France Dimanche > Actualités > Jane Birkin : Inconsolable !

Actualités

Jane Birkin : Inconsolable !

Publié le 21 novembre 2014

Onze mois après la mort tragique de sa fille Kate, la chanteuse Jane Birkin, toujours aussi dévastée par le chagrin, est sortie de son silence.Onze mois après la mort tragique de sa fille Kate, la chanteuse Jane Birkin, toujours aussi dévastée par le chagrin, est sortie de son silence.

Elle voulait fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve, et il s'en est allé malgré tout. Il y a presque un an, le 11 décembre dernier, la fille aînée de Jane Birkin, Kate Barry, disparaissait tragiquement, après une chute du 4e étage de son immeuble. Elle avait 46 ans.

Aujourd'hui, Jane ne fuit pas. Ni son malheur ni son chagrin qui semblent ne plus jamais vouloir la quitter. Le temps, pour l'heure, semble n'avoir pas commencé son travail en adoucissant sa peine, comme si sa blessure à vif ne pouvait pas encore cicatriser.

C'est donc avec beaucoup de courage et de pudeur que Jane Birkin a accepté de rompre le silence et de se montrer telle qu'elle est aujourd'hui : brisée, dévastée même, au micro de Marie Drucker, sur RTL, le dimanche 16 novembre dernier, et d'évoquer sa fille, dont le souvenir ne cesse de la hanter.

->Voir aussi - Jane Birkin : Ses révélations sur Gainsbourg

Angoisse

« Ma chance c'était Kate, c'est avec Kate que je suis arrivée en France. Je ne me souviens même pas d'une époque où elle n'était pas là, c'est pour ça que c'est d'autant plus troublant de la dépasser maintenant qu'elle n'est plus là ».

De la « dépasser », c'est-à-dire de lui survivre, cette chose inconcevable pour un parent : être en vie alors que son enfant ne l'est plus. Pour Jane, les onze mois qu'elle vient de passer ont été insupportables, non seulement en raison de l'absence de l'être chéri, mais aussi à cause de ce que cette absence a apporté avec elle : la fin de sa foi en l'existence !

« C'est vrai que, quand on a touché le fond, s'installe une trouille monumentale [...] qui enlève toute croyance en soi », dit Jane. Sa perception des choses, de l'instant, de demain, a été profondément bouleversée par la disparition de sa fille, qu'elle était certaine de protéger : « Moi, j'étais absolument sûre que si j'étais là, rien n'arriverait, explique encore l'artiste. Que j'étais un roc. Que si on prenait l'avion avec moi on ne risquait rien... J'étais sûre de moi en fait. »

Désormais, c'est l'angoisse qui l'habite à chaque instant : « Maintenant, j'ai peur quand les enfants voyagent, quand Charlotte prend l'avion. » La malheureuse est si triste et désespérée, a tellement perdu ses repères, qu'elle explique ne même plus se sentir capable de « garder un petit enfant » ou de « faire quoi que ce soit » ! Depuis ces onze mois, elle n'a même pas réussi à se faire la cuisine !

Et aujourd'hui, en sachant combien Jane Birkin souffre, tout ce que l'on peut souhaiter, c'est que Jane puisse à nouveau, peu à peu, à son rythme, retrouver le goût de vivre. Pour ses enfants et ses petits-enfants, mais également pour tous ces Français qui ont adopté cette femme si attachante.

Laurence Paris

À découvrir