France Dimanche > Actualités > Jane Birkin : Elle dit tout sur sa première nuit avec Gainsbourg

Actualités

Jane Birkin : Elle dit tout sur sa première nuit avec Gainsbourg

Publié le 24 octobre 2008

Serge Gainsbourg et Jane Birkin se sont rencontrés en 1968, sur le tournage de Slogan ...» Telle est la version que l'on connaît, sur les amours du compositeur et de la chanteuse.

Derrière cette réalité apparemment banale pour des artistes, se dissimule une vérité bien plus cocasse. Au début de cette année, vous avez pu lire dans nos colonnes la version que donnait le réalisateur du film Slogan, Pierre Grimblat, de cette affaire.

Il avait fait se rencontrer « l'homme à la tête de chou » et la jeune Anglaise, afin qu'ils puissent travailler sur son film. Serge Gainsbourg ne parvenait pas à se faire à l'idée de donner la réplique à Jane, une parfaite inconnue, alors qu'il pensait jouer avec l'actrice Marisa Berenson ! Les rapports entre les deux comédiens étaient alors des plus tendus...

Mais la version de Pierre Grimblat est aujourd'hui complétée par celle de Jane Birkin qui, dans une interview accordée au Nouvel Observateur, nous offre une multitude de petits détails supplémentaires, non seulement sur le dîner qui leur a permis de mieux se connaître, mais aussi sur la longue nuit qui s'en est suivie !

->Voir aussi - Jane Birkin : Atteinte du même mal que Jacques Brel

Ce dîner était en réalité un coup monté, destiné à enterrer la hache de guerre entre les deux artistes. Le réalisateur s'était bien gardé d'y assister, laissant ses deux acteurs principaux en tête à tête. Visiblement, sa ruse a fonctionné. À un moment donné, Jane se souvient qu'elle a demandé à Serge de danser avec elle. « Il m'a marché sur les pieds. Ça m'a enchantée », dit-elle.

Commence alors une virée nocturne au cours de laquelle le musicien va faire découvrir Paris à sa partenaire. La tournée débute dans une boîte de jazz. Puis il entraîne Jane, alors âgée de 22 ans à peine, dans le quartier chaud de Paris. À Pigalle, ils se rendent chez Madame Arthur, où se produisent des artistes extravagants, « des hommes déguisés en poule ou en coq. Ils embrassaient Serge et l'appelaient Sergio », raconte Jane. Dans la rue aussi, on reconnaît le bonhomme. « Les putes lui disaient salut et il leur souriait. »

À l'aube, les deux noctambules se dirigent vers Les Halles. Là, ils se retrouvent face à des bouchers aux tabliers maculés de sang. Gainsbourg leur offre du champagne...

La nuit aurait pu s'arrêter là, puisque, en gentleman, Serge a proposé à Jane de la raccompagner chez elle. Mais c'était compter sans l'audace de la jeune femme, qui a préféré poursuivre cette aventure dans un hôtel, avec cet homme qu'elle traitait encore de « salaud » quelques jours auparavant...

« À la réception de l'hôtel, ils ont dit : Votre chambre habituelle, monsieur Gainsbourg ? Et je me suis dit : Merde, merde ! », explique-t-elle.

Aux yeux de l'impénitent coureur de jupons, Jane ne veut pas passer pour une fille facile. Serge va l'y aider. Sortant de la salle de bains, elle le retrouve endormi, affalé sur le lit ! Avant qu'il ne s'éveille, la comédienne quitte l'hôtel, afin d'aller acheter un disque, un tube de l'époque. Revenue dans la chambre, Jane Birkin glisse le disque entre les doigts de pieds de Gainsbourg, avant de rentrer chez elle...

« L'amour physique est sans issue », écrivait Gainsbarre. Cette nuit platonique sera la promesse d'une longue histoire d'amour !

Christian Morales

À découvrir