France Dimanche > Actualités > Geneviève de Fontenay : "Ma santé décline..."

Actualités

Geneviève de Fontenay : "Ma santé décline..."

Publié le 19 décembre 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Dans une lettre testament qui nous déchire le cœur, à 88 ans, l'ex-patronne des Miss France Geneviève de Fontenay révèle que ses jours sont désormais comptés…

Avec son éternel chapeau, ses manières de femme du monde, ses déclarations à l'emporte-pièce, Geneviève de Fontenay occupe une place de choix dans le paysage audiovisuel. Ce personnage haut en couleur – malgré ses tenues exclusivement en noir et blanc – semble avoir tout mis en œuvre pour offrir d'elle une sorte de caricature. Ce qui fait que beaucoup oublient que derrière sa panoplie de dame au chapeau se cache une femme de 88 ans dont le cœur a été rudement éprouvé par l'existence.


Rudement, et souvent, comme ces jours derniers, à l'aube de la nouvelle élection des Miss France, ce concours qu'elle considère comme son « troisième enfant ». Elle l'a confié dans une lettre bouleversante, qui a toutes les tonalités d'un testament… « Même si j'ai tourné la page de Miss France en février 2010 et des concours de beauté le 16 janvier 2016, cette période hivernale est toujours une déchirure », écrit-elle, sans chercher à se dérober.

Ce 19 décembre en effet, TF1 diffusera la cérémonie, célébrant également le centenaire du concours de beauté. Un événement auquel Geneviève est évidemment associée dans l'esprit des Français, mais auquel, contre toute attente, elle a décidé de ne pas participer ! En cause, une trop grande mésentente entre la société qui a racheté les droits de Miss France en 2002, puis son départ en furie en 2010. « Ça n'a plus d'âme. Toutes les candidates n'ont pas les mêmes chances », a-t-elle récemment déploré dans les colonnes du Parisien. Un peu comme le mentionne la publicité : « Nous n'avons pas les mêmes valeurs »…

Mais si madame de Fontenay s'est définitivement retirée du monde des concours en 2016, il ne faut pas oublier que sa vie entière s'est construite avec les Miss France, au même titre que celles-ci se sont construites avec sa volonté, son énergie, son désir et son courage. Il faut bien comprendre cela pour tenter de saisir la nature des sentiments qui l'unissent à cette manifestation. « Comment tourner la page de ma vie ? Miss France, c'est ma vie, toute ma vie, écrit-elle dans sa lettre. […] Je me suis battue corps et âme pendant cinquante-huit ans pour imposer Miss France dans le cœur des Français, pour que cette élection soit une réussite et change la vie de l'élue à jamais. »

Oui, Geneviève s'est donnée, offerte même, aux Miss France, symbole aussi et surtout de son amour fou avec l'unique homme de sa vie, qui deviendra son mari, Louis. C'est avec cet homme, plus âgé qu'elle, rencontré lorsqu'elle avait 22 ans, qu'elle fait « de ce petit concours de l'après-guerre une marque glamour du XXIe siècle ». « J'ai tout donné à Miss France, tout sacrifié », déclare-t-elle, évoquant « Des soirées sur les routes au volant de la DS, des malles à transporter, des robes à entretenir à la main, écharpes à coudre, des procès contre les “fausses” Miss France, des élections avec quinze candidates… : c'est mon histoire ET celle de Miss France. »

Et lorsque Louis meurt, sous ses yeux, d'une embolie pulmonaire en 1981, Geneviève continue le travail comme une preuve d'amour. « Le week-end suivant sa disparition, en 1981, je suis effondrée. Mais sur scène, pour Miss France, je pleure dans les coulisses, mais je couronne une jeune fille », se souvient-elle.

Trois ans après cette terrible perte, alors qu'elle est encore plongée dans la souffrance du deuil, la mort lui arrache son fils adoré, Ludovic, qui disparaît à l'aube de ses 30 ans… Elle perpétuera la flamme du concours avec son autre fils, Xavier, un homme avec lequel les relations ont toujours été compliquées.

Même si elle n'est jamais revenue sur sa décision de couper les ponts avec ses activités, elle regardera bien le concours qui se tient dans quelques jours. Sur le petit téléviseur de sa cuisine, elle découvrira, à l'instar de millions de téléspectateurs, un rendez-vous où, hélas, elle brillera par son absence. Ce qui devrait lui fendre le cœur… En regardant cette émission, sa sensibilité, qu'elle cache depuis tant d'années derrière un chapeau et un maquillage impeccable, risque bien d'être meurtrie.

Mais qu'on ne s'y trompe pas, Geneviève a mal, mal au point de vouloir s'adresser à la France entière pour tenter de se faire enfin entendre. C'est la raison pour laquelle elle a pris la plume, et la décision de dire vraiment ce qu'elle ressent. « À l'aube de mon centenaire, et alors que ma santé décline peu à peu, je regarderai l'élection », écrit-elle. Et l'on comprend bien qu'il ne s'agit pas que d'une image. Qu'elle n'est pas qu'une dame bien habillée qui nourrirait une passion incompréhensible pour un concours de beauté.

Non, Geneviève, née Mulmann, à Longwy, en Meurthe-et-Moselle, aînée de dix enfants, aujourd'hui âgée de 88 ans, souffre. Sa santé est en jeu. Seule dans son petit appartement sans luxe de Saint-Cloud, près de Paris, elle pense à son « Louis, à ces années d'amour sur les routes, à ces élections qui changent la vie des jeunes filles. Au public, fidèle, et à toutes les Miss France. Sans exception. Avec la fierté du travail accompli. Avec une certaine tristesse, aussi. Car les histoires d'amour ne doivent pas se terminer dans la douleur… »

Hélas, c'est dans la souffrance qu'est aujourd'hui plongée l'émouvante dame au chapeau…

Laurence PARIS

À découvrir

Sur le même thème