France Dimanche > Actualités > Ingrid Chauvin : “Les gazouillis ont laissé la place à l’insoutenable silence”

Actualités

Ingrid Chauvin : “Les gazouillis ont laissé la place à l’insoutenable silence”

Publié le 4 avril 2014

� Jade�, son petit ange, s’est envolé à cinq mois laissant un vide immense dans le cœur de cette maman et de ce papa qui l’avait tant chérie.

Le dernier téléfilm tourné par Ingrid Chauvin s’appelle Une bonne leçon. Aujourd’hui, qu’elle est en plein cauchemar, la question doit hanter la comédienne : quelle leçon a voulu lui donner la vie en lui enlevant sa fille ? Quelle logique dans tout cela ? Aucune malheureusement, juste l’absurdité de la mort qui frappe où bon lui semble.

Née en octobre 2013, Jade était le premier enfant d’Ingrid après des années d’attente. Son papa est Thierry Peythieu, un assistant réalisateur rencontré sur le tournage des Toqués et épousé en 2011. Elle est décédée le 25 mars, à 5 mois, et a été incinérée samedi 29 mars au cimetière du Père-Lachaise, à Paris.

cover 3527Qu’est-il arrivé à Jade ? Sitôt sa mort connue, la rumeur a enflé : la petite fille souffrait depuis sa naissance d’une grave malformation cardiaque au point d’avoir été opérée à plusieurs reprises. Elle n’aurait pas survécu à cette anomalie et aurait subi une ultime intervention, il y a quelques semaines, à l’hôpital Necker de Paris.

Pour mettre un terme à ces on-dit, Ingrid Chauvin a décidé de prendre la parole pour dire sa vérité. Elle l’a fait par le biais d’une lettre poignante, mise en ligne mardi après-midi sur son compte officiel Facebook. « Chacun y va de sa supposition sur les causes du décès de notre princesse, écrit Ingrid. Je ne vous en veux pas et comprends la nécessité de communiquer. »

Et cette mère ravagée d’expliquer : « Jade n’est pas partie suite à de nombreuses opérations du cœur ou par défaillance cardiaque. Son cœur demandait une réparation qui était prévue lorsqu’elle serait plus grande. Quarante-huit heures avant son départ encore, les médecins étaient confiants et nous avions cette chance de pouvoir vivre normalement, seule l’alimentation était à suivre assidûment. Jade devait prendre du poids convenablement et nous étions heureux de constater qu’elle avait pris un rythme de croisière. »

Malgré ces éclaircissements, Ingrid confesse alors une triste vérité : elle ne sait pas encore ce qui a emporté sa princesse, ajoutant qu’il n’y a pour l’instant aucune certitude et que, pour l’heure « la mort subite du nourrisson » reste l’explication la plus plausible. En dépit, ou à cause de ces problèmes de santé, Ingrid avait immédiatement endossé son rôle de mère.

En novembre 2013, à Télé Poche qui lui demandait quand elle s’était sentie devenir maman, elle répondait que ce sentiment était né dès le moment où elle avait prise sa fille par les épaules et posée sur son ventre, peau contre peau, surprise de constater à quel point l’instinct maternel lui était venu d’emblée.

Drames

Oui, ces cinq mois passés avec Jade resteront parmi les plus beaux de sa vie. « Je garde en souvenir chaque seconde vécue auprès de ma princesse et je suis heureuse d’avoir pris le temps de profiter d’elle tous les jours, écrit Ingrid sur Facebook. Jade était de ces bébés qui ne pleurent pas, curieuse de tout, souriante, joyeuse et attentive… Elle a illuminé notre vie de milliers de bonheurs… »

Toujours très proche de son public, Ingrid n’a jamais éludé les soucis de santé de sa fille. Des soucis apparus dès la grossesse, quand il avait fallu nourrir l’embryon qui était trop faible. La maman avait dû être aidée avec un traitement hormonal pour vasculariser l’embryon, faire des prises de sang toutes les quarante-huit heures, vérifier les taux d’hormones de grossesse… Jusqu’au troisième mois, elle avait eu très peur de la perdre.
Et en ce triste printemps 2014, c’est malheureusement chose faite.

Ingrid trouvera-t-elle le courage de refaire un enfant ? Il est encore trop tôt pour le dire. Mais, à l’heure où nous écrivons ces lignes, cette femme blessée doit songer à la versatilité de la vie à son égard. Si d’un côté, elle lui a donné une belle carrière, elle l’a aussi « gâtée » en terme de drames intimes. La mort de Jade se produit ainsi presque onze ans après le grave accident de voiture dont elle était sortie miraculeusement vivante en 2003. En attendant, la comédienne sait déjà qu’elle n’oubliera jamais les heures qu’elle vient de vivre.

Tout à sa douleur, sur Facebook, elle rend hommage à son mari, le qualifiant d’homme et de papa extraordinaire et exemplaire, avant d’évoquer une dernière fois, de façon déchirante, son paradis perdu : « Difficile de trouver les mots. Rien ni personne n’effacera la douleur et le manque de ma petite Jade, les gazouillis ont laissé place à l’insoutenable silence. À toi ma chérie, il n’y a pas assez de mots, pas assez de temps dans une vie pour te dire à quel point je t’aime. »

Benoît Franquebalme

À découvrir