France Dimanche > Actualités > Geneviève Delpech : “Depuis sa mort, Michel m’envoie de jolis signes !”

Actualités

Geneviève Delpech : “Depuis sa mort, Michel m’envoie de jolis signes !”

Publié le 12 février 2016

Un mois après le décès du chanteur, son épouse Geneviève Delpech est déjà parvenue à entrer en contact avec lui grâce à ses dons de �médium�.

Durant sa maladie, alors qu’il se savait condamné, Michel Delpech avait fait une promesse à son épouse Geneviève Delpech : il communiquerait avec elle par-delà la mort. Moins d’un mois après sa disparition, le chanteur lui a déjà envoyé des signes.

Souffrant de son absence mais réconfortée par l’espoir de ces « retrouvailles », Geneviève Delpech nous ouvre son cœur pour nous parler des jours difficiles qu’elle vient de vivre, évoquer ces incroyables liens qui l’unissent à son mari défunt, et rendre un vibrant hommage à l’homme qu’elle a aimé.

->Voir aussi - Obsèques Michel Delpech : Une cérémonie entre larmes et chansons

France Dimanche (F.D.) : Comment vous sentez-vous aujourd’hui ?

Geneviève Delpech (G.D.) : C’est très difficile, je ne peux pas dire le contraire. Je m’attendais à ce que Michel parte, pas à ce que son absence soit si douloureuse. Finalement, on n’est jamais prêt à ça. Il me manque énormément. Je dois maintenant faire le deuil, et ce n’est pas rien.

F.D. : Avez-vous pu lui dire adieu comme vous le souhaitiez ?

G.D. : Oui, il est parti dans mes bras et dans ceux de ses enfants. On lui a dit ce qu’il fallait. Jusqu’à la dernière seconde, on a été là. Il est parti serein, apaisé. Je souhaite à tous de s’en aller dans ces conditions, dans l’amour. Mais il le méritait. J’ai envie de parler de l’homme, désormais.

F.D. : À la lecture de son autobiographie, (L’homme qui avait bâti sa maison sur le sable), on dirait qu’il y a eu deux Michel Delpech, la star des années 60, excessive, et celle que vous avez connue après sa dépression, plus sage ?

G.D. : Sur le moment, il a sûrement aimé cette vie : le star-system, ce tourbillon. Mais se retrouver à 18 ans au cœur du show-business, à cette époque complètement folle, c’était compliqué. Il a eu du mal à se relever de tout ça, il y a laissé des plumes. Comme il était très sensible, il se posait beaucoup de questions, il a vite eu besoin de spiritualité. Notre rencontre lui a sûrement apporté de la stabilité. Mais Michel m’a aussi apporté énormément. Ce fut un échange.

F.D. : Êtes-vous satisfaite de l’hommage que la télévision lui a rendu ? Qu’en pensez-vous ?

G.D. : Oui, j’y étais. C’était une bonne émission que Michel avait d’ailleurs en partie préparée. On venait de l’enterrer, je ne savais plus trop où j’étais, mais c’était un joli moment, j’étais très contente.

F.D. : Vous avez parlé avec Michel Drucker ?

G.D. : Oui, Michel était très proche de lui.

F.D. : Vous ne lui en voulez pas d’avoir évoqué l’état de santé de Michel au printemps dernier ?

G.D. : Il a dit la vérité. Il aurait peut-être pu ne rien dire, mais il était chamboulé lui aussi. Il a été là, revenant du sud de la France où il passait ses vacances pour le voir à l’hôpital. Il a été un ami fidèle et exceptionnel. Il lui tenait la main une heure avant qu’il ne ferme les yeux. Michel Drucker n’a pas besoin de cette publicité pour faire parler de lui. Je n’ai que de la reconnaissance pour lui.

F.D. : Lorsque nous nous sommes rencontrés cet automne lors de la sortie de votre ouvrage*, nous vous avions trouvée très sereine face à l’épreuve qui s’annonçait.

G.D. : Sereine, je le suis. Parce que je sais que je le retrouverai. Depuis sa mort, Michel m’envoie d’ailleurs de très jolis signes. C’est son absence physique qui me manque : pouvoir le voir, le toucher, lui parler, lui demander conseil. Cette chose tangible et concrète qu’est la tendresse. Et puis, je ne sais pas combien de temps ça va durer avant de le revoir. Mais je sais que je le reverrai, je n’ai absolument aucun doute à ce sujet.

->Voir aussi - Geneviève Delpech : "Je n'ai pas peur !"

F.D. : Quels sont ces signes dont vous parlez ?

G.D. : J’en ai reçu plusieurs, les enfants, Pauline et Emmanuel aussi, ainsi qu’un ou deux amis... (...)

* "Le don d’ailleurs", de Geneviève Delpech, Éditions Pygmalion.

Vous voulez lire la suite ? Achetez la version numérique du magazine ! 0,99€ seulement

Interview : Cyril Bousquet

À découvrir