France Dimanche > Actualités > Jean-Jacques Bourdin : Ce drôle de jeu du "slip jaune" auquel il aurait participé…

Actualités

Jean-Jacques Bourdin : Ce drôle de jeu du "slip jaune" auquel il aurait participé…

Publié le 2 février 2022

.photos:cedric-perrin-/-bestimage

Le 11 janvier dernier, une plainte à l’encontre de Jean-Jacques Bourdin était déposée. Accusé d’agression sexuelle, il a depuis été écarté par le groupe Altice. Le journaliste sportif Dominique Grimaud a fait de nouvelles révélations qui n’aident pas son collègue, déjà bien dans la tourmente…

Samedi 29 janvier, le journaliste sportif français Dominique Grimault révélait dans les colonnes du Parisien un jeu auquel il aurait joué avec Jean-Jacques Bourdin, actuellement visé par une plainte pour tentative d’agression sexuelle. Ex-collaborateur du journaliste de BFMTV, Grimault qui connaît donc relativement bien Bourdin a dévoilé un drôle de jeu auquel il s’adonnait.


Il a d’abord défendu son confrère et avançait : « Qu’on l’écarte de l’antenne, ça me gêne pour lui. D’autant plus que la plainte vient neuf ans après. Si, maintenant, chacun doit fouiller dans son histoire… Je le vois mal séduire une femme autrement qu’avec ses atouts ». Lors de cet entretien, le journaliste sportif a aussi parlé de sa rencontre vers la fin des années 1970 avec Jean-Jacques Bourdin.

Il se rappelait qu’ils avaient partagé des moments lors de déplacements pour des événements sportifs et que l’époux d’Anne Nivat avait une habitude étonnante… En effet, il confiait que le journaliste de RMC s’adonnait à un concours de séduction avec deux autres collègues. Le concept de ce jeu baptisé « le Slip Jaune » ? Nommé ainsi en référence au maillot du Tour de France, « c’était à celui qui choperait le plus de nanas possibles sur le Tour ». Dominique Grimault avouait même qu’ « Il y avait aussi un Slip vert pour le plus rapide ». Cela dit, le journaliste sportif insistait : « Les filles étaient consentantes. Personne n’a été violé, jamais ».

Pour rappel, c’est le Parisien qui avait annoncé la nouvelle de la plainte déposée le mardi 11 janvier dernier au commissariat du XVIe arrondissement de Paris. La journaliste qui a souhaité garder l’anonymat affirme que lors d'un voyage professionnel en Corse, Jean-Jacques Bourdin lui aurait « saisi le cou » et qu’il aurait « rapproché son visage » du sien afin d’« essayer de [l’]embrasser à plusieurs reprises », en vain. Elle soulignait que bien qu’il n’y soit pas parvenu, Jean-Jaques Bourdin aurait affirmé qu’il obtient « toujours ce [qu’il] veut ». Les faits remonteraient à 2013 et la journaliste qualifiait cet acte de « menace de la part de quelqu’un qui avait un ascendant hiérarchique ».

Suite à cette plainte pour tentative d’agression sexuelle, la tête d’affiche de BFMTV et de RMC a depuis été écartée de l’antenne par le groupe Altice. « Jean-Jacques Bourdin, à la demande de la direction, se retire temporairement des antennes de BFMTV et de RMC. Cette décision a été prise pour ne pas porter préjudice au fonctionnement quotidien de BFMTV et de RMC. Ce retrait temporaire de l’antenne permettra d’éviter les instrumentalisations politiques et médiatiques de cette affaire », expliquait la direction dans un communiqué dévoilé le 23 janvier dernier. Le principal intéressé regrettait « la décision unilatérale du Groupe BFMTV et RMC de [le] retirer des antennes » et rappelait qu’il conteste les faits qui lui sont reprochés tout en déplorant l’idée, selon lui, « que le principe de présomption d’innocence soit ignoré ».

Kahina Boudjidj

À découvrir