France Dimanche > Actualités > Cerise Calixte : "Mon bébé de 9 mois s'apaise quand je chante !" (Interview exclusive)

Actualités

Cerise Calixte : "Mon bébé de 9 mois s'apaise quand je chante !" (Interview exclusive)

Publié le 4 mai 2021

.photos:béatrice-cruveiller
© Béatrice Cruveiller -

Si vous avez des enfants dans votre entourage, vous connaissez certainement la voix de Cerise Calixte. Elle a été l’interprète du célèbre dessin animé Vaïana et, aujourd’hui, l’artiste vole de ses propres ailes. Elle sort un nouveau single le 17 mai, intitulé “Juste un peu d’amour”. À ce titre, elle nous a accordé un entretien exclusif et en avant-première.

France Dimanche : Vous vous apprêtez à sortir un nouveau single. Comment est venue l’idée de ce titre ?

Cerise Calixte : Mon manager m'a dit : "Ecoute, j’ai entendu un titre composé par Gérard Salesses et je pense qu’il peut te correspondre mais je ne sais pas si tu vas aimer ou pas !" J’ai écouté et j’ai tout de suite aimé parce qu’il faisait très années 90-2000. La rythmique me plaisait beaucoup et le message aussi forcément.


France Dimanche : Justement, parlez-nous du message de ce titre.

Cerise Calixte : En ce moment je pense que tout le monde a besoin d’un peu d’amour, un peu de soleil. Le texte m’a parlé assez rapidement du coup, j’ai dit oui tout de suite !

France Dimanche : Vous avez toujours voulu être chanteuse ?

Cerise Calixte : Mes deux parents sont artistes donc j’ai vraiment grandi là-dedans. Ils sont chanteurs, comédiens, danseurs. J’ai grandi dans le milieu du spectacle. Moi, je voulais être professeur des écoles ! (Rires) J’ai fait hypokhâgne, des études de lettres, mais en parallèle, j’ai fait une école de comédie musicale. Et puis quand j’étais en troisième année de fac, un soir, j’ai dit à mes parents : "Je suis en train de me tromper, ce n’est pas ça que je veux faire !". Mes parents s’en doutaient depuis très longtemps, mais ils attendaient que je comprenne moi-même. J’ai alors dit que je voulais faire de la scène, ils m’ont répondu : "Ok, mais on veut que tu aies un diplôme", j’ai donc fait une école de commerce et j’étais sur scène après.

France Dimanche : Vous vous destiniez à être professeur des écoles, vos titres sont adressés aux jeunes publics... Vous êtes résolument tournée vers la jeunesse ?

Cerise Calixte : C’est venu à moi. J’ai eu la chance de décrocher le rôle de Vaiana et j’ai pris conscience que je voulais vraiment m’adresser à ce public-là. Je trouve que c’est génial parce qu’en fait les enfants, les ados ne mentent pas. Ils aiment ou ils n’aiment pas. Ils n’ont pas ce filtre qu’ont les adultes. Il y a une vraie sincérité dans le retour qu’ils ont de nous. Quand je vois les étoiles dans les yeux des enfants lorsque je suis sur scène, ça n’a pas de prix.

France Dimanche : Vous êtes maman vous-même, est ce que vous partagez déjà votre amour pour la musique avec votre fils ?

Cerise Calixte : Oui, je suis maman d’un petit garçon de 9 mois. C’est quelque chose qui fait complétement partie de ma vie. Mes parents le gardent aussi souvent, ils partagent avec lui des moments de danse, de chant. Il baigne là-dedans. C’est un petit garçon qui est très éveillé, on sent déjà qu’il a une sensibilité pour la musique. Dès qu’on commence, il adore ! Je pense que ça vient du fait que j’ai aussi chanté pendant toute ma grossesse. Je sens que c’est quelque chose qui l’apaise.

France Dimanche : Est-ce qu’après la sortie de “Juste un peu d’amour”, vous prévoyez un album ? Des projets ?

Cerise Calixte : Justement il y a ce single qui sort le 17 mai. Il y a aussi la sortie du clip le même jour qui a représenté un gros challenge. Je l’ai voulu dans un esprit très comédie musicale avec de la danse. L’idée est de chanter ce titre sur scène dès que ce sera possible. Apprendre la chorégraphie aux enfants, qu’ils puissent danser avec moi. Après, on est sur un projet d’album, j’espère pour la rentrée. Et puis je travaille toujours pour TV Pitchoune avec qui j’ai des projets d’émissions et je travaille aussi pour Disney donc je suis pleine de projets et pleine de pistes.

France Dimanche : Vous interprétez “Juste un peu d’amour”, est-ce qu’il y a un écho personnel à ce titre ?

Cerise Calixte : C’est un titre qui peux parler à tout le monde. J’ai la chance d’avoir un mari et de vivre une histoire d’amour extraordinaire avec lui, d’avoir des parents qui s’aiment toujours autant. Ils ont fêté leurs 30 ans de mariage il y a deux ans. Donc je m’estime extrêmement chanceuse et ce titre fait écho bien sûr, c’est une valeur essentielle. On ne peut pas avancer très loin dans la vie sans aimer quelqu’un. Peu importe qui, peu importe comment. C’est une émotion qui fait tellement de bien et qui parle à toutes les générations. Dans les paroles, on retrouve le côté magique des premières découvertes amoureuses.

France Dimanche : Vous vivez une très belle histoire d’amour, qui est l’heureux élu ?

Cerise Calixte : On s’est rencontrés par des amis communs et c’était LA personne que j’attendais. C’est une personne qui est à l’opposé de moi et qui me rassure beaucoup. On se complète énormément et je peux dire que c’est mon roc. Je ne serais jamais partie dans la musique, sans lui. Il faisait partie prenant de cette aventure. Il me pousse beaucoup et me donne confiance.

France Dimanche : Si vous aviez un conseil à donner aux jeunes pour vivre une aussi belle histoire d'amour, ce serait quoi ?

Cerise Calixte : Sortez des ordinateurs et des réseaux sociaux. Moi quand j’étais petite, j’allais jouer dans la rue et c’est comme ça que j’ai rencontré mon premier petit amoureux ! (rires) Je pense que les vraies rencontres se passent dehors. On rencontre des gens, on se fait des amis, on peut tomber amoureux. Il y a de vraies rencontres humaines. L’amour peut arriver partout. Il faut être ouvert, prêter attention aux petits détails et surtout se laisser porter. Se laisser guider par la magie, c’est génial. La compréhension, l’écoute et essayer de s’accompagner au mieux les uns les autres, c’est la clé selon moi pour bien vivre ensemble. Avec “juste un peu d’amour”, la vie est plus belle. 

Andréa Meyer

À découvrir