France Dimanche > Actualités > Geneviève de Fontenay : “Julien Lepers m’a poignardée !”

Actualités

Geneviève de Fontenay : “Julien Lepers m’a poignardée !”

Publié le 27 novembre 2014

La Dame au chapeau, Geneviève de Fontenay, est très déçue depuis qu’elle a appris que l’animateur Julien Lepers allait présenter l’élection de son plus grand ennemi.

Alors qu’approche à grands pas la finale de son élection des Miss Prestige National, le 18 janvier prochain au Royal Palace, à Kirrwiller, dans le Bas-Rhin, Geneviève de Fontenay a eu la désagréable surprise d’apprendre qu’elle avait été trahie par un célèbre animateur de télévision.

En effet, Julien Lepers, qui a animé sur France 3 l’élection Miss France de 1991 à 1994, vient d’accepter de présenter le concours Miss Nationale 2015 le 13 décembre à Arras. Un énième concours de beauté, présidé par Michel Le Parmentier, l’éternel rival de la Dame au chapeau…

Geneviève de Fontenay, la dale au chapeau © Jonathan T. Mare
Geneviève de Fontenay, la dale au chapeau © Jonathan T. Mare

France Dimanche (F.D.) : Quelle relation entretenez-vous avec Michel Le Par­mentier, le président du concours Miss Nationale ?

Geneviève de Fontenay (G.d.F.) : Ça se passe très mal entre nous. Depuis toujours ! En partant de chez Endemol, j’ai créé mon propre concours que j’ai baptisé Miss National. À l’époque, je n’avais pas eu la présence d’esprit de déposer le nom. Et ce monsieur me l’a donc volé sans vergogne. Voilà pourquoi ma manifestation s’appelle aujourd’hui Miss Prestige National. Mais pour moi, cette histoire d’appellation, c’est du passé. Ce qui me choque aujourd’hui, c’est de voir Julien Lepers s’acoquiner avec ce monsieur.

F.D. : Comment avez-vous réagi en apprenant qu’il allait animer un concours rival ?

G.d.F. : J’ai été très surprise. Je lui ai aussitôt envoyé un message en lui disant qu’il allait travailler avec le type le plus méprisable que je puisse connaître. Ça me déçoit énormément de la part de quelqu’un que j’apprécie pourtant beaucoup. Même si je n’ai pas tous les jours l’occasion de la regarder, j’adore son émission [Questions pour un champion, ndlr].

F.D. : Comment a-t-il pris vos remarques ?

G.d.F. : Je n’en sais rien puisqu’il ne s’est même pas donné la peine de me répondre. Avoir fait quatre Miss France avec nous et finir avec ce type, c’est déplorable ! Je ne comprends pas. Tout se passait très bien entre nous. Je me demande bien ce qu’il lui a pris.

F.D. : Pensez-vous qu’on vous veut du mal ?

G.d.F. : Si c’est le cas, j’en ai vu d’autres ! Et si ça vient de Michel Le Parmentier, ça me laisse indifférente. Concernant Julien, c’est autre chose. Je prends ça comme un coup de poignard. A-t-il à ce point besoin d’argent ? Il m’a vraiment fait de la peine. Je l’aimais beaucoup. Mais bon, peu importe ! J’essaie d’être au-dessus de tout ça. J’ai soixante ans de Miss derrière moi, ce n’est pas ce genre d’attaque qui peut m’atteindre…

Philippe Callewaert

À découvrir