France Dimanche > Actualités > Henri Salvador : Les tendres souvenirs de son parolier

Actualités

Henri Salvador : Les tendres souvenirs de son parolier

Publié le 30 juillet 2010

Maurice Pon a écrit à Henri Salvador plus de 250 chansons. Rencontre avec "un homme de paroles".Maurice Pon a écrit à Henri Salvador plus de 250 chansons. Rencontre avec "un homme de paroles".

Une chanson douce, Dans mon île : vous n'avez pas oublié ces airs qui sont encore sur toutes les lèvres. Mais si vous connaissez son célèbre interprète, Henri Salvador, vous ignoriez sans doute l'existence du parolier de talent qui lui mettait les mots à la bouche, Maurice Pon.

Un homme récemment récompensé pour ses 50 ans de carrière par la médaille d'argent de la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique), et qui a travaillé avec les plus grands, de Jean Sablon à Nana Mouskouri, en passant par Rika Zaraï.

->Voir aussi - Henri Salvador : Il vit toujours dans le cœur de ses amis !

Maurice PonMais c'est avec le chanteur au rire tonitruant qu'il a vécu sa plus belle complicité : « Avec Henri, je compte soixante et un ans d'amitié et de travail. Bernard Michel et moi sommes ses deux paroliers " historiques". Bernard a écrit les chansons comiques. Les chansons tendres, c'est moi. »

Nous avons retrouvé Maurice au Théâtre Trévise, à Paris, où il a bien voulu nous confier les tendres souvenirs de ses « années Salvador ». Il a notamment été témoin du coup de foudre d'Henri pour sa deuxième femme, Jacqueline, en décembre 1949. À l'époque, il passait ses soirées à l'ABC, où la future star était l'un des boys de Mistinguett.

« Il avait remarqué une jeune fille vêtue de blanc qui le dévorait des yeux dans les premiers rangs. Elle venait tous les soirs. "La prochaine fois, tu la fais venir dans ma loge !" J'ai prévenu le concierge et Jacqueline est entrée dans la vie nous envoyait systématiquement à l'étage pour bosser. »

Mais si Maurice avait assisté à la naissance d'une idylle, il était aussi là lors du triste dénouement de cette belle histoire. Il a fermé les yeux de Jacqueline, lorsqu'elle s'est éteinte, en septembre 1976.

« Nous étions présents, avec ma femme. Henri, déboussolé, est venu vivre chez nous pendant un an. » d'Henri. Il l'a épousé le 24 janvier 1950. Elle s'est révélée une redoutable femme d'affaires. »

Travail

Elle a même forcé Henri à travailler ! « Tous les week-ends, ma femme et moi devions les rejoindre à la campagne. Le matin, nous jouions à la pétanque... Je me faisais insulter parce que je n'étais pas à la hauteur. Puis Henri passait en cuisine et nous préparait ses plats préférés. Sa spécialité : le pintadeau au pastis avec des petits pois.

En six décennies d'amitié, Henri Salvador et Ponpon, comme il l'appelait, n'ont connu qu'une brouille d'un an et demi ! Une querelle liée à leurs femmes, qui avaient commencé à travailler ensemble.

Mais dès qu'elles sont parties, chacune de leur côté, les deux compères ont repris la pétanque et leur collaboration, à laquelle nous devons plus de 250 chansons douces que nous sommes encore très nombreux à fredonner !

Dominique Préhu

À découvrir

Sur le même thème