France Dimanche > Actualités > Eddy Mitchell : Il pleure la perte d'une Chaussette noire !

Actualités

Eddy Mitchell : Il pleure la perte d'une Chaussette noire !

Publié le 9 juin 2020

.photos:bestimage

C'est sur une route de Meillon, dans les Pyrénées-Atlantiques, que Gilbert Bastelica, le vieux complice d'Eddy Mitchell, a été percuté de plein fouet…

Il y a deux ans et demi, le 5 décembre 2017, Johnny Hallyday nous quittait après de longs mois de lutte contre un cancer du poumon. Une disparition qui plongeait ses proches et ses fans dans le plus profond chagrin, et brisait du même coup le fabuleux trio des Vieilles Canailles que le rockeur formait avec Jacques Dutronc et Eddy Mitchell…


Puis surgit l'inédite crise sanitaire que nous vivons depuis le début de l'année 2020. Une pandémie à l'échelle mondiale emportant dans la tombe de trop nombreux êtres humains, parmi lesquels des artistes, comme le chanteur Christophe qui s'est éteint le 16 avril dernier. Très attristé par la mort de son grand ami, l'interprète de La Dernière Séance avait alors rédigé un court et sobre message qui en disait long sur son immense peine : « J'ai perdu un ami, un partenaire, un compagnon de fête. Ma tristesse est profonde et durera un bon moment. » Un torrent de larmes qui n'est en effet pas près de se tarir, si l'on en croit les propos tenus, il y a peu, dans le magazine Les Inrockuptibles, par le chanteur, désespéré de n'avoir pas pu dire adieu au compositeur des Mots bleus : « Il est mort à Brest, sans cérémonie, sans personne, a confié Schmoll à nos confrères. C'est affreux d'imaginer ça. Cette saloperie de pandémie nous fait crever comme des chiens. »

L'acteur à la voix de velours ne pouvait alors imaginer que quelques semaines à peine après avoir affronté ce grand malheur, il serait touché de plein fouet par une nouvelle tragédie : un grave accident de voiture ! Si celui que l'on peut voir actuellement sur Arte dans la série L'Agent immobilier a vécu comme un coup dur le fait de voir partir en si peu de temps deux de ses plus proches amis, au moins a-t-il eu le temps – bien que ce ne soit en rien une consolation – de se préparer à leur départ. Malheureux, bien sûr, de devoir se résoudre à vivre sans eux, il avait tout de même pu prendre le temps de se faire à l'idée qu'il ne les reverrait plus jamais, et d'entamer son indispensable processus de deuil.

En revanche, la nouvelle que le héros du film Le bonheur est dans le pré, d'Étienne Chatiliez, a appris le 18 mai ne l'a en rien préparé à la violente sidération dans laquelle il allait irrémédiablement sombrer… En effet, en ce funeste jour de printemps où pourtant la chaleur était revenue un peu partout dans notre pays, les rédactions de tous les journaux de France étaient informées que Gilbert Bastelica avait trouvé la mort à l'âge de 76 ans au volant de son véhicule, lors d'une violente collision survenue dans la commune de Meillon, non loin de Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques.

Qui était cet homme, sans doute peu connu du grand public, mais très apprécié par Eddy depuis de très longues années ? Il n'était autre que l'ancien batteur des Chaussettes noires, le groupe de rock avec lequel Schmoll avait fait ses débuts dans les années 60. C'est en 1961 que Gilbert avait rejoint le quintet, succédant à Jean-Pierre Chichportich parti faire de la musique ailleurs.

Connu notamment pour son fameux tube Daniela, le groupe avait disparu en 1964, soit presque un an après le début de la carrière en solo d'Eddy Mitchell, mais fidèle à son leader, le batteur avait continué de l'accompagner jusqu'en 1971. « C'était formidable mais ce style de vie n'était pas fait pour moi », avait confié Gilbert Bastelica au journal Sud Ouest en 2010, à l'occasion d'un concert donné à Pau par son ancien patron lors de sa tournée d'adieux à la scène. Le musicien demeurait à Nay où il avait élu domicile il y a une trentaine d'années. Devenu une personnalité très active dans le Béarn, il présidait l'association SOS Amitiés de la ville de Pau. « Il avait tourné la page de sa vie d'artiste pour se concentrer sur le chant a cappella », a confié, à l'AFP, Philippe Rousseau, président de l'ensemble vocal Atout chœur de Mirepeix. Et ce dernier d'ajouter avec fierté : « Il était allé sur les bancs de la fac pour suivre une formation de chef de chœur. Il avait dirigé jusqu'à cinq chorales dans la région dont celles de Gan. »

On imagine à quel point ce nouveau décès doit combler de tristesse celui qui est né Claude Moine le 3 juillet 1942. À force de voir ses amis, mais aussi ceux qu'il a connus dans sa jeunesse, s'effacer les uns après les autres de son existence, il est probable qu'il envisage avec horreur sa propre fin ? D'autant plus en cette période où les plus anciens d'entre nous sont la cible privilégiée de ce virus qui a déjà fait près de 320 000 morts dans le monde. Même s'il a l'air en pleine forme, à bientôt 78 ans, l'artiste a récemment fait des confidences inquiétantes dans Télé Star, laissant entrevoir que les apparences étaient trompeuses.

En pleine préparation de son prochain album auxquels doivent participer des musiciens américains, et dont la sortie a été évidemment repoussée à cause de la pandémie, le chanteur a indiqué qu'il ne se déplacerait pas outre-Atlantique, et que ce serait à eux de venir en France pour les enregistrements des morceaux, avouant à nos confrères : « Je ne peux plus tellement voyager pour des raisons de santé. »

Espérons malgré tout que ce grand artiste pourra bientôt nous offrir ses toutes dernières créations… Il mettrait ainsi un peu de soleil dans cette période bien sombre !

Clara MARGAUX

À découvrir

Sur le même thème