France Dimanche > Actualités > [INTERVIEW] Orlando : "Voici la vérité sur l'avortement clandestin de Dalida !"

Actualités

[INTERVIEW] Orlando : "Voici la vérité sur l'avortement clandestin de Dalida !"

Publié le 15 décembre 2015

capture-d-e-cran-2015-12-15-a-17-56-25

Interrogé sur l'histoire de la chanson Il venait d'avoir 18 ans, Orlando le frère et producteur de Dalida nous fait des nouvelles révélations sur la relation qui a poussé l'icône de la chanson française à avorter, entraînant sa stérilité...

France Dimanche (F.D.) : La semaine dernière, vous avez confié à André Manoukian la véritable histoire derrière la chanson Il venait d’avoir 18 ans...

Orlando (O.) :Que les choses soient claires. Il venait d’avoir 18 ans, c’est une chanson inspirée du film Le blé en herbe. André Manoukian, un ami formidable, m’avait invité sur le plateau de l’émission La vie secrète des chansons sur France 3. C’est lui qui m’a lancé sur cette histoire en me posant cette question sur la chanson Il venait d’avoir 18 ans. Il avait certainement dû lire cette biographie sur ma sœur (NDR : Dalida, "mon frère tu écriras mes mémoires", de Catherine Rihoit et Orlando, paru chez Plon en 1998) qui révélait le drame derrière la chanson.

DALIDA DELUXE
Productions Orlando / D.R

--> Lire aussi : Dalida : La vérité sur sa mort !

F.D. : Que s'est-il vraiment passé ?

O. : A l’époque personne n’était au courant, à part sa cousine et secrétaire Rosie, et moi-même ! La chanson, écrite fin 1973, n’a fait que raviver la mémoire de Dalida. Pascal Sevran, Serge Lebrail et Pascal Auriat, les auteurs, n’avaient nullement conscience de cette histoire. Ni ma mère, ni mon frère aîné ! Même Lucio ne l’a jamais su !

Dalida fleurs
Productions Orlando / D.R

O. : Ce que disent les journalistes est faux ! L'amant de ma soeur, à l'époque, n’avait pas 18 ans ! Il avait 22 ans et demi. Ma sœur en avait 34 ! En vérité, il n'y avait que 11 ans d'écart. À l'époque, c'était mal perçu par la société. Aujourd'hui, ce n'est pas une différence d'âge si énorme. Le drame, derrière cette chanson, c'est que personne ne savait à ce moment-là que ma sœur était enceinte ! Et le pire, c'est qu'elle ne s'est rendue compte que bien plus tard, une quinzaine d'années après, que cette opération l'avait rendue stérile...

--> Lire aussi : Il venait d'avoir 18 ans, c'est lui !

F.D. : Comment Dalida et Lucio se sont-ils rencontrés ?

O. : À l’époque, Luigi Tenco venait de se suicider (NDR : Dalida avait retrouvé le corps sans vie, une balle dans la tête dans sa chambre d'hôtel, de l'homme avec lequel elle devait se marier) Je ne vais pas revenir sur cet hiver 1967, sur la tentative de suicide de ma soeur aux barbituriques et tout le reste… Quand Dalida a rencontré Lucio, elle a fait une projection de Luigi Tenco sur ce garçon. Lucio était un grand fan de Luigi Tenco. Quand il est venu la voir à Rome, sur un plateau de télévision où elle avait un show - NDR : Partitissima, un jeu musical très populaire en Italie, que Dalida remporte en janvier 1968 avec la chanson Dan dan dan-, Lucio s’est approché de Dalida avec les poèmes et les chansons de Tenco. Immédiatement, elle a vu en lui Luigi. Elle a fait une projection sur lui de son amour perdu, ce jeune homme qui était en vérité bien différent. Ce garçon avait certes quelques airs mais c'est tout. Et ce qui devait arriver arriva... Elle est tombée enceinte !

Dalida Italia
Productions Orlando / D.R

F.D. : Alors Lucio a poussé Dalida à se faire avorter ?

O. : Non pas du tout ! Tout ce qu'on raconte là-dessus est complètement faux ! Lucio n’a jamais su qu'elle attendait un enfant de lui ! Dalida ne voulait pas d'un enfant sans père. Vu que Lucio était plus jeune qu'elle, ma soeur ne voulait pas gâcher son avenir. C'est pour ça qu'elle lui a caché la vérité ! Ma soeur s’est sacrifiée pour lui ! Elle a pris cette décision toute seule. Lucio n’a même pas compris pourquoi Dalida avait mis fin à leur relation !

https://www.youtube.com/watch?v=zyDZc8QDlYY

F.D. : Personne n'était au courant à l'époque, même pas vous ?

O. : Dalida ne l’a confié qu’à sa cousine Rosie et à moi, en nous faisant jurer de bien garder le secret : « vous êtes les seuls à le savoir. Ne le dîtes surtout pas à notre mère », nous avait-elle confié.

F.D. : Qu’avez-vous conseillé à votre sœur quand elle a parlé de se faire avorter ?

O. : Avec ma cousine, on a essaye de lui dire qu'on était solidaire avec elle et que si elle voulait le garder, on était là pour elle. Vous savez ma soeur, on ne lui faisait pas faire ce qu'elle ne voulait pas. Dalida avait une très forte personnalité et savait ce qu'elle voulait. Elle a toujours tout décidé. Ma cousine et moi, on l'a rassurée de notre amour et de notre soutien. On ne l'a surtout pas influencée dans un sens ni dans l'autre, car c'était une décision très personnelle. À l'époque, Dalida travaillait beaucoup à Rome, et c'est à Rome qu'elle s'est fait avorter dans le plus grand secret, sans ne rien dire à personne. L'avortement était interdit en Italie comme en France.  Elle s’est faite avorter clandestinement et dans des conditions qui se sont avérées dramatiques par la suite.

Dalida
© Productions Orlando / D.R.

Interview : Stéphane Joly

À découvrir