France Dimanche > Actualités > Gérard Depardieu : Sa partouze avec un acteur porno !

Actualités

Gérard Depardieu : Sa partouze avec un acteur porno !

Publié le 4 juillet 2016

Rocco Siffredi n’a pas apprécié les attaques de Gérard Depardieu, pendant le Festival de Cannes. Alors, aujourd’hui, il  balance  tout… et ça fait mal !

C’est la guerre ! Et les balles partent dans toutes les directions. Heureusement, les tirs dont nous parlons ne sont que verbaux ; il n’empêche qu’ils sont quand même d’une rare violence. C’est que les combattants ne sont pas n’importe qui. D’un côté, Gérard Depardieu, poids lourd du cinéma ; de l’autre, Rocco Siffredi, grosse pointure du porno. Et entre eux, on a l’impression que l’armistice n’est pas pour demain.

C’est notre Gégé qui a ouvert le feu, dans un entretien accordé à Nice-Matin, au moment du Festival de Cannes. Très remonté, il passait à l’offensive en ces termes : « Il y a de beaux films, lâchait-il à propos du célèbre festival, mais avant de les voir, il y a tant de merdes à passer… Rocco Siffredi monte les marches, deux, trois nanas avec des robes à la con, et l’on ne parle que de ça. Les images abreuvent toutes les télés […] C’est complètement porno. Monter les marches, non merci ! »

Lire aussi : Gérard Depardieu : "Il pète les plombs à Cannes !"

S’il avait pu imaginer ce qu’il allait se prendre dans la figure en retour, peut-être que l’ami Depardieu aurait évité de s’attaquer à la star du cinéma X qui, en effet, était présent cette année à Cannes, accompagné par son épouse hongroise, Rozsa. Mais trop tard, le mal était fait.

Bien qu’Italien de naissance, Rocco Siffredi doit connaître le proverbe français qui veut que la vengeance soit un plat qui se mange froid. Car il aura attendu un mois avant de riposter. Et il n’a pas raté son coup, l’étalon transalpin !

C’est à l’occasion d’une longue interview accordée le week-end dernier au magazine M du Monde que Rocco a, si l’on peut dire, balancé la sauce. Revenant sur ­l’attaque lancée contre lui par Depardieu, il démarre sur un mode quelque peu plaintif, affirmant s’être senti blessé, comme si, en raison de sa carrière dans le X, on lui refusait le droit d’entrer dans un autre monde. « Je ne comprends pas sa réaction, confie-t-il ensuite, c’est un acteur que j’aime. » Là, le lecteur se dit que tout va s’arranger, que le différend va se résoudre dans la guimauve et les petites fleurs bleues. Pas du tout !

Car c’est précisément à cet instant que Rocco ajuste son tir et laisse tomber cette énormité : « De plus, ajoute-t-il fort “innocemment”, je me souviens vaguement d’avoir partouzé avec lui. En nous traitant de merde, j’ai l’impression qu’il s’adresse à lui-même. »

"En nous traitant de merde, j’ai l’impression qu’il s’adresse à lui-même", remarque la star du X

Aïe ! Ça, c’est le missile furtif que les radars de Gégé n’avaient pas su détecter et qu’il se prend pile dans la figure ! Depardieu partouzeur, il ne manquait plus que cela à son image, déjà sulfureuse !

Pour l’instant, au jour où cet article est écrit, l’interprète d’Obélix n’a encore envoyé aucun menhir vengeur sur la tête de son ex-camarade de jeux interdits. Du reste, il me semble qu’il vaudrait mieux pour lui ne pas prolonger l’affrontement et se cantonner à un prudent silence. D’abord parce que, quand on a joué dans Les valseuses, avant de sodomiser Michel Blanc dans Tenue de soirée, on n’est pas forcément le mieux placé pour faire la fine bouche devant un acteur de films X, ni jouer les gardiens de vertu du Festival de Cannes.

Oui, bien sûr, allez-vous me rétorquer, ces films étaient assez osés ; mais enfin, c’était « pour de faux », et Gérard ne s’y livrait pas vraiment aux débordements pornographiques que le cinéaste (en l’occurrence Bertrand Blier) se contentait de suggérer.

Certes. Seulement voilà : dans la vie réelle, Gégé aurait bien du mal à se faire le symbole de la pureté désincarnée. Lui qui, au cinéma, a été prêtre dans Sous le soleil de Satan, puis ange dans Les anges gardiens, est loin de se transformer en petit saint dès que les caméras cessent de tourner. À une certaine époque, nous pouvons vous révéler qu’il fréquentait un certain club échangiste, située dans le XVIIe arrondissement de Paris, qui a depuis fermé ses portes. Il se sentait bien, dans cette « boîte à partouzes », et, qui sait, peut-être est-ce là que sa route a croisé celle de Rocco…

« Même si Gérard Depardieu avait goûté aux plaisirs du Mi-Noï, enchaîne le propriétaire, il serait hors de question que je vous dévoile les coulisses de sa soirée ! »

Bon, d’accord, c’était il y a déjà bien des années, et on pourrait dire qu’il y a prescription. Sauf que, beaucoup plus récemment, notre « ennemi du porno » a de nouveau été aperçu dans un endroit du même acabit ! C’était en avril 2014, qu’un soir, Gérard a poussé la porte du Mi-Noï, un club très libertin situé à Pecq, en Belgique, pas très loin de la frontière française.

Le propriétaire des lieux a raconté cette visite surprise dans le journal Nord éclair : « Je n’avais jamais eu l’occasion de le rencontrer et il m’a paru tout de suite très sympathique. Il s’est mis au bar et a pris un verre avec la personne qui l’accompagnait. Ensuite, il m’a demandé de lui faire visiter les lieux, je pense qu’il a apprécié sa visite. »

Bien entendu, on n’en saura pas plus : « Même si Gérard Depardieu avait goûté aux plaisirs du Mi-Noï, enchaîne le propriétaire, il serait hors de question que je vous dévoile les coulisses de sa soirée ! »

Bref, comme on le voit, les deux acteurs auraient tout intérêt à enterrer la hache de guerre qu’ils ont brandie un peu bêtement. Allez, Rocco et Gérard : faites-vous la bise et qu’on n’en parle plus.La bise… mais pas davantage, hein ?

Didier BALBEC

À découvrir