France Dimanche > Actualités > Isabelle Mergault : Minée par un terrible handicap !

Actualités

Isabelle Mergault : Minée par un terrible handicap !

Publié le 5 avril 2017

Son humour irrésistible
 et son chuintement
 ne sont pas étrangers à 
son succès. Mais ce petit cheveu sur la langue n'apporte pas que des avantages à Isabelle Mergault…

«Mon chuintement m’a donné une notoriété et, en même temps, il m’a enfermée. » Depuis ses débuts au cinéma en 1979, la pétillante Isabelle Mergault a su séduire le public. Pourtant, la réalisatrice et auteure de pièces de théâtre à succès souffre toujours d’un terrible handicap, un défaut de prononciation qui lui a valu de vivre l’enfer à l’école.

« Petite, tout le monde se moquait de moi, a-t‑elle confié à Closer. Très vite, j’ai retourné la situation. J’ai décidé de faire rire pour ne plus qu’on le fasse à mes dépens. » Et à 18 ans, alors qu’elle commence à prendre des cours de théâtre, elle consulte un orthophoniste pour apprendre à prononcer les « che » et les « je ».

Ce dernier lui donnera un excellent conseil : ne pas corriger ce défaut, qui lui permettra de se distinguer sur les planches. Et, de fait, ce cheveu sur la langue est devenu sa marque de fabrique.

->Voir aussi - The Voice : Yoann Freget "Le chant m'a permis de maîtriser mon bégaiement"

Complexée

Hélas, après tant d’années, ­l’artiste semble toujours aussi complexée par son problème de diction. Ainsi, quand elle entre dans une boutique, elle n’ose pas dire bonjour : « Je sais que tout le monde va se retourner et que ça va être pris pour un sketch, alors je compense ce qui pourrait être perçu comme de l’impolitesse par un grand sourire. » Et dans presque toutes les histoires d’Isabelle figure un personnage qui ne sait pas communiquer ou s’exprimer aisément. Ce n’est pas un hasard.

Dans des émissions de télévision ou de radio, comme Les grosses têtes, elle fait rire avec ses blagues et sa façon de parler. Mais, dans la vie quotidienne, elle doit réfléchir avant de s’exprimer. Au point de renoncer parfois à se mettre en colère : « La dernière fois à la banque, on m’a compté des agios. Qu’est-ce que vous voulez, je prononce adzzios. Le mec en face de moi avait envie de se marrer, donc j’ai laissé tomber. Je ne peux pas être sérieuse. Je vois tout de suite que ça frise dans l’œil de l’autre, alors je la ferme. »

Toutes ces précautions auraient-elles interdit à cette grande solitaire de trouver l’âme sœur ? La nouvelle Jacqueline Maillan, comme la qualifie son ami Laurent Ruquier, vient de publier son premier roman, Un escargot tout chaud (Grasset), exposant les déboires d’un couple au bord de la rupture parce qu’il n’arrive pas à communiquer.

Toujours 
à Closer, Isabelle Mergault admet n’avoir jamais partagé un toit ou sa salle de bains avec un homme. Chacun habitait son propre appartement. Heureusement, l’amour a frappé à sa porte en 2014. Il se prénomme Maya, sa fille. Née en 2009, l’enfant, d’origine nigérienne, adoptée à 5 ans et demi, lui donne toutes les raisons d’être heureuse.

Nina Collombe

À découvrir

Sur le même thème