France Dimanche > Actualités > Jacques Weber : Menacé par des enfants armés !

Actualités

Jacques Weber : Menacé par des enfants armés !

Publié le 11 septembre 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Alors qu'ils marchaient dans la rue, Jacques Weber et sa femme se sont soudain retrouvés avec des pistolets sur la tempe !

Après une longue absence des scènes de théâtre et des écrans pour cause de pandémie, il a de nouveau foulé les planches, dans Hugo au bistrot, une compilation savoureuse de textes du célèbre écrivain qu'il a lue du 27 juillet au 11 août dans le cadre du Festival de Ramatuelle…


Douloureux hasard de l'actualité, alors que la capitale du Liban vient de vivre une tragédie, Jacques Weber a publié le 20 août, aux éditions du Cherche midi, un livre intitulé Paris-Beyrouth. Un ouvrage passionnant dans lequel il raconte sa plongée imprévue et terrorisante dans les affres de la guerre qui a secoué le pays entre 1975 et 1990 !

Nous sommes en 1983, et l'acteur triomphe alors dans Cyrano de Bergerac, au théâtre Mogador, à Paris. Soudain, comble du malheur pour un comédien, il perd sa voix et se retrouve contraint d'interrompre les représentations. On lui propose alors d'aller tourner dans cette ville sacrifi ée durant deux mois Une vie suspendue, un fi lm de Jocelyne Saab, racontant une histoire d'amour entre deux rescapés de cette terre violentée. « On me dit que cela se fera en toute tranquillité car c'est la fin du confl it, vient d'expliquer l'artiste de 70 ans à Nice-Matin. En réalité, cette fin n'en fi nissait pas de finir, et donc j'ai tourné, pour la première fois de ma vie, dans un climat de guerre. J'ai découvert ce que pouvait être la peur physique, l'effroi, la mort en direct… »

Lui qui avait tant hésité à se lancer dans cette dangereuse aventure avait fi nalement accepté de partir et, du même coup, décidé d'emmener son épouse, Christine, avec lui. Mais à peine débarqué sur place, le couple se retrouve face à l'horreur : « Dès le soir même de mon arrivée, nous avons été menacés avec ma femme par des enfants armés jusqu'aux dents avec des pistolets sur la tempe. J'aurais pu repartir. Bizarrement je ne l'ai pas fait », a-t-il encore confi é à nos confrères. Deux mois durant, dans les grondements incessants provenant des montagnes, les tirs en rafales permanents et les joutes avec des kalachnikovs, le couple n'aura qu'une idée en tête : survivre…

Dans ce contexte exceptionnel, l'extinction de voix qui avait signé le départ de l'homme de théâtre pour le Liban, lui apparaîtra fi nalement comme un bien petit contretemps !

Clara MARGAUX

À découvrir