France Dimanche > Actualités > Grace Kelly : Folle amoureuse de Robert Hossein !

Actualités

Grace Kelly : Folle amoureuse de Robert Hossein !

Publié le 6 février 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Grace Kelly et le prince Rainier

Rainier n’aurait pas été le seul homme à faire battre le cœur de la sublime princesse Grace de Monaco…

Son formidable destin, aux allures de conte de fées, hélas sans le happy end, a passionné les foules durant de longues années, jusqu’à sa tragique disparition le 14 septembre 1982. Grace Kelly, singulière égérie d’Alfred Hitchcock avec qui la star américaine avait tourné trois films, n’a pourtant pas hésité à abandonner sa carrière hollywoodienne en 1956 pour suivre son prince à Monaco, un minuscule rocher de rien du tout, situé dans le vieux monde au bord de la Méditerranée.


Cette décision prise en pleine gloire par celle qui venait de remporter l’Oscar de la meilleure actrice pour Une fille de la province, de George Seaton, avait alors étonné, voire choqué le showbiz qui voyait dans la renonciation à la célébrité de cette icône absolue des années 50 la pire des trahisons. Une réaction viscérale qui n’empêcha pas cette reine du cinéma de 27 ans de tourner définitivement le dos au succès pour entrer dans la peau d’une princesse. Aux côtés de Rainier III, qui avait ravi son cœur le 6 mai 1955 lors d’une séance photo organisée au palais par Paris Match, l’héroïne du Crime était presque parfait, Fenêtre sur cour et La Main au collet avait fait face, comme il se doit, avec « grâce » à sa nouvelle vie. Et en toute dignité à ses nouvelles obligations…

Regretta-t-elle d’avoir troqué sa terre natale, et son métier adoré, ainsi que la reconnaissance internationale de son talent, contre une existence non moins emplie de paillettes et de joie de paraître, mais aussi empreinte d’un certain ennui et d’une routine pesante ? Derrière les murs de sa prison dorée, la blonde et pâle Grace imaginait-elle parfois en secret quelle aurait été son existence libérée des devoirs du sacro-saint protocole ? Nul ne peut le dire…

La naissance de ses trois enfants, Caroline, le 23 janvier 1957, Albert, le 14 mars 1958, et Stéphanie, le 1er février 1965, lui a sans doute procuré un incommensurable bonheur, palliant ainsi ses regrets d’avoir préféré endosser le plus beau rôle de sa vie, celui de voir grandir ses chers petits. Mais si devenir maman est pour toutes les femmes une mission passionnante, ce métier à plein temps ne peut entièrement combler leurs désirs ni les détourner à jamais de leurs rêves !

Ainsi a-t-on appris récemment, dans les pages du même magazine qui provoqua jadis la rencontre entre le prince et sa lumineuse actrice, que la superbe princesse était follement éprise de… Robert Hossein ! Ou plutôt de son personnage dans la série Angélique, Joffrey de Peyrac, Il est vrai que cette saga, composée de cinq films réalisés par Bernard Borderie, et dont le premier volet est sorti en 1964, a fait rêver plusieurs générations de jeunes – et moins jeunes – femmes. Difficile en effet de résister au charme sauvage de ce personnage envoûtant dont les cicatrices au visage avaient pourtant toutes les chances de rebuter ces demoiselles, à commencer par la fille du baron Sancé de Monteloup, si magistralement campée par Michèle Mercier !

Face à la performance de cet acteur, qui nous a hélas quittés ce 31 décembre à l’âge de 93 ans, on imagine sans peine les émotions ressenties par la douce Grace Kelly. Peut-être se sentait-elle quelque peu frustrée de ne pouvoir se glisser dans les robes aux décolletés plongeants qu’arborait la comédienne française à l’écran… Peut-être aurait-elle adoré se pâmer dans les bras de cet acteur hors norme sous l’œil vibrant de la caméra du réalisateur…

En tout cas, la native de Philadelphie a été si touchée par la saga adaptée des romans d’Anne et Serge Golon, et surtout par le séduisant Robert Hossein, alias comte de Peyrac, que quelques années après la sortie du dernier opus, intitulé Angélique et le Sultan (1968), l’épouse de Rainier III ne résista pas à l’envie de rencontrer son héros. Et ce, bien que les circonstances de ce moment tant attendu aient été terriblement tragiques. En effet, en 1973, Abraham Hosseinoff de son vrai nom, s’apprête, à 45 ans à épouser Michèle Watrin, une actrice de 22 ans qui incarne alors la cousine de Claude Jade dans Prêtres interdits, de Denys de La Patellière.

Hélas, au cours d’un voyage dans le Midi, les deux tourtereaux sont victimes d’un grave accident de voiture. La jolie jeune fille périt, brûlée vive dans l’incendie du véhicule, tandis que son fiancé, éjecté, n’est que blessé. Or, émue par la triste nouvelle, la belle blonde de 44 ans, quittant son rocher princier, n’hésitera pas accourir auprès de son idole, le beau Robert, encore inconscient : « Quand il se réveilla à l’hôpital, il reconnut à son chevet Frédéric Dard, qui remplissait le tiroir de sa table de nuit de liasses de billets, et aussi Grace de Monaco qui, accompagnée de ses deux aînés, lui apportait des confitures. Il ne la connaissait pas », raconte Henry-Jean Servat dans les pages de Paris Match. Et le journaliste de confirmer son engouement pour l’acteur : « Elle adorait Peyrac, dont elle se faisait projeter les aventures cinématographiques au palais. Le prince Albert m’a dit que sa mère aurait même, en d’autres temps, aimé jouer le rôle d’Angélique face à lui. »

Si ce duo s’était effectivement formé sur grand écran, tout porte à croire que le destin de ces deux monstres sacrés en aurait été bousculé ! Mais c’est une autre belle histoire que vous pouvez, si cela vous chante, vous amuser à imaginer…

Clara MARGAUX

À découvrir

Sur le même thème