France Dimanche > Actualités > Hugues Aufray : Il a failli mourir !

Actualités

Hugues Aufray : Il a failli mourir !

Publié le 24 avril 2017

Sans l’intervention providentielle d’un grand ponte de la médecine, 
le chanteur Hugues Aufray, très  malade, 
ne serait plus de ce monde…

Il n’a pas eu besoin de vendre son âme au diable pour rester jeune. À 87 ans, ce « Visiteur d’un soir », titre de son dernier spectacle, a toujours bon pied, bon œil, enchaînant les concerts dans toute la France. Un soir, à Seclin, dans le Nord, un autre à Lyon, Hugues Aufray ne compte ni les kilomètres, ni sa peine pour enchanter ses fans.

Et quand il n’est pas sur scène, ne croyez pas qu’il se repose ! Dans son atelier de Marly-le-Roi, dans les Yvelines, qui appartenait au sculpteur Aristide Maillol, l’artiste, comme son illustre prédécesseur, donne vie à la matière, notamment au bronze, dans lequel il façonne, entre autres, des portraits de grands personnages. Oui, avec Hugues, dont le père avait refusé de financer ses études aux Beaux-Arts, il n’est jamais trop tard pour vivre ses rêves. Ni pour les écrire, puisque, voilà quelque temps, il s’est attelé à la rédaction de son autobiographie.

->Voir aussi - Hugues Aufray : Une douloureuse séparation !

Comme le confiait à son propos, il y a deux ans, son ami le musicien Jean-Pierre Sabard au magazine Gala : « Avec sa santé de fer et cette énergie qu’il a toujours eue, je le vois bien continuer jusqu’à 100 ans ». Mais, à donner ainsi sans compter, l’interprète de Debout les gars ne tirerait-il pas un peu trop sur la corde ? Sa résistance physique a beau être exceptionnelle et son envie de créer intacte, le corps a ses limites, d’autant que ce « gai laboureur », comme on l’a un temps surnommé, ne l’a jamais ménagé.

Si, contrairement à la plupart des stars, il n’a jamais cédé aux sirènes de l’alcool et autres drogues, avouant s’être toujours limité à « un verre de champagne avec des amis », il a en revanche souvent usé et abusé de ses forces.

->Voir aussi - Hugues Aufray : Il mène une double-vie et l'assume !

Propriétaire d’une ferme en Ardèche, Hugues a rarement pris le temps de se reposer, comme il le racontait, toujours dans Gala : « J’y allais entre deux tournées ou deux disques pour construire un mur, replanter des arbres. Ce n’étaient pas des vacances, je déteste les vacances. J’ai abattu un travail énorme et en même temps je n’ai jamais cessé d’enregistrer des disques et de me produire sur scène. »

Certes, l’auteur de Stewball a quitté son domaine, mais il continue, à presque 90 ans, de vivre comme s’il en avait 20, ce qui n’est pas sans risques. Le temps de récupération est en effet bien plus long, les défenses immunitaires moins efficaces et, les os devenant plus fragiles, la moindre chute peut avoir des conséquences dramatiques.

Nombreux sont les artistes qui, comme lui, ont fait le vœu de poursuivre leur œuvre jusqu’à leur dernier souffle. L’on se souvient de Charles Trenet, qui, à 86 ans, avait donné trois formidables récitals devant une salle Pleyel comble et ravie. Ce fut hélas sa dernière apparition publique. Le 19 février 2001, affaibli par des accidents cardio-vasculaires à répétition, le « fou chantant » tirait sa révérence. Il avait 87 ans.

Vaccin

Mais ne comptez pas trop sur ce tragique précédent pour freiner Hugues Aufray. Au contraire, l’artiste qui vient de révéler au magazine L’Express qu’il a failli mourir, sait à quel point il est nécessaire de se battre pour avoir une chance de vaincre la Grande Faucheuse. Il a même sur le sujet une théorie très personnelle : s’il se trouve aujourd’hui dans une forme olympique, c’est justement parce qu’il est un survivant !

« À ma naissance, a-t-il expliqué, ma mère étant dans l’impossibilité de me nourrir au sein, on m’avait donné du lait de vache qui ne me convenait pas. C’est le Pr Robert Debré qui m’a sauvé. »Miraculé mais fragile, Hugues a connu durant toute son enfance de graves problèmes de santé : « J’ai été souvent malade, j’ai dû lutter pour survivre, je suis un exemple de “résilience” », confie-t-il encore.

Ces débuts difficiles lui ont néanmoins permis de fabriquer son propre « vaccin », composé d’une dose d’optimisme et d’une autre d’espérance, le secret, selon lui, de son éternelle jeunesse. Une chose est sûre, la formule fonctionne ! Et avec un double effet. Car non seulement Hugues a sans doute encore de belles années devant lui, mais c’est aussi un homme comblé !

Là où d’autres sont nostalgiques quand ils évoquent le passé, lui, au contraire, affirme : « Je suis plus heureux aujourd’hui qu’hier ! » Une belle leçon de vie que résume un exercice tout simple qu’il pratique chaque matin : « Je me lève en regardant le ciel et en remerciant le destin. » Et nous, cher monsieur Hugues Aufray, on vous remercie d’être vous.

Lili Chablis

À découvrir