France Dimanche > Actualités > Henri Dès : Nathaly lui a sauvé la vie !

Actualités

Henri Dès : Nathaly lui a sauvé la vie !

Publié le 10 janvier 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Henri Dès

Le 27 novembre, Henri Dès faisait un infarctus chez lui. Durant sept minutes, sa compagne lui a pratiqué un massage cardiaqueen attendant les secours.

Son cœur, lui qui n’en manque pas, lui aura joué un drôle de tour ! Il y a deux semaines, nous vous informions qu’Henri Dès avait été victime d’un malaise cardiaque. Un incident suffisamment sérieux pour qu’il annule toutes les dates de sa tournée de décembre, avait alors fait savoir son entourage, désireux de rassurer les nombreux fans du chanteur suisse… C’était en réalité beaucoup plus grave ! Sans la courageuse intervention de sa nouvelle compagne, Nathaly Karlen, l’enchanteur des enfants ne serait en effet plus de ce monde…

Dans la bouleversante interview accordée à nos confrères du Matin, celle qui partage désormais sa vie a raconté les deux journées infernales durant lesquelles ses proches ont cru le perdre. Tout a commencé par un simple mal de dos. Ce 27 novembre, au lieu d’aller faire leur balade quotidienne pour sortir leur chien, Henri a préféré rester au chaud chez lui. Avec Nathaly, ils se sont donc installés devant la télévision pour regarder un de ces films d’action dont il est si friand, The Irishman. « Il était environ 16 h 45. Et là, il a fait un drôle de bruit avec la bouche. C’est un farceur… Mais, en le regardant, j’ai tout de suite compris qu’il faisait un arrêt cardiaque. Il ne respirait plus, son cœur s’est arrêté net. Il s’est affaissé sur le canapé », raconte sa compagne.


Celle-ci a alors le bon réflexe : elle appelle aussitôt le service des urgences santé. La personne qu’elle a au bout du fil lui dit de coucher le malade sur le dos pour pouvoir lui prodiguer les premiers soins. Ce que parvient non sans peine à faire Nathaly, son homme pesant tout de même 80 kilos.

Le plus délicat restait à faire : un massage cardiaque. Quand on n’est pas médecin et qu’on n’a jamais suivi de cours de secourisme – Nathaly est enseignante – c’est une mission quasiment impossible ! Mais il en va de la vie d’Henri. Son cœur doit continuer de battre jusqu’à l’arrivée des secours, qui mettront sept minutes. Alors, guidée par son interlocutrice et le désir farouche de sauver son grand amour, Nathaly compresse à intervalles réguliers la poitrine inerte de son compagnon, et lui insuffle l’air qu’il a cessé d’inspirer. « La personne du 144 [le numéro d’urgence en Suisse, ndlr] a été fantastique. Elle m’a donné le rythme pour le massage cardiaque […] Henri reprenait de temps en temps », se souvient-elle. Une fois les secours sur place, pourtant, elle croit l’avoir perdu : son cœur a cessé de battre. Il ne reste qu’un seul espoir : le défibrillateur. Le choc électrique se révèle salutaire. Les battements reprennent, faibles certes, mais bien présents. L’équipe médicale remercie Nathaly : sans son intervention, l’interprète de Flagada y passait. « Mon massage a permis d’irriguer le cerveau et son corps ainsi que de maintenir le circuit électrique du cœur. Avant de le transférer à l’hôpital, ils l’ont intubé et stabilisé. »

Les premiers examens, une coronarographie, montrent que l’artiste a été victime d’un infarctus. Il faut lui poser des stents, ces petits ressorts qui permettent de maintenir ouverts les vaisseaux irriguant le cœur. Henri, faible et très éprouvé, est alors plongé dans un coma artificiel. Il est intubé, et la température de son corps abaissée à 34 degrés. Pour Nathaly, Camille et Pierrick, les deux enfants que le chanteur a eus avec son épouse Marie-Josée Chastellain, décédée en 2017, l’insupportable attente commence. Dans quel état se réveillera l’homme qu’ils aiment ?

En effet, malgré l’intervention de sa compagne, des séquelles sont à craindre, son cerveau n’ayant pas été régulièrement irrigué durant tout le temps du malaise. Le jeudi soir, les médecins décident de faire remonter la température du corps du malade. Le lendemain matin, c’est un miraculé que Nathaly et les enfants découvrent dans la chambre. Il respire normalement, sans tube, et quand on lui demande où il se trouve, il répond : « hôpital ». Le soir, il téléphone même à sa compagne. Il va bien, est parfaitement cohérent. Hélas, le jour suivant, les choses se gâtent. Henri est anormalement agité. On craint qu’il ait fait un deuxième infarctus…

Ce n’était heureusement pas le cœur… mais la douleur liée aux deux côtes et au sternum que Nathaly a brisés en effectuant le massage ! La souffrance est très vive, mais l’état général reste bon. Au chevet d’Henri, les deux médecins qui lui administrent des calmants sont émus aux larmes, comme le raconte Nathaly : « Ils nous ont dit : “ C’est comme si on soignait notre propre père. Il a bercé notre enfance, il en fait partie.” »

Aujourd’hui, le chanteur, qui a soufflé ses 79 bougies à l’hôpital le 14 décembre dernier, est hors de danger. Il mange normalement, se lève, chante dans sa chambre et envisage même de nouveaux projets ! Quant à Nathaly, Camille et Pierrick, s’ils ont eu la peur de leur vie, cette épreuve les a davantage plus rapprochés. Comme l’ont confié ces deux derniers : « C’est grâce à Nathaly que nous avons encore notre papa. Nous lui devons une reconnaissance éternelle. Nous l’avons félicitée, remerciée. Notre père a récupéré toutes ses capacités. »

Il ne reste plus aujourd’hui qu’à souhaiter à Henri d’être rapidement sur pied pour savourer, entouré de sa famille si unie, ce Noël pas tout à fait comme les autres…

Lili CHABLIS

À découvrir