France Dimanche > Actualités > Gérard Depardieu : "Je déteste les Restos du coeur. C'est une fumisterie terrible" !

Actualités

Gérard Depardieu : "Je déteste les Restos du coeur. C'est une fumisterie terrible" !

Publié le 23 décembre 2015

Qui ne choque pas n'est pas Gérard Depardieu ! Après "les alcooliques anonymes, c'est de la merde", le mastodonte du cinéma français persiste et signe une nouvelle et fracassante litanie de "connard rigolo" à l'encontre de l'intouchable institution de Coluche, Les Restos du coeur !

Innocent. Si les propos ne le sont pas, c'est bien là le titre de la nouvelle autobiographie de la vedette des Valseuses, le célèbre film de Bertrand Blier ! "Sans concession, plus intime, Depardieu revient et balance tout", annonce la quatrième de couverture ! Alors quand on "revendique complètement [sa] connerie et [ses] dérapages", autant faire en sorte que la promotion en soit pleins !

--> Lire aussi : Gérard Depardieu : Il dit tout sur son rapport à l'alcool !

Fidèle à lui-même, le mastodonte du cinéma français, tant par son talent que sa renommée internationale, n'y est donc pas allé par quatre chemins dans une interview parue ce dimanche dans Nice Matin ! "Moi je déteste les Restos du cœur, lâche-t-il. C'est une fumisterie terrible. Pas Les Restos, tant mieux que ça existe. Mais on a un peu honte. Pas pour les gens qui ont faim, mais pour l’Etat qui devrait s’en occuper. Honte pour ceux qui gouvernent."

--> Lire aussi : Gérard Depardieu : "J'ai pissé dans l'avion, mon talent, c'est celui-là!"

Fondée par Coluche en 1985, Les Restos du cœur apportent une assistance bénévole aux personnes les plus démunies, notamment dans le domaine alimentaire par l'accès à des repas gratuits, et aident à leur insertion sociale et économique. Mais si la célèbre association est reconnue d'utilité publique par l'État, Gérard Depardieu n'est pas dupe ! Pour lui, toutes ces associations caritatives ne sont que le paravent d'un système politique corrompu qui ne prend pas le problème à bras le corps. "Tous ces hommes politiques sont grossiers, déclame-t-il. C’est grossier de vouloir faire le bien des autres quand on n’est pas honnête. Non, ça ne m’intéresse pas du tout."

--> Lire aussi : Gérard Depardieu : “On ne vit qu’avec  ceux qu’on a perdus !”

Gérard Depardieu est peut-être cynique, mais il se veut lucide. "Moi ce que je remarque aujourd’hui, confie-t-il, c’est que des gens sortent du bureau en costard-cravate, et font les poubelles. A sept heures et demie, huit heures du soir, ils sont là, à récupérer une orange au Carrefour Market. C’est hallucinant, la vie moderne." Lorsque l'idée avait germé dans son esprit, raconte Valérie Péronnet dans son livre sur Les Restaurants du coeur, Coluche s'exclamait ainsi à son secrétaire Jean-Michel Vaguelsy, juste après avoir signé un chèque de 3 millions de francs au fisc : « Tu te rends compte, avec tout le pognon que je donne, si tous les mecs qu'ont du blé comme moi s'y mettaient, on pourrait régler le problème ». De sa Russie  "domiciliale" dont il s'est fait le nouveau parangon national, Gérard Depardieu compte-t-il proposer une nouvelle échappatoire aux nécessiteux ?

Stéphane Joly

À découvrir