France Dimanche > Actualités > Jazmin Grace : La fille cachée d’Albert ne se cache plus !

Actualités

Jazmin Grace : La fille cachée d’Albert ne se cache plus !

Publié le 31 mars 2014

Reconnue par son père alors qu’elle venait de fêter ses 14 ans, la jeune femme, âgée aujourd’hui de 22 ans, a fait une � apparition � très remarquée à New York.

Cela aurait pu être une soirée à la gloire du cinéma, comme il s’en déroule presque chaque semaine à New York, semblable à toutes les autres. Et dans ce cas, vous n’en auriez jamais entendu parler. Que nous importe, à nous Français, que le magazine W ait réuni, le 12 mars dernier, une poignée d’acteurs et de réalisateurs, dans une grande salle new-yorkaise, sous l’égide de la firme Sony Pictures ? Rien, n’est-ce pas ? Et pourtant…

Pourtant, il s’est passé quelque chose d’incroyable, ce soir-là, un événement qui a immédiatement propagé ses ondes de choc bien au-delà de la « Grosse Pomme » et même des États-Unis, pour venir frapper l’Europe, et tout particulièrement la France. C’est l’apparition, sous les projecteurs et devant les objectifs, d’une jeune femme blonde, radieuse, à l’éclatant sourire, qui a tout déclenché. Bizarre, d’ailleurs, qu’un long murmure se soit soudain mis à parcourir l’assistance, dans la mesure où son visage était jusque-là inconnu de presque toute cette prestigieuse assemblée. Inconnu, pas tout à fait cependant. Ce sourire, ces yeux… ils rappelaient quelqu’un, mais qui ?

De toute façon ce ne sont ni ses traits ni sa silhouette qui ont enflammé les esprits : c’est son nom, ou plus exactement le nom de son père. Un père qui est non seulement européen, mais surtout prince… et même prince régnant. En effet, la jeune femme de 22 ans, qui est brusquement apparue en pleine lumière ce 12 mars, à New York, n’est rien de moins que la fille du prince Albert de Monaco !

Naturelle

Elle s’appelle Jazmin Grace, et ce deuxième prénom qu’elle porte dit déjà suffisamment à quelle lignée elle appartient ! Elle est ce que l’on appelait autrefois une « enfant de l’amour », c’est-à-dire née hors mariage, d’une liaison que son prince de père a eue avec sa mère, à l’été 1991, sur la Côte d’Azur : Tamara Rotolo, une jeune serveuse de pizzeria californienne, qui s’était offert des vacances en France. Résultat de cette idylle brève mais intense : la naissance d’une petite Jazmin, le 4 mars suivant ; une fille « naturelle », donc.

C’est pour cette raison que, très longtemps, son existence est restée soigneusement cachée, et que Jazmin a pu avoir une enfance et une adolescence comme n’importe quelle jeune Américaine. Ces années, elle les a passées à Palm Springs, en Californie, auprès de sa mère. Et qui donc, dix ans avant la rencontre de ses parents, avait choisi de venir célébrer leurs noces d’argent en cette même ville ? Le prince Rainier et la princesse Grace ! Certaines coïncidences sonnent comme un appel du destin.

Le destin… Celui de Jazmin Grace Rotolo a basculé le 1er juin 2006, alors qu’elle venait d’avoir 14 ans. Car, ce jour-là, Albert de Monaco, prince régnant depuis un an, reconnaissait officiellement être le père de l’adolescente. Elle devenait Jazmin Grace Grimaldi, nom prestigieux qu’elle n’a pas cessé de porter depuis, même si elle n’en a jamais profité pour tenter de faire parler d’elle.

Deux mois après cette reconnaissance, coup de théâtre : Jazmin venait, accompagnée par sa mère, passer ses premières vacances à Monaco, afin de faire mieux connaissance avec ce père célèbre dans le monde entier. Albert voulait absolument avoir de vrais rapports paternels avec cette fille qui était bel et bien la sienne. D’ailleurs, depuis que Jazmin est officiellement devenue une Grimaldi, le prince est passé pour elle à travers bien des sentiments que tous les pères connaissent, en particulier la fierté et l’angoisse.

Protégée

L’angoisse est venue la première. Albert est mieux placé que quiconque pour savoir comme il peut être lourd de grandir sans pouvoir jamais, un seul instant, se fondre dans la masse. Il connaissait aussi les risques de « pétage de plombs » que peut provoquer une célébrité trop soudaine, les tentations dangereuses auxquelles on est alors soumis. Et il redoutait que Jazmin ne puisse y faire face, si jamais cela devait se produire. Heureusement, sous la protection vigilante de sa mère, reconvertie dans l’immobilier, elle a prouvé qu’elle savait garder la tête froide : bon sang ne saurait mentir, n’est-ce pas ?

La fierté d’un père, à présent : Albert de Monaco a pleinement su ce que c’était vraiment un magnifique jour de juin 2010. C’était la remise des diplômes à la prestigieuse JSerra Catholic High School de Californie. Non seulement Jazmin Grace recevait le sien des mains du recteur, mais elle se voyait en outre décerner deux prix d’excellence, celui de la Faculté et celui des Beaux-Arts !

Très déçu de ne pouvoir être physiquement présent à l’école californienne, pour assister en direct au triomphe de sa fille, Albert s’est consolé en allant, le soir même, faire la fête au Jimmy’z, à Monaco ! Et, d’après ses proches qui l’entouraient ce soir-là, il rayonnait littéralement de fierté. Tout comme, l’autre soir, à New York, désormais en pleine lumière, rayonnait Jazmin Grace, digne descendante de la princesse dont elle porte le prénom.

Pierre-Marie Elstir

À découvrir