France Dimanche > Actualités > Gérard Depardieu : "Je peux mourir à présent"

Actualités

Gérard Depardieu : "Je peux mourir à présent"

Publié le 27 mai 2015

Il a vécu mille et une vies. Gérard Depardieu est une légende vivante, mi-ange mi-démon à qui la mort a pris le fils, à qui la vie a donné le génie. Tenté par le vide, celui qui provoque encore les plus grands scandales aujourd'hui, est revenu plus bouleversant que jamais dans une interview accordée à Vanity Fair.

"Je ne crois en rien. Surtout pas en moi" a jeté Depardieu comme un pied de nez  à tous ceux qui le disent égo-centré. Il n'a que faire de ce qu'on peut penser de lui. Pourtant, comme s'il tenait à se laver de ses tares et à justifier ses comportements qualifiés de choquants, l'acteur fatigué, éreinté, lâche ensuite cette terrible parole : "Parfois, le soir, dans mon lit, je voudrais m'endormir pour l'éternité. J'ai tout vécu. Cela, il n'y a pas beaucoup de gens qui peuvent le dire, je peux mourir à présent. Qui peut avoir le culot de dire cela? J'ai fait ma vie parce que j'avais envie et que c'était possible et ce n'est pas condamnable."

Il n'est pas un justicier à défaut de l'avoir joué. Il n'est pas un démon en dépit de ses paroles parfois massacrantes. Gérard Depardieu est en réalité, derrière son apparence d'ours mal léché, cet homme usé par la vie, ce père détruit à qui l'on a ôté un fils dans la fleur de l'âge. En proie aux démons de son passé, il se souvient...

"Parfois, le soir, dans mon lit, je voudrais m'endormir pour l'éternité".

Sous la plume de Sylvain Tesson à qui il s'est confié dans le magazine Vanity Fair, Gérard Depardieu a laissé tomber le masque de l'épicurien à l’appétit pantagruélique que l'on connaissait. Fragile et détaché, l'acteur de 66 ans a dévoilé une plaie béante qui depuis 7 ans le consume. L'artiste n'a jamais oublié ce jour d'octobre 2008 où son fils prodige est décédé. Comme une ombre qui continue de le hanter, le comédien a articulé sa blessure la voix basse, les yeux vides : "Il faut tout réparer, réparer de ne pas s'aimer, réparer les autres. Réparer, c'est accompagner, soulager la fatigue, enlever les frais, enlever la crainte (...) Avec Guillaume, les choses se sont révélées. Il hurlait" souffle-t-il en montrant son coeur .

"Et ce n'est pas parce que tu laisses un enfant te hurler toutes les choses que tu n'as pas faites, ce n'est pas pour cela que tu comprends comment réparer. Tu reçois les hurlements en pleine gueule. Et tu ne sais toujours pas ce qu'est l'idée de réparer. Et alors, tu vis la douleur d'un père" s'exclame Depardieu touché de n'avoir rien pu faire. Les regrets sont là. Vifs et brûlants. Mais l'acteur désarmé n'a rien à ajouter. Il n'attend plus rien. Seulement que son fils vienne le chercher.

Leur relation était tumultueuse. "S’il faisait obstacle à ma progres­sion, je pour­rais le tuer sans problème. D’une balle dans la tête" avait déclaré Guillaume au début de son ascension. Malgré cela il reste le fils de Gérard Depardieu, ce génie au coeur brisé qui le pleure encore aujourd'hui. Ensemble ils ont partagé la gloire d'un nom désormais mythique au grand écran. La magie du cinéma a pu réunir ces deux géants incandescents : qu'en est-il de la vie qui les a séparés à tout jamais ?

Célia de Veyle

À découvrir