France Dimanche > Actualités > Geneviève de Fontenay : "Je suis passée au bloc pour la première fois !"

Actualités

Geneviève de Fontenay : "Je suis passée au bloc pour la première fois !"

Publié le 26 juin 2009

Geneviève de Fontenay, la dame au chapeau, revient pour nous sur ses problèmes de santé et sa victoire juridique...

La voilà enfin soulagée ! Tout d'abord parce que sa Miss France 2009, Chloé Mortaud, garde sa couronne, mais aussi parce qu'aujourd'hui Geneviève de Fontenay a retrouvé toute sa mobilité ! En effet, depuis de nombreux mois, ses hanches la faisaient terriblement souffrir.

Aujourd'hui, en exclusivité pour France Dimanche, la célèbre dame au chapeau évoque les événements qui, ces derniers temps, ont troublé son existence...

->Voir aussi - Geneviève de Fontenay : Je suis marraine d'un petit cambodgien

France Dimanche : Le 12 juin dernier, le tribunal de grande instance de Nanterre rendait son jugement en faveur de Miss France 2009, Chloé Mortaud qui garde sa couronne. Une décision qui a dû vous faire plaisir !

Geneviève de Fontenay : Oui. Heureusement que Chloé reste Miss France. Ça aurait été très dur si elle avait été destituée. C'est la première fois qu'une dauphine ( Marine Beaury, 1ère dauphine de Chloé Mortaud en élection régionale Albigeois-Midi-Pyrénées, ndlr ) considère que l'émission est truquée et intente un procès ! Même si tout cela nous a coûté très cher ( 20.000 euros ), on reconnaît désormais, avec ce jugement, que les élections Miss France sont transparentes, qu'il n'y a aucune tricherie et que tout est conforme. Ce qui est grave, c'est que la pauvre Chloé en a pris plein la tête pendant cinq mois. Elle a été élue le 6 décembre et il a fallu attendre le 12 juin pour avoir le jugement ! Fort heureusement, cela ne l'a pas pénalisée, elle était récemment invitée au Festival de Cannes, ou encore aux 24 Heures du Mans...

F. D. : Vous avez été contrainte de renflouer les comptes du Comité Miss France...

G. d. F. : Oui, le comité s'est un peu retrouvé sur la paille avec cette histoire. Heureusement Virginie Calmels ( PDG d'Endemol, propriétaire de la Société Miss France, ndlr ) m'a appelée pour m'annoncer que sa société allait subvenir, à hauteur de 7.000 euros, aux frais de procès. Elle me retire une épine du pied ! Nous voilà repartis pour un tour et le comité va pouvoir se renflouer puisqu'en septembre et octobre, nous allons assurer vingt-sept galas en province.

F. D. : Mais vous venez de vous faire opérer !

G. d. F. : Oui, pour la première fois de ma vie, je suis passée au bloc ! J'avais des douleurs dans l'aine qui me faisaient très mal. Il y a quelques mois, lors d'un gala à Bordeaux, j'ai eu du mal à me relever de mon fauteuil. J'ai donc pris la décision de me faire opérer des hanches. Après avoir fait des radios, nous nous sommes aperçus que le cartilage était usé. Il fallait donc que je me fasse poser des prothèses. Ce n'était pas non plus une obligation, mais aujourd'hui, les techniques opératoires sont si fiables qu'elles évitent quelques déconvenues et surtout la douleur. C'est l'intervention dont a peur Brigitte Bardot, à cause de l'anesthésie. Moi, j'ai eu un anesthésiste formidable, prénommé Xavier, un chirurgien sympathique, et des infirmières formidables. J'en garde un très bon souvenir.

F. D. : À quand remontent vos opérations ?

G. d. F. : La première a eu lieu le 15 janvier dernier et la deuxième le 20 mai. Aujourd'hui, je suis en pleine forme. Pour la deuxième opération, je suis sortie de l'hôpital le 29, et le 5 juin j'assurais un gala en Haute-Saône. Je n'ai souffert d'aucun problème postopératoire. Je crois être de bonne constitution. Il me semble que les gens qui sont atteints de ce mal devraient se faire opérer sans hésiter. D'ailleurs s'ils ont besoin de conseils, qu'ils écrivent à France Dimanche qui me fera suivre le courrier.

F. D. : Comment s'est déroulée l'intervention ?

G. d. F. : Sous anesthésie générale, elle a duré une heure et demie. Après mon réveil, je n'ai eu ni malaise ni nausée. Dès le lendemain, le kiné de la clinique est venu me faire marcher. Ma convalescence a duré une semaine et, pendant un mois, je dois faire de petits exercices de flexions. Aujourd'hui, j'ai des hanches en titane et je suis neuve !

F. D. : Allez-vous prendre quelques jours de vacances ?

G. d. F. : Non, moi qui suis déjà sur les routes toute l'année, je profite de l'été pour rester chez moi. J'ai un tas de choses à faire comme de m'occuper de mon courrier en retard, de réparer et arranger les robes des Miss... Je n'ai vraiment pas le temps de m'ennuyer. Je suis très bien chez moi, j'y suis au calme !

Anthony Quittot

À découvrir

Sur le même thème