France Dimanche > Témoignages > "Je suis la Lady Gaga du Sud-Ouest"

Témoignages

"Je suis la Lady Gaga du Sud-Ouest"

Publié le 13 février 2012

georgine-brion-1

En utilisant deux ans avant la star un arrangement trouvé sur Internet, cette inconnue était loin de se douter qu'elle allait atteindre des sommets de popularité.

"Je n'imaginais vraiment pas que mon passage éclair, le 19 octobre, dans l'émission “La France a un incroyable talent“, sur M6, allait susciter une telle tempête sur Internet. Moi, la petite chanteuse de Montbrun-Bocage, je comptais juste montrer au public l'étendue de mes qualités d'interprète et de compositeur en présentant “Paulette tu pollues“, un morceau électro-techno humoristique, que j'ai créé avec Robert, mon mari, et des amis musiciens.

Georgine avec Robert

Je n'ai pas été sélectionnée pour la suite du jeu. Mais j'ai immédiatement remporté un énorme succès sur le Web. Des milliers d'internautes ont remarqué que ma chanson ressemblait à Judas, le tube mondial de Lady Gaga. Tous ces fans de la star américaine et de l'émission ont pensé que j'étais une plagiaire et se sont déchaînés contre moi. Ce fut vraiment terrible. J'en suis encore traumatisée, sous le choc. Des milliers d'internautes m'ont insultée sur des réseaux sociaux et des forums. Les plus virulents étaient les fans de Lady Gaga. Certains se sont même permis de se moquer de mon physique, d'écrire des commentaires moqueurs et à caractère sexuels.

Tout cela est vraiment injuste, car je n'ai pas pillé l'œuvre de la reine de la pop. J'avais simplement introduit dans mon morceau un arrangement musical gracieusement mis à la disposition de tous sur Internet, que Lady Gaga a également utilisé dans sa chanson. Or, comme je ne suis pas, loin s'en faut, autant diffusée sur les ondes que la star, la plupart des gens ont cru que c'était moi la copieuse.

Pourtant, “Paulette tu pollues“ a vu le jour près de deux ans avant la chanson de Lady Gaga. Nous l'avons même déposée à la Sacem en mars 2009 et, quelques mois plus tard, elle passait déjà sur le site de NRJ. Le disque, que j'ai produit, est sorti peu après.

Piquée au vif, j'ai décidé de rétablir la vérité et de laver mon honneur. Avec Robert, j'ai répondu aux messages de tous ces gens. Je leur ai expliqué ce qu'il en était. Beaucoup ont fini par comprendre et se sont excusés. Le président du fan-club américain de Lady Gaga m'a même contacté pour me demander “de bien vouloir pardonner à tous ces jeunes qui m'avaient injuriée à tort“.

Jusque-là, je ne connaissais Lady Gaga que de nom. Alors, du coup, je me suis intéressée à elle et à sa musique. Avec Robert, j'ai écouté “Judas“ avec beaucoup d'attention, et j'avoue que nous avons été très troublés par la ressemblance de cette chanson avec la mienne. Nous pensons qu'il n'est pas impossible que ses arrangeurs de Lady Gaga aient emprunté des passages de notre chanson pour créer la sienne. Du coup, de “spolieuse“, j'en suis devenue spoliée en quelque sorte. Robert s'est donc renseigné auprès d'un avocat, afin de savoir si nous pouvions faire valoir nos droits. Mais, dans la mesure où l'arrangement que nous utilisons toutes les deux était libre de droit, et que les parties qui nous auraient été “volées“ sont trop courtes, il paraît impossible d'obtenir gain de cause.

Georgine en répétition avec au piano son mari Robert

Au final, cela n'a pas vraiment d'importance pour la chanteuse du Sud-Ouest que je suis. Je m'en fiche ! Ce qui m'embêtait c'est que l'on me fasse passer pour quelqu'un de malhonnête, qui ne respecte pas les autres artistes. Toute cette affaire m'aura permis de faire le “buzz“ sur Internet, autrement dit, de me tailler une célébrité internationale.

Plus de 900 000 personnes ont déjà visionné sur la Toile mon passage à “La France a un incroyable talent !“  Quelques-unes ont même fait un montage présentant mon morceau avec celui de Lady Gaga. Et puis, du coup, ils s'intéressent à moi et écoutent aussi mes autres chansons dansantes, comme “Le football“, “Le train, c'est sympa quand tu le prends pas“, ou encore “Tonton tond le gazon“, qu'ils aiment particulièrement. Ils m'envoient également des messages d'encouragement et de soutien. Ça change des insultes.

Bien que n'ayant que 56 ans, j'aime me faire surnommer “La Mémé de l'électro“. Mais, aujourd'hui, de plus en plus de monde m'appelle “La Lady Gaga du Sud-Ouest“ .

Grâce à toute cette histoire, je reçois davantage de propositions. J'anime des troisièmes mi-temps de rugby dans la région toulousaine et beaucoup plus de clubs me sollicitent. Et puis j'ai découvert Lady Gaga, que je trouve très professionnelle. À présent, je ne désespère pas de la rencontrer. Et, si cela se produit je lui dirai sans rancune qu'il ne faut plus qu'elle me copie !"

À découvrir

Sur le même thème