France Dimanche > Actualités > Gilles Verdez : Il règle ses comptes avec un confrère !

Actualités

Gilles Verdez : Il règle ses comptes avec un confrère !

Publié le 13 mai 2022

.photos:coadic-guirec-/-bestimage

Hier, jeudi 12 mai, l’ambiance était électrique sur le plateau de « Touche pas à mon poste ». Le ton est monté entre Gilles Verdez et Gilles Favard qui avaient, a priori, des comptes à régler.

Cyril Hanouna a invité, hier, jeudi 12 mai, Gilles Favard pour donner son avis sur la provocation de certains supporters niçois à propos du tragique décès d'Emiliano Sala. Le consultant foot du média L’Equipe semblait avoir un passif avec Gilles Verdez qui n’a pas manqué de lui dire ses quatre vérités.


Lors d’une rencontre entre l’OGC Nice et l'AS Saint-Etienne, un chant choquant et scandaleux de certains supporters niçois, après leur défaite en finale de Coupe de France, a été entonné. Il faisait référence, avec moquerie, au décès du joueur nantais Emiliano Sala. Au stade Allianz Riviera de Nice, on pouvait entendre : « C'est un Argentin, qui ne nage pas bien, Emiliano sous l'eau, Emiliano sous l'eau, Emiliano sous l’eau ».

Christophe Galtier, l'entraîneur de l'OGC Nice, a immédiatement condamné le comportement de ses supporters. « Je n'ai pas de mots pour qualifier ce que nous avons entendu. Au retour dans les vestiaires, il n'y a pas eu de cris, de joie... mais de la stupeur. On peut entendre beaucoup de choses dans un stade de foot. Mais là, d'où viennent des insultes à l'encontre d'un footballeur décédé ? Elles venaient de quelques personnes, mais elles n'étaient pas que trois… Mais qu'elles restent chez elles avec leurs bouteilles et leurs insultes. Si c'est ça notre société, on est dans la merde », déclarait-il lors de la conférence d’après-match.

Antoine Kombouaré, l'entraîneur du FC Nantes, réagissait lui aussi en ces termes : « La connerie humaine n'a pas de limite, je suis scandalisé (...) Ces mecs-là n'ont rien à faire dans un stade. Il faudrait les bannir, vraiment. C'est honteux. J'ai de la peine pour la famille d'Emiliano. Je savais que les supporters pouvaient être violents, cons, mais là… ».

Pour Gilles Favard, présent donc sur le plateau de TPMP, les représentants niçois n’en ont pas fait assez. « C'est dégueulasse, je n'ai pas d'autres mots parce que c'est prémédité. Il faut le préparer ce chant. (...) Que fait le président niçois pour la sécurité de son stade ? », lançait-il d’abord. Gilles Verde,; qui condamne également la chanson des supporters, regrettait que son confrère de l’Equipe ne s’en prenne au président.

« Si vous vous élevez contre ça, c'est que vous avez longuement travaillé avec le président de Nantes, vous avez des antécédents quand même. (...) Vous vous attaquez [à lui] parce que vous ne l'aimez pas. Vous mettez tous les supporters de Nice dans le même panier, je trouve que ce n'est pas digne », rétorquait le chroniqueur de TPMP. Et ce dernier ne s’est pas arrêté là puisqu’il a rappelé des souvenirs communs à Gilles Favard. « Vous m'avez dénoncé moi quand je faisais mon travail. Il m'a empêché de travailler, il m'a mis sur des listes noires, il a été violent avec des amis à moi, des collègues, il les a longuement bousculés, injuriés, il les a empêchés de travailler », assurait Gilles Verdez.

Il concluait, en allant droit au but : « Tu n'as jamais bossé ! T'étais prétendu agent. Viens pas me gonfler ! Tu t'es prétendu agent de foot, tu fais que des magouilles, t'as vendu des joueurs, c'était même pas les tiens ! Arrête ! Dis lui à Cyril ce que t'as fait, agent de joueurs de mes deux ! 'Je vais voir les présidents, je prends une petite com' et tout, je ruine les clubs !' (...) Viens pas taper les pauvres gens qui vont au stade d'accord, sois digne, retire toi en silence ! » Ambiance…

Kahina Boudjidj

À découvrir

Sur le même thème