France Dimanche > Actualités > Guy Marchand : Sauvé par ses enfants !

Actualités

Guy Marchand : Sauvé par ses enfants !

Publié le 17 novembre 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Quitté par son épouse Adelina, l'acteur de 84 ans, dont la santé ne cesse de décliner, peut compter sur le soutien sans faille de son fils et sa fille.

Memento mori, « Souviens-toi que tu vas mourir »… disait le vieil adage romain. Guy Marchand, lui, n'a pas besoin d'une piqûre de rappel tant imaginer sa fin est devenu chez lui obsessionnel.


À 84 ans, il est même parvenu à se forger une certaine philosophie sur la question : la vie n'étant pas éternelle, mieux vaut se préparer à mourir afin de trépasser avec panache ! « Je répète ma mort. Comme ça, c'est presque fait », déclare-t-il dans Le Parisien.

Retiré dans les Alpilles, miné par des soucis d'argent et des « problèmes de vésicule biliaire », celui qui avait surmonté un cancer de la prostate il y a presque vingt ans se plaint aussi d'un inquiétant « essoufflement ».

Sa santé fragile ne l'empêche pourtant pas de tourner. Mais alors qu'il pourrait accepter des rôles de séducteurs plus tout jeunes qui portent beau, Guy préfère incarner des vieillards mourants. Dans le film de Mélissa Drigeard, Tout nous sourit, qui vient de sortir au cinéma, l'ancienne star de la série Nestor Burma campe un grand-père atteint d'un cancer. Et loin d'en être déprimé, il dit avoir quitté ce tournage « ragaillardi », comme si voir la mort de près pour de faux avait mis du sel dans son existence !

Il faut avouer que Guy « flirte » avec la grande faucheuse depuis un sacré bout de temps. « J'y pense sans arrêt. La mort m'assassine. C'est comme une femme. J'ai flirté toute ma vie avec elle, et à un moment donné, il faudra coucher avec. Et comme tous les hommes, je ne voudrais pas la rater, quitte à prendre une pilule de Viagra pour ne pas la rater ! » avait-il dit sur BFM. Et pour peaufiner encore un peu son passage dans l'au-delà, il a même appris à rendre son ultime soupir ! Dans La Dernière Partie, un téléfilm à voir prochainement sur TF1, l'acteur s'est glissé dans la peau d'un homme souhaitant l'euthanasie. Pour les besoins du rôle, Macha Méril, à qui Guy donne la réplique lui a même « appris à mourir ». « Elle a vu disparaître des gens qu'elle aimait beaucoup, dont son compagnon [le compositeur Michel Legrand, ndlr]. Je ne savais pas comment faire, on était dans une chambre d'hôpital. Elle m'a dit : “Je vais t'apprendre à rendre ton dernier soupir.” C'est fantastique le cinéma. Il rend d'abord con, à ne s'occuper que de son nombril mais, en vieillissant, on s'aperçoit que c'est quelque chose de magique. De jouer, comme les sorciers dans les peuplades, qui imitent la vie », raconte-il.

Quand Guy Marchand ne tourne pas, il se terre dans cette immense maison non loin d'Avignon où il s'était installé il y a presque vingt ans avec une femme qui « aimait les chevaux » avant d'avoir, en 2006, le coup de foudre pour une « belle Russe », mannequin de son état, de quarante ans sa cadette.

Mais où est donc passée la sublime Adelina Khamaganova qu'il présentait l'année dernière dans Gala comme « la femme de sa vie » et qu'il avait épousée dans un élan de passion malgré leur grande différence d'âge. « Elle est partie à Berlin », confirme, quelque peu désabusé, l'interprète de Destinée, avant de poursuivre : « Elle a quarante ans de moins que moi. Je ne vais pas l'emmerder. C'est fini, tout ça. »

Alors qu'il voit doucement s'éteindre les lumières de sa vie, il lui reste ses deux grands enfants, Ludivine et Jules – nés de son mariage avec une ex-compagne d'Eddie Barclay, Béatrice Chatelier – sur lesquels il peut se reposer et qui l'ont sauvé du marasme, lui qui se dit « fragile ». Son fils, jeune comédien, est même revenu vivre à ses côtés pour veiller sur lui. « Sans lui, je ne pourrais plus jouer », avoue Guy avant de conclure : « Les enfants, c'est la vérité, eux vous aiment comme vous êtes ».

Valérie EDMOND

À découvrir