France Dimanche > Actualités > Hugues Aufray : Il doit sa célébrité à Gainsbourg !

Actualités

Hugues Aufray : Il doit sa célébrité à Gainsbourg !

Publié le 22 mars 2016

S’il a fait découvrir Bob Dylan aux Français, le chanteur folk Hugues Aufray a enregistré son premier disque en s’appropriant “Le poinçonneur des Lilas”.

Alors que l’on commémore le vingt-cinquième anniversaire de la disparition du plus talentueux des provocateurs, Hugues Aufray vient de faire une incroyable révélation dans une interview accordée à notre confrère Le Parisien : il a été le premier chanteur à sortir un disque de Gainsbourg, et doit même sa célébrité au plus célèbre des fumeurs de Gitanes.

->Voir aussi - Hugues Aufray : "Sa mère cachée, ses pulsions suicidaires, la star se dévoile comme jamais !

Reconnaissance

C’est en 1956 que l’interprète de Santiano, âgé de 27 ans, découvre Serge Gainsbourg sur la scène du cabaret Milord l’Arsouille, dans le premier arrondissement de Paris. Là où de nombreux géants de la chanson ont fait leurs débuts. Guy Béart, Jacques Brel, Georges Moustaki ont notamment posé leur guitare dans cette salle aujourd’hui classée monument historique.

Impressionné par le répertoire de « l’homme à la tête de chou », il décide d’assister à ses spectacles. Mais le petit malin ne s’arrête pas là. Joignant l’utile à l’agréable, il en profite pour s’approprier, dans le plus grand secret, deux des morceaux du jeune pianiste : Le poinçonneur des Lilas et Mes petites odalisques.

->Voir aussi - Hugues Aufray : Il s'en veut d'avoir été si libéré sexuellement...

« Je suis revenu plusieurs soirs relever les accords et noter les paroles sur un carnet. Et j’ai ajouté ces magnifiques chansons à mon répertoire », détaille Hugues Aufray, toujours dans Le Parisien. Le choix s’avère payant pour celui qui n’est alors qu’un débutant.

En 1959, grâce à « son » Poinçonneur des Lilas, il termine finaliste du concours Les numéross 1 de demain sur Europe n° 1. Une reconnaissance qui lui permet de devenir professionnel et de sortir son premier disque, la même année, sur le label d’Eddie Barclay !

Succès

Mais Gainsbourg n’avait pas la réputation d’être un artiste commode. Du coup, tout le monde craignait qu’il réagisse très mal devant un plagiat aussi flagrant de ses œuvres. Pourtant, c’est tout le contraire qui s’est produit, à en croire Hugues Aufray.

« Il ne m’a pas du tout reproché d’avoir pris ses chansons, au contraire, explique l’interprète de Stewball. Il m’a dit : “Tu vas être le James Dean de la chanson française. Il faudra que je t’écrive des choses. Et que tu fasses du cinéma !” »

En fin de compte, les deux hommes ne travailleront jamais ensemble. Hugues Aufray estime que l’entourage de « Gainsbarre » et son immense notoriété sont pour beaucoup dans cette collaboration manquée.

« Il a été accaparé par le succès, justifie Hugues Aufray. Mais je pense aussi que son éditeur lui a glissé qu’il était plus intéressant d’écrire pour des femmes que pour des hommes, qui pouvaient être en concurrence avec lui. »

Et quand on sait aujourd’hui le succès qu’a connu Gainsbourg auprès de ces dames, on se dit qu’il a peut-être bien fait de ne pas faire équipe avec ce jeune amateur de musique folk…

Cyril Coantiec

À découvrir