève de Fontenay : Son bouleversant testament d'amour

Voilà pourquoi, à travers toute la France et les DOM-TOM, les délégués régionaux du Comité Miss France se décarcassent pour présenter à la sélection finale des candidates bien dans leur tête, bien dans leur corps, capables d'affronter sans la moindre gêne micros, caméras, et plateaux de télé...

Mais ce n'est pas tout ! Au cours de leurs quatre semaines de préparation intensive, les Miss ont dû passer l'épreuve redoutée du «psycho-test».

Une vingtaine de questions portant sur leur personnalité aussi bien que sur leur culture générale : Sélection «Pour certaines, explique Geneviève de Fontenay, ce test peut être rédhibitoire. Si une prétendante ne sait pas qui est le maire de Paris ou situer une grande ville comme Marseille sur la carte de France, il est évident qu'elle sera écartée d'office de la sélection des douze finalistes.»

Une sélection qui se fait trois jours avant l'élection en présence de Geneviève, de son fils, Xavier de Fontenay, du réalisateur de l'émission, Gérard Pullicino, de la chorégraphe Laura Trêvés, mais aussi d'une dizaine d'intervenants majeurs du concours Miss France.

Dans un entretien individuel, chaque candidate doit en effet répondre à une batterie de questions dont les réponses permettront au jury d'évaluer leur aptitude à donner la meilleure image d'elles mêmes. L'image d'une reine de beauté. Mais de quelle province viendra cette reine cette année ? Réponse samedi soir !

La candidate idéale

Pour Geneviève de Fontenay, qui, mieux que personne, sait de quoi elle parle, la candidate idéale serait une jeune fille qui serait parée à la fois de toutes ces qualités : la classe de Mareva Galanter, la beauté de Sonia Rolland, l'élégance d'Élodie Gossuin, l'intelligence de Sylvie Tellier, la bonne humeur de Corinne Coman et la spontanéité de Laëtitia Bléger.

Jean Sebaux

À découvrir