France Dimanche > Actualités > Jean-Jacques Bourdin : Il va toucher le gros lot !

Actualités

Jean-Jacques Bourdin : Il va toucher le gros lot !

Publié le 22 juin 2022

.photos:christophe-clovis-/-bestimage

Le 17 juin dernier, le groupe Altice, propriétaire des chaînes de télévision RMC et BFMTV, annonçait « cesser toute collaboration » avec Jean-Jacques Bourdin. Heureux de cette décision, le journaliste pourrait toucher un sacré pactole.

Suspendu de l'antenne depuis le mois de janvier 2022 en raison de l'enquête en cours pour agressions sexuelles qui le vise, Jean-Jacques Bourdin ne réapparaîtra finalement pas sur RMC et BFMTV où il travaillait depuis 21 ans. L’époux d’Anne Nivat a toujours nié fermement les accusations qui portent sur lui et ce malgré plusieurs plaintes à son encontre.


En effet, le groupe Altice à qui appartiennent ces deux chaînes a fait savoir dans un communiqué de presse que le journaliste ne reviendrait pas à l’antenne. « En raison des événements intervenus et portés à la connaissance de la Direction au cours de l'année 2022, la Direction a décidé de mettre un terme au contrat de travail de Monsieur Jean-Jacques Bourdin et ainsi cesser toute collaboration », pouvait-on lire le 17 juin dernier.

Le principal intéressé a répondu sur Twitter suite à cette annonce qui semble-t-il sonnait comme une bonne nouvelle pour lui. « 21 ans de succès sur RMC, BFMTV, RMCD. Nous nous séparons, je suis tellement heureux d’être libéré, je repars pour de nouvelles aventures et je n’oublierai jamais celles et ceux qui m’ont accompagné… Vive le journalisme libre et indépendant !! », écrivait-il sur le réseau à l’oiseau bleu.

De son côté, Anne Nivat, son épouse, n’a pas non plus attendu pour, elle aussi, réagir à cette annonce. Elle confiait sur Twitter : « En ce beau mois de juin, ENFIN des bonnes nouvelles ! Quand la vérité a été rétablie, qu’on est LIBÉRÉ et qu’on va continuer ce qu’on aime avec ceux qui en valent la peine, sans se lester des autres, c’est que du bonheur ».

Se pose alors la question de la compensation financière suite à la cessation de toute collaboration entre le groupe Altice et Jean-Jacques Bourdin. Gilles Verdez annonçait sur le plateau de Cyril Hanouna que le journaliste va toucher une somme « très conséquente ». En effet, le chroniqueur de Touche pas à mon poste ajoutait que le montant pourrait même avoisiner les « 500 000 euros et ça pourrait être plus ». Il concluait en affirmant que « plus personne ne voulait travailler avec [Jean-Jacques Bourdin] » d'où la décision du groupe de mettre fin à toute collaboration.  

Kahina Boudjidj

À découvrir