France Dimanche > Actualités > Jacques Dutronc : Anéanti par le décès de son frère !

Actualités

Jacques Dutronc : Anéanti par le décès de son frère !

Publié le 19 octobre 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Avec lui, Jacques Dutronc avait tout partagé : les rires et les peines, les joies et la folie de la scène…

Il y a bien longtemps qu'il a laissé à d'autres l'agitation parisienne pour s'exiler loin du monde sur son île de Beauté adorée… À Monticello, village perché au-dessus de l'Île-Rousse, en Haute-Corse, Jacques Dutronc vit en toute tranquillité, entouré de ses chats bien aimés et auprès de sa compagne, Sylvie, qui veille sur lui depuis plus de vingt ans. Loin du monde, certes, mais sans doute pas sourd aux nouvelles qui se jouent hélas des distances et ne manquent pas, de temps à autre, de lui rappeler qu'il n'est pas éternel.


De son petit paradis au cœur de la Méditerranée, le compositeur de Et moi, et moi, et moi est sans nul doute tenaillé par la peur d'apprendre un jour ou l'autre que son âme sœur, Françoise Hardy, aux prises depuis longtemps avec le cancer, a rendu les armes et s'en est allée avant lui. À l'affût de cette terrible annonce dont il pourrait bien ne pas se relever, l'homme au cigare, âgé de 78 ans, ne se doutait certainement pas que ce serait un autre membre de sa famille– musicale, celle-là – qui disparaîtrait, le laissant seul avec ses souvenirs !

André Crudo, un frère de cœur, et grand témoin de ses débuts, a en effet été fauché par le maudit coronavirus le mardi 14 septembre, comme l'a révélé son fils Franck sur sa page Facebook, au lendemain de son décès : « J'ai la douleur de vous annoncer que mon papa nous a quittés hier matin, victime du Covid, après s'être courageusement battu. Pour ceux qui l'ont bien connu, ses obsèques auront lieu lundi prochain 14 h 30 à l'église Notre-Dame de Saint-Mandé. »

Jacques, dont l'état de santé est fragile et qui avait dû subir une lourde intervention chirurgicale en juin 2020, n'a évidemment pas eu la force de se rendre en région parisienne pour dire un dernier adieu à André. Cet André avec qui il avait tant partagé ! Au début des années 60, la future star qui n'était alors qu'une « jeune canaille » jouait de la guitare dans le groupe El Toro et les Cyclones, – nom donné par Vogue, leur maison de disques, qualifiant à la fois l'incroyable énergie de ces jeunes gens et la corpulence massive du chanteur. Mais un beau jour, Charlot Benarroch, le batteur, a quitté la bande et rejoint Les Fantômes, l'autre groupe à la mode.

C'est ainsi que Crudo, excellent percussionniste, qui travaillait comme assistant aux studios Vogue, a intégré la formation. Musicien formé au jazz, c'était une très bonne recrue qui avait acquis de l'expérience en jouant entre autres avec Les Chaussettes noires.

Après la dissolution du groupe de Jacques Dutronc, l'as de la batterie accompagnera Françoise Hardy, puis laissera de côté la musique pour se tourner vers la photo. Il deviendra, en 1964, l'un des photographes attitrés du Golf-Drouot et tirera le portrait des plus grandes stars de la chanson, tels Gilbert Bécaud, Tom Jones ou Les Rolling Stones. Passionné de sport, golf et tennis, cet homme aux mille vies avait été arbitre à Roland-Garros et côtoyé de nombreux champions, tels Yannick Noah, Björn Borg ou Guillermo Vilas, qu'il avait du reste photographiés.

Toujours partant pour de nouvelles expériences, André Crudo avait également tenu de petits rôles au cinéma, et fait de la figuration dans plusieurs films, dont Quai d'Orsay, de Bertrand Tavernier, où il incarnait un député sur les bancs de l'Assemblée nationale. Un grand monsieur qui avait fêté ses 80 ans en avril dernier…

Clara MARGAUX

À découvrir

Sur le même thème