France Dimanche > Actualités > Gérard Depardieu : En guerre 
contre 
la France !

Actualités

Gérard Depardieu : En guerre 
contre 
la France !

Publié le 19 juillet 2017

L’acteur Gérard Depardieu veut se séparer de tous ses biens dans l’Hexagone.

C’est un citoyen du monde. L’acteur, qui a obtenu la nationalité russe en 2013, se vantait même à l’époque de posséder sept passeports et d’envisager d’en ajouter un à sa collection : celui de l’Algérie. Autant dire que Gérard Depardieu aime voir du pays.

Mais il en est un que ce pantagruel exècre : le premier. Car la France, sa terre natale, et plus encore ceux qui y vivent, ne trouvent vraiment pas grâce à ses yeux. Il suffit pour s’en convaincre de relire les propos qu’il a tenus l’an dernier dans les colonnes du quotidien italien Il Corriere della Sera, où le comédien décrivait l’Hexagone comme un « Disneyland pour étrangers peuplé d’imbéciles qui font du vin et du fromage qui pue pour les touristes », avant d’ajouter, histoire d’enfoncer le clou : « Il n’y a plus de liberté, les gens sont manipulés. »

->Voir aussi - Gérard Depardieu : Il pète les plombs à Cannes !

Et l’on ne pourra pas l’accuser de manquer de constance dans ses convictions puisque, en 2015 déjà, notre homme manifestait son aversion pour sa mère-patrie : « Je vis bien partout mais j’évite la France, déclarait-il dans Le Pays d’Auge. Ce n’est pas tellement le pays, mais les Français qui n’ont plus rien à faire de la France. »

->Voir aussi - Gérard Depardieu : "Je déteste des Les Restos du Cœur. C'est une fumisterie terrible !"

L’on pourra certes lui objecter que la Russie de son grand ami Vladimir Poutine n’est pas exactement un modèle en matière de liberté, mais Gérard n’en a cure, et il est bien décidé à rompre toutes les attaches qui le relient encore à sa patrie.

Soldes

À commencer par le petit royaume qu’il s’était taillé dans la rue du Cherche-Midi, située dans le très sélect et très onéreux VIe arrondissement de Paris. L’acteur de 68 ans viendrait en effet, selon le magazine Soixante-Quinze, de mettre en vente le joyau de son patrimoine, l’hôtel de Chambon, un modeste pied à terre de 1.800 m2. Une demeure bâtie en 1820 dont il avait déjà tenté de se débarrasser en 2012, sans trouver d’acquéreur.

Peut-être parce que, même si les soldes battent leur plein, Gérard en réclame tout de même 50 millions d’euros. À ce prix-là, les acheteurs potentiels ne sont pas légion… La même source précise qu’il a déjà cédé sa poissonnerie, Le Moby Dick, ainsi que son épicerie japonaise, toutes deux situées dans la même rue, et songerait à en faire de même pour son restaurant La fontaine Gaillon, tout proche de l’Opéra-Comique.

Bref, personne ne pourra dire que cet exilé volontaire manque de cohérence : il traduit en acte son rejet de la France. Un pays avec lequel il ne lui reste plus qu’un lien : le vin. Mais après s’être déjà séparé de sa propriété dans le Languedoc, où il produisait Le bien décidé, le comédien avait dit, il y a deux ans déjà, vouloir vendre ses vignobles dans le Médoc et dans la vallée de la Loire.

Bientôt, il n’y aura donc plus qu’au cinéma où nous pourrons voir Gérard Depardieu. Et si par hasard vous le croisez ailleurs, ne lui dites surtout pas que vous êtes français…

Claude Leblanc

À découvrir