France Dimanche > Actualités > Jean Dujardin : Piège à Hollywood

Actualités

Jean Dujardin : Piège à Hollywood

Publié le 10 février 2012

La censure des affiches du film "Les infidèles" fait grand bruit aux États-Unis. Certains prédisent même que cette polémique va coûter à l'acteur son Oscar pour "The Artist" !

« Shocking ! » « The Artist's actor shocks even France » (« Choquant ! » « L'acteur de The Artist choque même la France »)... C'est ainsi que le site du New York Post a traité, dans son édition du 3 février 2012, l'affaire des affiches du nouveau film Les infidèles, dans lequel Jean Dujardin, coréalisateur, joue le rôle d'un coureur de jupons invétéré.

Le site du journal américain rappelle ainsi que suite aux plaintes conjuguées de quatre femmes, les affiches de cette comédie sur l'adultère ont été purement et simplement retirées, le vendredi 3 février dernier. Motif : ces photomontages où l'on peut lire « Je rentre en réunion » et où l'on voit Jean Dujardin au milieu d'une paire de jambes qui se terminent par des escarpins vernis... Les plaignantes reprochent à ces affiches de « porter atteinte à l'image de la personne humaine, et en particulier celle de la femme ».

->Voir aussi - Jean Dujardin : "Tout ce que j'entreprends, c'est pour lui plaire"

Au-delà du mauvais goût, flagrant, de cette campagne du distributeur Mars films, c'est son caractère misogyne qui a outré ces dames. Si la polémique, qu'un célèbre agent d'acteurs parisiens qualifie de « tempête dans un verre d'eau », est assez limitée en France, elle pourrait avoir des effets bien plus graves aux États-Unis.

En effet, reprise et amplifiée par les sites du New York Times et du magazine Variety, et par le puissant journal de cinéma californien The Hollywood Reporter, l'affaire prend des proportions insoupçonnées à Hollywood, où la 84e cérémonie des Oscars doit avoir lieu le 26 février prochain. Car les Américains ne plaisantent pas avec la morale, et ce puritanisme est aussi de mise au sein du jury des célèbres récompenses.

On se souvient par exemple qu'en 1991, Gérard Depardieu, pressenti pour son rôle dans Cyrano de Bergerac, avait été « oublié », à cause d'un article du Time Magazine révélant qu'il avait participé à un viol collectif dans sa jeunesse.

Ironique

« Jean Dujardin n'a pas un passé aussi sulfureux, mais il risque fort de faire les frais de l'affaire Strauss-Kahn, qui a fortement marqué les esprits aux États-Unis. Depuis ce scandale, de nombreux Américains assimilent les Français à des obsédés sexuels », rapporte, un brin ironique, un journaliste du New York Times.

Pire, George Clooney, Brad Pitt et Gary Oldman, eux aussi nommés aux Oscars dans la catégorie du meilleur acteur, feraient discrètement jouer leurs réseaux pour que l'affaire s'envenime à Hollywood, afin de tenter de disqualifier l'acteur de The Artist qu'ils voient comme un rival.

Interrogé par Le Parisien, Jean Dujardin, qui vient d'engager un agent américain pour défendre ses intérêts, a avoué sa perplexité face à cette polémique : « Je ne comprends pas bien cette affaire, explique-t-il. Mais cela ne me perturbe pas outre mesure. Je précise simplement que ce ne sont pas mes jambes que l'on voit sur l'affiche. »

Cette pirouette humoristique de Jean Dujardin suffira-t- elle à désamorcer la polémique ? Réponse le dimanche 26 février prochain, lors de la fameuse remise des trophées...

Christian Narbrière

À découvrir