France Dimanche > Actualités > Guy Carlier : Il a perdu 150 kilos !

Actualités

Guy Carlier : Il a perdu 150 kilos !

Publié le 11 janvier 2022

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

C’est une métamorphose, une renaissance pour Guy Carlier. Après de longues années de boulimie, l’humoriste a enfin remporté son combat contre la maladie. Depuis, il affiche 150 kg en moins sur la balance.

On aurait presque du mal à le reconnaître tant Guy Carlier s’est transformé. Il faut dire que le journaliste a connu des heures particulièrement sombres. Pendant des années, il a lutté contre ses pulsions, contre ce corps qu’il ne maîtrisait plus.


La boulimie a tout ravagé sur son passage, même les relations qu’il entretenait avec son fils Raphael, plus connu sous le nom de Carlito sur Youtube. À ce propos, il expliquait d’ailleurs : “Mes parents se sont séparés alors que j'avais deux ans, mon père souffrait d'une obésité morbide, ma mère devait gérer deux gamins et ses problèmes toute seule.”

Des propos qui ont profondément touché Guy comme il le raconte dans Le Parisien. “Quand c’est comme ça, tu n’as plus de vie de famille, ta femme te surprend à voler la nuit dans le frigo, des trucs immondes. J’ai infligé ça à Raphy, je sais qu’il m’en veut.”

Il aura fallu quelques déclics pour que Guy décide de radicalement changer de vie. Après dix années d’une lutte acharnée, de chirurgie et de rééquilibrage alimentaire à l’aide du nutritionniste Jean-Michel Cohen pour qu’enfin, l’humoriste de 72 ans s’accepte.

“Je suis à 96 kg, alors que j’étais à 251”, affirme Guy. Et c’est sous les feux des projecteurs avec un second spectacle, qui porte son nom, et qu’il abordera cette face cachée, à partir de ce samedi 8 janvier, au théâtre des Mathurins, à Paris.

“En parler ouvertement sur scène, c’est mettre les gens à l’aise. On a tous nos problèmes, tous nos côtés sombres. On les cache, on en a honte. Pendant des années, je me suis détruit en me disant que je n’étais pas un mec bien”, souffle-t-il.

Transformé et plus fort que jamais, Guy Carlier a désormais un seul message à passer : “L’essentiel, c’est de virer ses Carl. Moi, je considère que les 150 kg que j’ai perdus, c’est la partie de Carl que j’ai larguée. Je ne suis pas devenu parfait. Mais, quand il t’en reste peu, tu ne peux pas perdre du temps à te mépriser.”

Une belle philosophie finalement. 

Andréa Meyer

À découvrir