France Dimanche > Actualités > Gérard Jugnot : "Je suis un ancien bègue !"

Actualités

Gérard Jugnot : "Je suis un ancien bègue !"

Publié le 2 octobre 2015

Alors que Gérard Jugnot interprète un avocat dans un téléfilm sur France 3, l’acteur vient d’avouer qu’il a dû surmonter un sérieux handicap…

Attention, Gérard fait sa loi ! Mardi dernier, France 3 a diffusé en prime time un téléfilm baptisé La loi d’Alexandre. À l’écran, Alexandre Laurent est un avocat endeuillé par la mort de son ami et associé. Et son interprète est, nous vous le donnons dans le mille : Gérard Jugnot, bien sûr !

Depuis le triomphe de Merlin sur TF1, il y a trois ans, l’acteur se faisait discret à la télé. Gérard réalise un retour en beauté avec ce rôle à la fois complexe et surprenant, comme il l’explique à notre confrère Télé 7 Jours : « D’habitude, j’interprète des personnages plus “couillons” ». Or Me Laurent est un garçon brillant, ce qui a demandé beaucoup de travail à l’acteur.

Jugnot a passé des week-ends entiers à apprendre son texte et le jargon judiciaire qui va avec. Énigmatique, il précise : « Je n’aurais pas pu jouer ce rôle d’avocat il y a une dizaine d’années. »

Mystère

Cette modestie interpelle chez un comédien aussi chevronné. Dans une récente interview accordée à Télé Star, il donne la clé de ce mystère : « Moi qui suis un ancien bègue, j’avais très peur de ne pas y arriver. »

Et nous qui pensions connaître parfaitement ce comédien qui affiche déjà au compteur quarante années de carrière !

Grand pudique, Gérard Jugnot a attendu d’avoir 64 ans pour révéler le drame qui a marqué sa jeunesse. Et l’on ne peut s’empêcher, sachant cela, de regarder son parcours d’un autre œil. Ainsi, cet employé de banque bègue, risée de tous ses collègues, qu’il jouait en 1981 dans son one-man-show Enfin seul !, n’était-ce pas un peu lui ?

On comprend aussi pourquoi Gérard était un adolescent timide qui, de son propre aveu, répondait d’une manière violente dès qu’on l’attaquait.

Cauchemar

Mais que notre bronzé préféré se rassure, il est l’héritier d’une lignée plus que prestigieuse. Saviez-vous que Louis II, François Bayrou, Winston Churchill, George VI d’Angleterre, Gérard Depardieu et même Marilyn Monroe bégayaient ? Sans oublier Bruce Willis, dont le cauchemar a pris fin à 16 ans lorsqu’il est monté sur scène. Ou encore Sylvie Vartan, qui avoue dans ses mémoires : « Je bégayais en privé, mais j’avais tous les culots une fois livrée au public. »

Enfin, sachez que c’est pour masquer son bégaiement que Louis Jouvet adopta la diction syncopée qui le rendit si célèbre. De quoi définitivement rassurer l’ami Gérard Jugnot !

-->Voir aussi - Gérard Jugnot : Opéré d'urgence !

Benoît Franquebalme

À découvrir