France Dimanche > Actualités > Jane Birkin : Sa fille Lou Doillon très inquiète à son sujet

Actualités

Jane Birkin : Sa fille Lou Doillon très inquiète à son sujet

Publié le 4 avril 2019

Cinq ans après le décès de sa sœur Kate Barry, Lou Doillon s’épouvante encore des réactions de sa mère Jane Birkin…

« Ma mère est un phénix convaincu qu’elle ne renaîtra jamais de ses cendres ». C’est par ces mots que Lou Doillon a évoqué l’état psychologique de Jane Birkin dans les colonnes de Vanity Fair en ce mois d’avril.

Celle qui a tenu a « cavaler dans l’autre sens que le reste de sa famille » garde un lien très fort avec la femme qui lui a donné la vie. A 36 ans, Lou Doillon la compte encore parmi ses piliers.  

Depuis quelques années pourtant, ce dernier tremble sous ses pieds. D’abord à cause du suicide de sa fille Kate Barry survenu en 2013, puis de son deuil insurmontable qui ne cesse de la hanter. « Ah, le manque de Kate... C'est curieux parce que cela fait cinq ans déjà et que le manque d'elle m'attrape constamment », confiait encore Jane Birkin à Vogue en décembre dernier. Il y a trois ans, l’ancienne compagne de Serge Gainsbourg vivait une nouvelle épreuve : sa leucémie qu’elle a combattu ardemment pendant dix-huit mois.


Alors lorsque « tout le monde » l’appelle en septembre 2018 pour lui dire « que [Jane Birkin] est mourante », Lou Doillon s’affole. Dans quelques minutes, sa mère doit interpréter « Alone in Babylon »  au théâtre du Palace à Paris pour un défilé Gucci. « Quand elle part […], elle est persuadée qu’elle ne s’en remettra pas. […] Je suis en panique. Elle arrive, elle me regarde. […] Elle a l’air d’un animal qu’on envoie à l’abattoir, je suis en sueur, je suis en colère contre tout le monde. », se remémore la demi de Charlotte Gainsbourg.

Pendant quinze minutes, Lou s’efforce de lui envoyer « tout l’amour du monde » d’un simple regard. « Je suis prête à mordre pour qu'on la sorte de là, confie la fille de Jacques Doillon. Et puis au moment où je ne me tiens plus, elle se lève et se met à chanter. Elle cloue littéralement tout le monde sur place. Et elle lève le bras vers moi, elle sourit, elle me dit que c'est grâce à moi qu'elle a tenu. C'est terrible, violent, flippant, des émotions tellement fortes. Et c'est très sincère, ce n'est pas un jeu ».

Un « jeu » non, mais des « montagnes russes » certainement...

Estelle LAURE

À découvrir