France Dimanche > Actualités > Jacques Chirac : Pas de St-Trop cette année !

Actualités

Jacques Chirac : Pas de St-Trop cette année !

Publié le 26 juillet 2013

Reclus dans son château corrézien, à l'abri des regards, Jacques Chirac ne se déplacerait plus qu'en chaise roulante.

Quand un président en exercice rend visite à un ancien chef de l'État, ce n'est pas forcément bon signe. Soit le pays va mal, soit c'est ce dernier qui va mal. Samedi dernier, alors que François Hollande se trouvait dans son fief de Tulle, il en a profité pour rendre une visite de courtoisie à l'autre figure de la Corrèze, Jacques Chirac qui se repose actuellement dans son château de Bity.

Entouré des siens, l'ancien leader du RPR ne semble plus en mesure de passer son été à Saint-Tropez comme il en avait pris l'habitude depuis la fin de son mandat en 2007.

En réalité, il ne se serait jamais vraiment remis de l'accident vasculaire cérébral qui l'avait conduit au Val-de-Grâce le 2 septembre 2005. Depuis, il éprouve de sérieux problèmes d'audition et de compréhension. Lui qui a arpenté tous les départements de France de son pas rapide et décidé se fatigue aujourd'hui très rapidement.

->Voir aussi - Jacques Chirac : Les brasseurs lui mettent la pression !

Lors de sa dernière apparition publique au musée du quai Branly, il était en chaise roulante. Dans ces conditions, il aurait eu du mal à faire son « show » de l'été chez Sénéquier, sa terrasse préférée du port de Saint-Tropez où il a l'habitude de boire une bière tout en posant et signant des autographes à une foule d'admirateurs.

Même si la raison officielle de l'absence de Jacques Chirac sur la Côte d'Azur est la défection de son ami milliardaire François Pinault qui avait pour habitude de l'accueillir dans sa villa, personne n'est dupe... Avec cette canicule, l'ancien président, en petite forme, préfère se tenir au frais à l'abri des vieilles pierres de son manoir corrézien.

C'est donc là que François Hollande, son ancien opposant politique pour lequel le patriarche avait pourtant déclaré vouloir voter, est venu s'enquérir de son état de santé.

Mobilité

« Je l'ai trouvé plutôt en bonne forme », a lancé sans grande conviction le président socialiste à la foule de journalistes qui le pressait de questions à sa sortie. Puis, après un instant d'hésitation et de réflexion, il a ajouté au micro de France Info : « En tout cas sur le plan intellectuel, il l'était parfaitement ! »

En effet, l'ex-chef d'État ne peut cacher ses problèmes de mobilité : selon le témoignage d'un proche, rapporté par Le Parisien, il ne se déplacerait plus qu'avec l'aide d'un infirmier. Qui plus est, il n'aurait « plus toute sa tête ».

François Hollande, même s'il a affirmé avoir discuté avec Jacques Chirac de « questions internationales » et « du pays, la France », ne s'est pas attardé. Il ne voulait sans doute pas le fatiguer. À moins que son devoir ne l'ait appelé, précipitamment ailleurs.

Pierre-Antoine Brionne

À découvrir