France Dimanche > Actualités > Geneviève de Fontenay : "Pas question de faire une Miss Academy !"

Actualités

Geneviève de Fontenay : "Pas question de faire une Miss Academy !"

Publié le 26 mars 2004

C'est le 11 décembre qu'aura lieu la prochaine élection des miss pour Geneviève de Fontenay, mais il est déjà temps de se préparer pour les sélections...

Notez bien dès aujourd'hui cette date sur vos tablettes : 11 décembre 2004. Ce jour-là, sur la scène de l'amphithéâtre Léonard de Vinci, à Tours, le destin d'une jeune Française va basculer. À l'issue d'un superbe show retransmis en direct devant les millions de téléspectateurs de TF1, Laetitia Bléger, la brune Alsacienne, remettra sa couronne à la nouvelle Miss France.

Miss France! Quelle petite fille n'a pas rêvé, au moins une fois dans sa vie, de porter l'écharpe au titre si prestigieux, brodé en lettres d'or!Alors, qui sera Miss France 2005? Pourquoi pas vous, votre fille ou votre petite-fille? C'est la chance que vous offre par notre intermédiaire Geneviève De Fontenay, présidente du Comité Miss France.

Dans toute la France et les lointains Dom-Tom, les sélections régionales vont bientôt commencer. Alors ne tardez pas, car s'il y a toujours autant de candidates, il n'y aura, bien évidemment, qu'une seule élue! En attendant le deuxième samedi de décembre, Geneviève de Fontenay vous confie comment elle imagine l'élection de ses rêves.

France Dimanche (F.D.) : Cela n'a échappé à personne, la dernière élection à Deauville en décembre dernier a connu une baisse d'audience assez sensible par rapport aux années précédentes. Comment envisagez-vous d'inverser la tendance?

Geneviève de Fontenay (G.d.F.) : Il y a peut-être un phénomène de lassitude. Mais je dois reconnaître que l'émission m'a paru trop longue. Je rêve, pour la prochaine édition, de chorégraphies plus enlevées et d'un show un peu plus rythmé. Je sais que c'est également le souhait du public.

F.D. : Depuis que la Société Miss France, dirigée par votre fils Xavier, est entrée dans le giron d'Endemol, le groupe de production d'Arthur, on murmure que d'importants changements se préparent dans la coulisse ?

G.d.F. : Rien n'est encore décidé pour le moment. Il est vrai qu'avec Arthur, ses collaborateurs et les responsables de TF1, nous réfléchissons à une évolution du concept. Il faut bien vivre avec son temps. Mais de là à faire une «Miss Academy », moi vivante, il n'en sera jamais question! Par contre, je suis tout à fait favorable à une présentation plus vivante et plus «branchée » des candidates. Par exemple, on pourrait diffuser le soir de l'émission un portrait vidéo montrant chacune d'entre elles sur son lieu de travail, en famille, ou bien dans le cadre de ses études ou de ses loisirs. Le public aurait ainsi davantage d'éléments pour faire le bon choix.

F.D. : Nous ne sommes plus vraiment à l'époque des «rosières »... Qu'est-ce qui peut encore pousser une fille du IIIe millénaire à briguer le titre de Miss France ?

G.d.F. : En remportant l'élection, Miss France devient par définition l'ambassadrice du charme et de la beauté en France et dans le monde. Du jour au lendemain, l'heureuse élue se voit promue au rang envié de star adulée des médias et couverte de cadeaux : un luxueux cabriolet Peugeot, des robes haute couture, des bijoux somptueux. De plus, au cours de son année de règne, elle sera amenée à parcourir la planète. C'est ainsi que Laetitia Bléger revient d'un séjour en Afrique du Sud et qu'elle se prépare à s'envoler en mai pour l'Équateur où elle représentera notre pays au concours de Miss Univers. Et puis, quel formidable tremplin pour l'avenir !

F.D. : Question indiscrète : combien ça gagne, une Miss France ?

G.d.F. : Je ne vous donnerai pas de chiffres. Mais, mes dernières Miss pourront vous le confirmer, elles ont déclaré à leur percepteur des revenus dont un cadre supérieur n'aurait pas à rougir.

F.D. : Certaines filles sont peut-être rebutées par les démarches à effectuer. Comment fait-on acte de candidature ?

G.d.F. : C'est tout ce qu'il y a de plus simple. Si vous-même ou une jeune fille de votre entourage, voulez pénétrer dans l'univers fascinant des Miss et réaliser son rêve de petite fille, rien de plus facile. Il suffit de me renvoyer le bon ci-contre. Si vous êtes Française de naissance ou naturalisée, de métropole ou des Dom -Tom, si vous avez une bonne culture générale, si vous mesurez 1,72 m minimum et êtes âgée de 18 ans au moins et 23 ans au plus au 15 novembre 2004, et si enfin, dernier critère, vous êtes célibataire et sans enfant, n'hésitez pas ! C'est avec le plus grand plaisir que je vous ferai participer aux sélections pour la grande élection du 11 décembre prochain. Alors bonne chance à toutes les candidates !

Jean Sebaux

À découvrir