France Dimanche > Actualités > Gérard Holtz : Au coeur d'un scandale !

Actualités

Gérard Holtz : Au coeur d'un scandale !

Publié le 9 juillet 2015

capture-d-e-cran-2015-07-09-a-16-46-51

Mais qui veut la tête de Nicolas Bourriaud ? Si Julie Gayet a été sur le banc des accusés la semaine dernière pour, selon certains dires, faire remplacer le désormais ex-directeur des Beaux-Arts par sa meilleure amie, les soupçons semblent maintenant se tourner vers Gérard Holtz et son allié de poids... Manuel Valls !Mais qui veut la tête de Nicolas Bourriaud ? Si Julie Gayet a été sur le banc des accusés la semaine dernière pour, selon certains dires, faire remplacer le désormais ex-directeur des Beaux-Arts par sa meilleure amie, les soupçons semblent maintenant se tourner vers Gérard Holtz et son allié de poids... Manuel Valls !

On se croirait en pleine partie de Cluedo. Aux Beaux-Arts de Paris, un homme a été licencié sans ménagement : Nicolas Bourriaud. A l'aide d'une arme bien acérée: le réseau, la victime n’a pas résisté longtemps. Alors que le mobile de ce renvoi est bien déterminé : remplacer le directeur par un proche, les accusés, qui étaient jusqu'hier encore mal identifiés ont désormais un nom. Selon Le Journal des Arts, qui a enquêté une semaine après les révélations du Canard Enchaîné qui accusaient Julie Gayet, tout porte à croire que le commanditaire de cet évincement soit en réalité le journaliste télévisé Gérard Holtz.

C'est un véritable coup de théâtre dans l'affaire des Beaux-Arts de Paris. Alors que tous pensaient la compagne, non-officielle, de François Hollande coupable de cette éviction, malgré ses propos rapportés dans Le Monde : "Que voulez-vous que je vous dise ? (...) Mon choix est de ne pas prendre la parole, parce qu'on m'utilise pour nuire à quelqu'un d'autre. Parce que je ne suis pas là, je ne suis pas à cette place-là...", c'est maintenant Gérard Holtz qui fait l'objet de tous les soupçons. Mais alors pourquoi aurait-il fait ça?

D'après Le Journal des Arts, le journaliste aurait fait appel au Premier Ministre, Manuel Valls pour destituer Nicolas Bourriaud. Le motif évoqué de ce renvoi? Une volonté de placer la femme de Gérard Holtz à la tête du plus grand établissement des arts français. Si pour lors, l'accusé ne s'est pas prononcé sur l'attaque du journal, Nicolas Bourriaud pour sa part est très remonté contre le ministère de la Culture qui l'a renvoyé "sans raison valable".

Célia de Veyle

À découvrir