France Dimanche > Actualités > Grégory Lemarchal : Il a refusé d'être greffé

Actualités

Grégory Lemarchal : Il a refusé d'être greffé

Publié le 22 juin 2007

Une rose blanche en bouton toute simple sur un fond bleu. Et ces trois mots : « Association Grégory Lemarchal ». Simplement !

Depuis quelques jours, c'est sur cette image que s'ouvre le site internet dédié à l'association qui porte le nom de l'ange qu'était Grégory Lemarchal. Sa famille ( son père, Pierre, sa mère, Laurence, et sa soeur, Leslie ) a décidé de continuer le combat et d'exaucer le souhait de Grégory, trop tôt disparu, le 30 avril dernier, à l'âge de 23 ans, vaincu par la mucoviscidose.

On s'en doute, cette association va tout mettre en œuvre pour lutter contre cette terrible maladie, comme l'expliquait, le 15 juin, le père de Grégory au micro de Marc-Olivier Fogiel, sur RTL. Avec courage, avec dignité, Pierre Lemarchal, même s'il est anéanti par le chagrin, se bat, lui aussi, comme le faisait son fils. « On se devait de faire quelque chose, de continuer le combat que Grégory avait indirectement mené », dit-il.

->Voir aussi - Grégory Lemarchal : Il peut vraiment dire "Merci papa" !

Tout donner

Oui, il s'agissait bien de se battre au quotidien pour le tout jeune homme à la voix d'or, lorsqu'il vivait au château de la Star Academy. Pierre explique combien le rythme était difficile à tenir pour son fils. Comment il devait se réveiller une heure et demie avant tout le monde, pour recevoir des soins. Kinésithérapie, aérosols... Il lui fallait faire attention à bien se nourrir, à s'habiller chaudement, à se préparer toute la journée, pour pouvoir assurer le spectacle, lorsqu'il y avait un prime en direct, le soir.

Grégory voulait tout donner à son public. S'il ne parlait pas de la mucoviscidose, c'est qu'il ne voulait pas « profiter » de sa situation de malade. Sans doute avait-il en tête d'être un exemple. L'exemple de celui qui, bien que très atteint par le mal, parvenait à être plus fort que celui-ci. Ce n'est pas un hasard si sa voix touchait et touche tant de gens... Pour le chant, il aurait tout sacrifié.

Et maintenant

D'ailleurs, comme son père l'a confié à Marc-Olivier Fogiel, Grégory avait clairement exprimé ce à quoi il tenait le plus. Une greffe des poumons avait été envisagée. Cette opération aurait pu l'aider à rester sur terre un peu plus longtemps. Mais cela n'a pas été le cas. « Grégory avait une retenue par rapport à la greffe de poumons », a expliqué son père, toujours sur RTL. « Je veux bien être greffé, si je peux continuer à chanter. Si c'est pour ne pas chanter, je préfère me passer de greffe », avait-il dit à ses parents...

Aujourd'hui, le chant de Grégory continue de nous émouvoir. Son second album, posthume, sorti le 18 juin dernier, La Voix d'un ange, compte quatre inédits. On y trouve aussi des chansons comme Envole-moi, de Jean-Jacques Goldman, Et maintenant, ou SOS d'un terrien en détresse, que le père de Grégory avoue n'avoir pas pu écouter... Les autres, il les a entendues, avec sa famille, parce qu'il le fallait.

La maison de disque le leur avait demandé. Les bénéfices de cet album seront reversés pour la lutte contre la mucoviscidose. Car désormais, pour les Lemarchal, le chemin est clair : continuer à se battre, pour que le plus grand nombre de malades puissent échapper au pire. Au nom de l'amour, au nom de Grégory...

Site : www.association-gregorylemarchal.com ; Adresse : Association Gregory Lemarchal, Boîte postale 90124, 73001 Chambéry Cedex.

Éva Saan

À découvrir