France Dimanche > Actualités > Ingrid Chauvin : L’atroce accident de voiture !

Actualités

Ingrid Chauvin : L’atroce accident de voiture !

Publié le 7 mars 2019

Horriblement meurtris, Ingrid Chauvin et son mari ne se remettent pas de la mort des quatre ados.

La vie nous joue parfois de sales tours, aussi violents qu’injustes, de ceux qui vous brisent à tout jamais et que l’on ne souhaite pas même à son pire ennemi. Un drame épouvantable s’est produit le samedi 16 février dernier, peu avant 5 heures du matin, sur une route de la commune de Saint-Chaffrey, près de Briançon, dans les Hautes-Alpes. Et cette tragédie, qui a endeuillé toute une région, plonge aussi Ingrid Chauvin et son époux, le réalisateur Thierry Peythieu, dans la plus grande tristesse.

Lors de cette funeste nuit, six jeunes de la vallée de Serre-Chevalier, « enfants » bien-aimés de l’école de ski de la station, rentraient chez eux à bord d’un mono­space, après avoir fêté le 20e anniversaire de l’un d’entre eux. Soudain, pour une raison encore inconnue, leur voiture a percuté de plein fouet un poids lourd qui arrivait en sens inverse. Un choc si brutal que trois d’entre eux sont morts sur le coup, et un quatrième a succombé à ses blessures dans la matinée à l’hôpital de Grenoble. Ils s’appelaient Matt, Arthur, Benjamin et Titouan, et avaient de 17 à 20 ans…

Bien sûr, après cet atroce accident, il faut avant tout penser aux parents, aux proches et à la famille de ces quatre victimes, à tous ceux qui les aimaient et pleurent aujourd’hui la disparition de ces garçons fauchés en pleine jeunesse. Mais, comme nous vous le disions plus haut, cette tragédie frappe aussi l’héroïne de la série de TF1, Demain nous appartient, et son mari. Car le papa de Tom, qui aura 3 ans le 10 juin prochain, connaissait bien ces jeunes, ainsi que leurs parents. Lui-même originaire de cette région, l’ex-assistant de production a d’ailleurs fait part de son immense tristesse sur son compte Instagram, en publiant ce commentaire bouleversant : « Aujourd’hui, mon cœur, mon esprit, mes pensées sont tournés vers Serre-Chevalier. Vers mes potes d’enfance, Guillaume, Patou, Bernard, Stéphane… »

Il poursuit cet hommage avec une supplique, associée à l’emblème de la ville meurtrie, un aigle, versant une larme et surmonté d’un ruban noir. Une plainte où percent le désespoir et l’incompréhension face à la perte de ces gamins fauchés si jeunes : « Putain de vie, putain de destin… J’ai envie de hurler, écrit, impuissant, l’époux d’Ingrid Chauvin. Mes potes, mon boss… Je suis loin et à la fois si proche de vous. Je ne cesse de penser à vous. »


Ce cri du cœur, poussé depuis la ville de Sète où le couple s’est installé depuis 2017, l’actrice s’y est très vite jointe, exprimant à son tour son chagrin sur les réseaux sociaux : « La vie… aussi belle que cruelle… Mes plus tendres pensées à nos amis qui ont perdu leurs enfants aujourd’hui… »

Une peine que l’artiste de 45 ans comprend d’autant mieux que son existence a bien failli basculer, il y a seize ans, à cause d’un très grave accident de voiture ! Ce drame, auquel elle a réchappé par miracle, lui a laissé de nombreuses et douloureuses séquelles… Une chance que n’ont, hélas, pas eue les quatre malheureux jeunes gens disparus samedi dernier.

Lorsque son accident s’était produit, le 25 août 2003, Ingrid était restée bloquée dans son véhicule, les côtes cassées, victime d’une hémorragie interne et d’une commotion cérébrale. Il s’en était fallu de quelques minutes qu’elle ne rende son dernier souffle : « J’ai été sauvée ce jour-là par des pompiers qui terminaient leur journée », a-t-elle en effet révélé en 2015.

Et la belle quadra d’affirmer qu’elle n’était alors pas dans le coma, mais plutôt en train de vivre un moment unique, une EMI, c’est-à-dire une « Expérience de mort imminente » : « J’étais dans un état plus que second, s’est souvenue la star de la Une. J’ai vécu cette situation extraordinaire de me voir au-dessus de mon corps. J’ai eu l’impression de parcourir un long tunnel avec une lumière blanche au bout et de retrouver mon père, décédé un mois avant, et qui me disait : “Ma chérie, je t’aime, tu dois repartir, tu as des choses à faire.” » Et l’ex-Femme de loi d’évoquer cet instant où elle a réintégré son corps, puis les douleurs consécutives à l’accident. Des souffrances qui, aujourd’hui encore, la tenaillent jusqu’à l’épuisement.

Mais ces séquelles ne sont cependant rien en comparaison du chagrin qu’elle et son mari éprouvent après le drame de Serre-Chevalier.

Clara MARGAUX

À découvrir