France Dimanche > Actualités > Ingrid Chauvin : Au cœur d’un scandale !

Actualités

Ingrid Chauvin : Au cœur d’un scandale !

Publié le 10 octobre 2019

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Ingrid Chauvin

“Demain nous appartient, cela suffit !!! Halte aux fossoyeurs de la culture et du bien vivre au quotidien à Sète !” Un riverain a lancé une pétition contre le feuilleton de TF1 dans lequel brille Ingrid Chauvin.

Ces derniers mois, la comédienne semblait avoir renoué avec le bonheur. Celui d’avoir tout récemment fêté ses huit ans de mariage avec l’homme de sa vie, le réalisateur Thierry Peythieu, qu’elle célébrait sur Instagram en publiant de touchants clichés de son couple. « Aimer est un sentiment qui nous rend immuablement heureux… Joyeux Anniversaire de mariage mon amour », écrivait-elle à l’adresse de son époux et metteur en scène. Bonheur aussi de pouvoir s’occuper de son petit Tom, 3 ans, le fils qu’elle a eu avec lui, et qui lui apporte chaque jour une joie dont elle profite pleinement. Désormais installée à l’endroit où ont lieu les tournages de Demain nous appartient, la magnifique ville de Sète, située dans l’Hérault, elle poste souvent des images de son adorable petit garçon, qui semble tellement épanoui d’habiter dans une si belle et si lumineuse région.

Enfin, la talentueuse Ingrid Chauvin vit aussi à fond sa joie d’interpréter son rôle de Chloé Delcourt dans la série de TF1, aux côtés, entre autres, d’Alexandre Brasseur et de Clément Rémiens. Même si, devant les caméras, elle se retrouve dans une situation similaire à ce qu’elle vit dans la réalité… 


En effet, son personnage dans Demain nous appartient, qui a deux enfants, essaie de toutes ses forces d’avoir un troisième bébé. Et ceux qui aiment Ingrid ne peuvent ignorer que l’actrice a eu la douleur de perdre sa petite Jade, à l’âge de 5 mois, et que depuis, avec son mari, elle fait tout pour adopter un troisième enfant…

Mais Ingrid a accepté d’endosser ce rôle si proche de celle qu’elle est, avec courage et détermination. En précisant toutefois à la production, de la plus ferme des façons, qu’elle souhaitait que ce bébé à naître, dans Demain nous appartient, soit épargné par le destin : « J’aimerais qu’on n’envisage pas le décès de l’enfant, leur a-t-elle en effet expliqué, comme l’a rapporté Télé Loisirs. C’est la seule condition que j’ai posée, car cela reste extrêmement difficile pour moi. J’ignore le dénouement de l’intrigue, mais je sais qu’ils n’iront pas dans cette voie et qu’il n’y aura pas ce genre de similitude avec ma vie privée. »

C’est donc une comédienne et une femme épanouie qui abordait cette rentrée, portée par les bons résultats d’audience du feuilleton de TF1. Mais alors que rien ni personne ne semblait pouvoir troubler sa quiétude, Ingrid s’est soudain retrouvée au cœur d’un scandale qui a mis fin aux promesses de douceur qui s’annonçaient.

C’est un habitant de Sète qui a allumé le feu de cette polémique. Martin Bez, un photographe, qui a ouvert en 2006 une galerie d’art dans une jolie rue de la ville. Passionné d’art et de culture, il aime citer les merveilleuses personnalités qui ont donné à Sète ses lettres de noblesse. Paul Valéry, grand écrivain et philosophe, qui y a vu le jour en 1871. La ville était aussi la patrie de Georges Brassens, qui y est né et y a rendu son dernier souffle. Tout comme le grand homme de théâtre Jean Vilar. Ou la cinéaste récemment disparue Agnès Varda. On ne compte pas non plus le nombre de peintres attirés par la lumière si particulière du lieu.

Mais aujourd’hui, à en croire ce galeriste, ceux qui débarquent dans la Venise du Languedoc ne le font plus pour de bonnes raisons. Le 5 septembre, il a installé une banderole sur la vitrine de son magasin, sur laquelle on peut lire : « Un peu de bon sens ! DNA, cela suffit !!! Halte aux fossoyeurs de la culture et du bien vivre au quotidien à Sète. »

Selon lui, en effet, ce sont désormais les fans de la série qui arrivent à Sète, avec une seule idée en tête : se rendre au faux café le Spoon, qui est en vérité une boutique dans laquelle sont vendus les produits dérivés du célèbre feuilleton ! Et il les voit, ces touristes passionnés de Demain nous appartient, car pour arriver à la fameuse boutique, ils passent devant chez lui !

« J’ai regardé deux épisodes. DNA, cela n’a rien à voir avec Sète. La ville est utilisée par la chaîne la plus commerciale de la télé pour vendre de la mauvaise pub à l’heure de la plus grande écoute. Une ville comme la nôtre n’a pas le droit de s’associer avec ces marchands de soupe, au service d’une activité mercantile du plus bas étage. Brassens se retournerait dans sa tombe », a-t-il confié à nos confrères du Midi Libre.

Pour enfoncer le clou, ce Sétois mécontent a pris soin de laisser un large espace vierge sous sa banderole, pour permettre aux riverains d’apposer leur signature en soutien. Et à l’heure actuelle, quelque deux cents habitants ont paraphé sa pétition !

L’adjointe au tourisme à la mairie de Sète, Marie de La Forest, s’insurge. « C’est une mauvaise polémique, totalement injuste. Chacun a le droit de ne pas aimer la série, mais tout de même… Nous accuser d’être des fossoyeurs de culture ! Alors qu’il n’y a pas de ville de cette taille qui en fasse autant, justement, pour la culture, que ce soit politiquement, humainement et financièrement », a-t-elle protesté.

Pour l’heure, Ingrid Chauvin n’a pas fait de déclaration sur ce délicat sujet. Mais c’est bien malgré elle qu’elle se retrouve au cœur de cette triste bataille. Et elle va sans doute être très peinée de découvrir l’hostilité que suscite cette série, à laquelle est tellement et véritablement attachée…

Laurence PARIS

À découvrir