France Dimanche > Actualités > Jacques Legros : Il dévoile son passé coquin !

Actualités

Jacques Legros : Il dévoile son passé coquin !

Publié le 25 juillet 2018

Dans les années 70, Jacques Legros, le journaliste, joker de Jean-Pierre Pernaut, a rédigé des nouvelles érotiques pour un magazine.

Quand on le voit, sérieux et impliqué, tiré à quatre épingles, éternel joker de son confrère et néanmoins complice Jean-Pierre Pernaut au JT de TF1, rien n’indique que le journaliste ait un passé un peu chaud…

Certes, ceux qui s’intéressent à Jacques Legros savent que sa vie n’a pas été un long fleuve tranquille.

Il a en effet exercé plusieurs métiers et s’est frotté à diverses expressions artistiques, avant de trouver véritablement sa voie.

Dans sa jeunesse, il rêvait de devenir musicien, comme il le rappelle dans un portrait que lui consacre notre confrère Télé Loisirs.

« J’ai pu m’initier au saxophone et au clavier grâce à l’orchestre de l’harmonie municipale locale. Je jouais aussi dans un groupe de bal où j’ai perdu quelques inhibitions », a-t-il confié.

Spectaculaire

Sa détermination le poussera à quitter le foyer familial, juste après avoir non pas doublé mais triplé sa seconde !

C’est depuis un foyer pour jeunes travailleurs, à Lille, qu’il obtiendra son bac avec mention.

S’il a déjà publié quelques articles, entre autres pour La voix du Nord, il doit, arrivé à Paris, subvenir à ses besoins.

Qu’à cela ne tienne, comme il l’a confié, toujours à Télé Loisirs : c’est en vendant des caravanes et des camping-cars qu’il gagnera sa vie !

Ce travail ne sera pas le seul à lui rapporter de l’argent.

Jacques va aussi écrire des articles dans un magazine français, Détective, qui met en scène des faits divers de façon spectaculaire.

Mais ce n’est pas pour raconter ce genre d’histoires que le jeune homme est embauché.

On lui propose en effet d’écrire des mininouvelles pour une rubrique érotique !

Ce n’est peut-être pas ce à quoi il s’était préparé, mais qu’importe, Jacques ne va pas faire la fine bouche.

Écrire, il sait le faire, et il s’acquittera alors brillamment de sa nouvelle tâche.

Un travail qui le fait rire aujourd’hui, quand il y repense : « L’histoire d’un milliardaire qui changeait de maîtresse chaque jour… »

Depuis, et sans doute grâce à toutes ses expériences, Jacques Legros est devenu le journaliste que l’on connaît, fiable et très apprécié du public. 

Satisfait de son sort de remplaçant, toujours éclectique, passionné de vigne, il est aussi heureux d’avoir permis à son fils, Gabriel, 13 ans, de suivre des études de musique…

Laurence PARIS

À découvrir