France Dimanche > Actualités > Jacques Dutronc : Les terribles accusations de son fils !

Actualités

Jacques Dutronc : Les terribles accusations de son fils !

Publié le 17 juin 2015

À 41 ans, � Thomas � vole désormais de ses propres ailes et ne mâche pas ses mots pour révéler ce qu’il a sur le cœur à propos de son père Jacques Dutronc.

Il y a tant à dire sur les enfants de stars ! Pas facile pour ces rejetons de devoir honorer coûte que coûte un nom déjà pourvu d’une extraordinaire réputation… Nul doute que le chemin que ces « fils et filles de » doivent emprunter pour imposer leur prénom est pavé d’écueils. Et il est rare que l’union de deux personnes célèbres donne naissance à un individu sain, heureux, bien dans ses baskets.

On pensait que c’était le cas de Thomas, fils de Jacques Dutronc et de Françoise Hardy, un duo qui avait largement de quoi donner naissance à un être singulier, pour ne pas dire excentrique !

Et jusqu’aux récentes déclarations du jeune chanteur dans les colonnes de VSD, il était permis d’y croire tant le beau Thomas paraissait mesuré, bref… solide ! Et puis, il y a quelques jours, patatras ! Le mythe s’est effondré… Le musicien, comme s’il avait trop souvent gardé ce poids sur le cœur, n’a pas pu retenir son cri.

Jacques Dutronc au cigare--> Voir aussi : Thomas Dutronc : Largué !

Il n’est un secret pour personne que Jacques Dutronc, s’il aime les filles, est aussi un bon vivant. Cette vie de plaisirs fait partie du personnage. Il ne s’en cache pas, et les journalistes qui le rencontrent se délectent de ses anecdotes, d’autant plus qu’il les distille souvent devant de bons plats et de bonnes bouteilles.

« Pendant vingt ans, j’ai tourné à l’alcool de poire, à raison d’une bouteille tous les soirs en plus du reste, révélait-il en mai dernier à nos confrères de GQ. Puis, j’ai arrêté. […] Je reste au vin désormais. Fini les alcools forts. » Dont acte, Jacques, seulement du vin, dites-vous ?

Mais pourquoi diable racontiez-vous alors dans une interview, quelques semaines plus tôt, que vous « carburez » aussi à la bière ! « J’ai diminué la taille de mes fûts, expliquait-il en mars au Parisien, mais j’en bois toujours une à 11 h 30 avec mes chats… »

--> Voir aussi : Françoise Hardy : “Mon fils m’a sauvé la vie !”

Le mois précédent, en pleine préparation d’un nouvel album, c’est un journaliste du Figaro qu’il régalait de ses croustillants récits et de gouleyants verres de bordeaux. Devant notre confrère, il s’était remémoré l’un de ses grands exploits éthyliques : huit bouteilles de champagne bues avec un journaliste venu lui rendre visite !

Et Thomas dans tout ça ? « Je ne sais pas comment j’ai réussi à être équilibré avec les parents fous que j’ai eus ! » plaisante l’artiste qui fête ses 42 ans ce 16 juin. Simple boutade ou malaise plus profond ? Ses révélations, il y a quelques jours dans VSD, semblent accréditer la seconde hypothèse…

Dans cet entretien, il commence par ironiser sur le fait que Jacques Dutronc ne lui a pas appris la musique : « Il ne jouait jamais ! déplore-t-il. J’ai dû le voir composer une fois quand j’avais 15-16 ans. […] J’ai attendu longtemps avant qu’il me montre des plans ! Et encore, je les attends toujours, ses “conseils” : “J’ai pas de conseils à te donner. Écoute la radio et fais pareil”. » À la lecture de ces lignes, on voit se dessiner la figure d’un Dutronc détaché des contingences, dandy décalé et dilettante, même quand il s’agit de son fils.

Jacques Dutronc concertCuites

Pourtant, aux dires de Thomas, il est des apprentissages que son papa n’a pas négligés. Connaissant le bonhomme, l’assertion semble des plus crédibles : alors qu’il était adolescent, le jeune Thomas a bu beaucoup d’alcool avec son père !

Les faits se déroulent à la fin des années 80. Thomas vient à peine d’avoir son bac lorsqu’il commence à « traîner » avec Jacques : « Tout d’un coup, lâche-t-il, c’est devenu les apéros, les restos avec les nouveaux copains et puis mon père. On allait dans sa maison de campagne, à Plaisir (Yvelines). On se marrait bien, on prenait des cuites, on faisait les cons. »

Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’ambiance qui régnait chez les Dutronc était festive et nous ne nous permettrons pas de juger le comportement pour le moins original du chef de famille… Si le fiston de Françoise Hardy ne semble pas avoir trop pâti de ces sessions alcoolisées, il avait en tout cas visiblement besoin de parler. Et cette confession s’achève sur une autre confidence, moins flatteuse pour papa…

Le jeune musicien, au détour d’une question sur son géniteur, nous apprend que l’auteur des Cactus, Jacques Dutronc doit enregistrer le matin parce qu’« après l’apéro, c’est plus… difficile, disons » ! De quoi écorner un peu le mythe de la pittoresque figure paternelle…

Christian Morales

À découvrir