France Dimanche > Actualités > Gérard Lenorman : Sa maison cambriolée et vandalisée !

Actualités

Gérard Lenorman : Sa maison cambriolée et vandalisée !

Publié le 17 octobre 2016

Malgré un système de protection performant, des � malfrats � ont pu s’introduire dans la propriété du chanteur Gérard Lenorman et l’ont mise à sac…

Après un cambriolage, la plupart des victimes éprouvent de la tristesse, qui fait très vite place à la colère. Si nombre d’entre elles ont bien du mal à se relever de ce cataclysme intérieur, d’autres parviennent à reprendre très vite le dessus. C’est tout ce que l’on souhaite à Gérard Lenorman, qui traverse cette difficile épreuve.

Il avait pourtant pris toutes ses précautions pour ne pas connaître ce genre de mésaventure, préservant avec une volonté farouche son intimité. Pas de chance, malgré sa prudence, ce jour-là, c’est bien dans sa maison que des voleurs ont résolu de pénétrer. Le système d’alarme qu’il avait fait installer dans sa résidence était paraît-il imparable. Doté d’une surveillance vidéo, ce petit bijou de technologie aurait normalement dû le prémunir contre de tels désagréments. Eh bien non ! Il n’a en aucun cas empêché les malfaiteurs de commettre leur forfait.

Un cambriolage d’autant plus surprenant que l’infortuné chanteur a généralement pris soin de ne pas dévoiler dans les médias le lieu où il aime à se ressourcer. Pas question de donner aux journalistes des interviews dans son repaire champêtre et encore moins de s’y faire photographier au milieu de ses souvenirs, à l’instar de nombreux artistes qui donnent ainsi aux voyous de précieuses indications. Il ne s’était prêté à cet exercice qu’en 1981, alors qu’il coulait des jours tranquilles dans son château de Corbeville, au cœur du village de Saint-Martin-des‑Champs, près de Septeuil, dans les Yvelines.

->Voir aussi - Gérard Lenorman : Lors d'un braquage, il sauve la vie d'une femme !

À l’époque, il s’était affiché auprès de son épouse d’alors, Caroline, dans cette demeure du XVIIe siècle désormais classée. Un édifice de toute beauté propre à attiser la convoitise des voleurs. Une imprudence qui, heureusement, était restée sans conséquence. Par la suite, devenu résident de Monfort-l’Amaury aux côtés d’une poignée de privilégiés souvent riches et célèbres, il avait laissé sa propriété à sa fille Justine, comme celle-ci l’a raconté au Parisien en 2014. Depuis, impossible pour le commun des mortels de savoir où s’était réfugié Gérard.

Cette mystérieuse maison dont l’adresse était tenue secrète n’a malgré tout pas échappé aux malfaiteurs, qui ont réussi à se jouer des alarmes censées se déclencher en cas d’intrusion. Un détail qui a dû interpeller les enquêteurs. De là à s’interroger sur une quelconque défaillance du système de vidéosurveillance, il n’y a qu’un pas.

Une fois à l’intérieur, ces individus n’ont pas fait de détail. Sans doute à la recherche de liquidités ou de bijoux facilement négociables auprès de revendeurs peu scrupuleux, ils ont mis toutes les pièces à sac. Les vandales s’en sont même pris à ce qu’un chanteur populaire possède de plus cher, à savoir la collection de disques d’or et de platine récompensant sa longue carrière. Au cours du carnage, de précieux trophées ont été cassés, d’autres dérobés. L’on n’ose imaginer le désespoir que cet écorché vif doit ressentir.

Angoisse

C’est une épreuve de plus pour celui que la vie n’a pas épargné, comme il l’a révélé dans un ouvrage autobiographique intitulé Je suis né à 20 ans, sorti en 2007. Enfant battu, fils d’un soldat allemand que sa mère, enceinte à l’âge de 16 ans, n’a jamais revu, il a dû batailler pour se construire.

Mais depuis quelque temps, tout semblait lui sourire. Comblé en amour auprès de Marie, il avait même renoué avec le succès il y a cinq ans, grâce un album de duos enregistré avec de jeunes chanteurs tels que Zaz ou Grégoire. Et puis, comme souvent dans l’existence, du jour au lendemain, son univers menace de s’effondrer.

Espérons que Gérard, à la suite de ce regrettable incident, ne soit pas tenté de céder à l’angoisse. Nul doute que pour surmonter ce choc psychologique, la tournée Âge tendre et têtes de bois, à laquelle il participe pour la première fois, lui sera d’un grand secours.

Dès le début du mois de novembre, entouré, entre autres, d’Hugues Aufray et de Sheila, l’interprète de La ballade des gens heureux, Gérard Lenorman, se fera à nouveau l’apôtre d’une certaine joie de vivre. La meilleure des thérapies.
Sophie Marion

À découvrir