France Dimanche > Actualités > Ingrid Chauvin : Au bord du suicide !

Actualités

Ingrid Chauvin : Au bord du suicide !

Publié le 28 juillet 2014


Depuis la mort tragique et brutale de sa petite Jade il y a trois mois, l’actrice veut en finir avec sa � souffrance.

Ingrid 1 ChauvinC’est la plus terrifiante épreuve qu’une mère puisse affronter : la mort brutale de son enfant. Et s’il existe des degrés dans l’horreur, il y a encore pis que cela : perdre son enfant unique, celui que l’on a attendu jusqu’à 40 ans, que l’on n’attendait plus, et qui soudain arrive, comme un don merveilleux que décide de vous faire la vie. Cinq mois plus tard, tragiquement courts, mais tellement remplis de joie et de bonheur, ce cadeau du ciel vous est retiré, arraché.

Où trouver la force de continuer après cela ? Celle de ne pas en finir tout de suite, afin que s’estompe cette souffrance aiguë, dont on sait, au fond, qu’elle ne s’évanouira jamais ? Ces questions tragiques, Ingrid Chauvin ne cesse de les tourner et retourner dans son esprit ravagé par la douleur. Il y a un peu plus de trois mois, elle se retrouvait face à ce calvaire incompréhensible : le 25 mars, dans sa chambre de bébé, sa petite Jade, à peine âgée de cinq mois, fermait les yeux pour toujours, abandonnant sa maman.

Victime d’une malformation cardiaque, la petite fille devait être opérée un peu plus tard, lorsqu’elle aurait suffisamment grandi. Les médecins étaient très optimistes… Le destin en a décidé autrement. La mort subite du nourrisson a pris Jade à ses parents, Ingrid et Thierry Peythieu, mariés depuis le 27 août 2011. Depuis, l’actrice tente de remonter vers la lumière. Avec, au cœur et à l’esprit, une tentation terrible qu’elle vient d’avouer dans Gala.

Cette tentation, c’est celle du suicide. « Avant ce drame, sincèrement, j’aurais pensé qu’il était impossible de vivre après ça, dit-elle. C’est vrai qu’il y a des moments où on a envie de se jeter par la fenêtre… » En finir une fois pour toutes ; supprimer cette souffrance qui ne vous quitte jamais.

Ingrid 2 ChauvinDe même que l’enfant, qui, lui non plus, ne vous quitte pas, malgré la mort qui l’a ravi à vos bras, ainsi que le confirme Ingrid : « J’ai le sentiment que Jade est là, malgré tout. Je me raccroche à ce que je peux et cela me fait du bien. De continuer à la faire exister, tous les jours, tout le temps. Elle fait partie de notre vie, je lui parle, je passe des heures dans sa chambre… »

Se raccrocher à ce qu’on peut, comme le dit Ingrid, pour ne pas glisser vers les tréfonds du désespoir ; si l’on refuse de céder à l’appel muet de cette fenêtre grande ouverte qui semble vous dire qu’elle est la seule solution à votre calvaire…

Communiquer

Mais Ingrid Chauvin a compris que c’était là une fausse solution. En mémoire de Jade, elle a choisi de rester sur le versant de la vie, en se raccrochant à ce qu’elle peut. Cette mère crucifiée a pu s’agripper à deux planches de salut. Pour commencer, il y a son travail de comédienne. Cela peut sembler dérisoire, mais aucun soutien, si faible soit-il, n’est à négliger.

Ingrid 3 ChauvinQuelques semaines seulement après la tragédie, Ingrid s’est relevée. Sur Facebook, elle informait alors ceux qui l’aiment qu’elle allait, du 22 avril au 23 mai, descendre à Marseille afin d’y retrouver le chemin des plateaux, pour un téléfilm produit par France 3 et intitulé Rumeur assassine. « Je vais partir travailler, essayer de faire au mieux, jouer pour vous, un peu pour moi aussi, cela m’aidera sûrement à tenir debout », écrivait-elle alors.

Le travail aurait-il pu suffire à arracher Ingrid à son malheur, ou même seulement l’en distraire quelques heures chaque jour ? Rien n’est moins sûr. Heureusement, cette femme chancelante avait un autre pilier sur lequel s’appuyer, Thierry, le père de Jade. Il arrive souvent, hélas ! dans ce genre de drames, que submergés par une souffrance incommunicable, les deux parents finissent par se murer chacun en soi-même. Alors, après leur enfant, c’est leur amour qui meurt. C’est ce que Thierry et Ingrid sont arrivés à éviter.

Ingrid 4 ChauvinC’est même le contraire qui s’est produit, comme le reconnaît l’actrice dans Gala : « Ça nous a renforcés à tout jamais. Nous avons cette chance de beaucoup communiquer, d’être fusionnels. […] Aujourd’hui, Thierry et moi arrivons à parler, à échanger, à partager vraiment ce que l’on ressent. Cela nous fait du bien. Je crois que seul l’amour peut apaiser un peu. »

Et même barrer la route aux tentations morbides. Quand on lui demande si Thierry et elle songent à avoir un autre enfant, elle répond : « Oui, on en parle… » Une femme qui envisage de donner à nouveau la vie est déjà à demi-sauvée. La fenêtre donnant sur le gouffre est en train de se refermer ; celle donnant sur l’avenir s’ouvre lentement.

Lire aussi d'autres articles sur Ingrid Chauvin :
Les gazouillis ont laissé la place à l'insoutenable silence
Le deuxième bébé, on l'adoptera
J'ai l'impression d'avoir vécu un rêve éveillé

Pierre-Marie Elstir

À découvrir