France Dimanche > Actualités > Jean-Jacques Bourdin : Sa descente aux enfers !

Actualités

Jean-Jacques Bourdin : Sa descente aux enfers !

Publié le 12 août 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Série noire pour le journaliste Jean-Jacques Bourdin : retrait de permis, privé de matinale et en deuil…

C’est une période difficile que traverse actuellement l’un de nos journalistes de télévision et de radio les plus connus et les plus respectés… Comme si la période du confinement n’avait pas suffi à accabler le moral de Jean-Jacques Bourdin, il a fallu que le sort s’en mêle, poursuivant son œuvre de destruction, et le maintienne encore davantage face contre terre ! Cette descente aux enfers a commencé le dimanche 24 mai, alors que les longues semaines de réclusion que nous avons subies n’étaient pas encore tout à fait de l’histoire ancienne.


Ce jour-là, dans le Cantal, au volant de son Audi A6 Limousine, le célèbre intervieweur des politiques se retrouvait sous le coup d’une interpellation pour excès de vitesse, flashé à 186 km/h, au lieu des 130 autorisés sur l’autoroute A 75. Son véhicule avait alors été immobilisé et son permis de conduire confisqué par les policiers. Lorsque cette information avait été divulguée dans la presse, de nombreux Français avaient été choqués d’apprendre que non seulement celui qu’il voyait régulièrement à la télévision pousser ses interlocuteurs dans leurs derniers retranchements s’était permis de dépasser de beaucoup la vitesse autorisée, mais qu’en plus il enfreignait allégrement la limitation de déplacement des 100 kilomètres alors en vigueur à cause du Coronavirus. Le public, persuadé que Jean-Jacques s’était tout simplement octroyé un passe-droit pour se rendre dans le sud de la France, avait crié haut et fort à la honte et au scandale…

Des accusations qui n’ont pas manqué d’atteindre droit au cœur l’homme de médias de 71 ans mais qu’il n’a cependant pas commentées. Au lendemain de ces attaques, c’est Anne Nivat, l’épouse de l’animateur de la matinale de RMC, qui s’était empressée de le défendre, dévoilant les véritables causes de l’infraction au Code de la route commise par son homme : « Mon mari avait deux raisons valables : la première, rendre visite à sa mère mourante dans un Ehpad dans une ville du sud de la France et qu’il n’avait pas vue depuis deux mois. » Quant à la deuxième raison, la reporter de guerre avait expliqué qu’en tant que journaliste, son époux avait, tout comme elle, le droit de voyager au-delà des 100 kilomètres imposés durant le confinement. Une intervention acérée qui avait rapidement fait taire les mauvaises langues et rétabli la vérité…

Mais ce premier coup dur n’était que le début d’une épouvantable suite de malheurs qui allait s’acharner sur celui qui a commencé sa carrière dans les médias en 1976 en tant que reporter sportif à RTL et n’a, depuis, cessé de faire entendre sa voix à la télévision et à la radio. Car le 30 juin dernier, le couperet est tombé sur ce grand pro qui présente la matinale de RMC depuis 2001 ! C’est un communiqué de la chaîne qui a en effet indiqué : « À partir du lundi 24 août, Apolline de Malherbe prendra les commandes de la matinale de RMC et en simultané sur RMC Découverte, du lundi au vendredi, de 6 heures à 8 h 30. Elle sera la première femme à présenter une matinale info radio/TV en France. » Bien que la direction ait également précisé que Jean-Jacques Bourdin conserverait l’interview politique de 8 h 35. « Pour s’y consacrer, en vue de l’élection présidentielle de 2022 », le malheureux journaliste n’a malgré tout pas pu retenir sa peine à l’idée de devoir céder son fauteuil auquel il tenait tant.

Même s’il reconnaît sûrement que la journaliste de 40 ans, qui officie sur BFM TV depuis 2007 et sur RMC depuis 2013, possède toutes les qualités pour le remplacer, c’est la mort dans l’âme que le 10 juillet, il a rendu l’antenne pour la dernière fois. « Il y a de la tristesse, de l’émotion, a confié l’un de ses proches au Parisien. Mais Jean-Jacques n’aurait jamais arrêté spontanément. Il vit depuis vingt ans avec les auditeurs, avec son équipe, il est très attaché à tout ça… »

L’annonce de ce qui s’avère un véritable crève-cœur professionnel pour celui que les personnalités politiques redoutent tant aurait pu marquer la fin de ses tourments… Ces vacances d’été qui commençaient dans l’allégresse pour un certain nombre de Français, Jean-Jacques Bourdin aurait pu les considérer comme une trêve, un moment salutaire de retrait de la vie publique pour prendre de la distance d’avec le monde des médias…

Hélas, le 13 juillet, c’est un nouveau tourbillon de chagrin et de désespoir qui s’est abattu sur ce Cévenol très attaché à sa région ! Sa maman, Nicole, âgée de 91 ans, s’est éteinte dans cet Ehpad du Gard où elle résidait, et où justement, son fils se rendait à toute vitesse à la fin du mois de mai pour la voir une ultime fois… Aîné de cinq enfants, c’est avec ses frères et sœurs qu’il a accompagné sa mère jusqu’à sa dernière demeure, au cimetière d’Alès. En cette triste fin juillet, on imagine sans peine le tsunami d’émotions qui a envahi Jean-Jacques Bourdin, doublement touché par le deuil… Celui, terrible, d’avoir dû dire adieu à l’être qui lui a donné la vie, et cet autre, qui sonne la fin d’une époque heureuse et épanouie entièrement dévouée à son métier. Espérons que les quelques semaines estivales qui lui restent avant son retour à l’antenne lui seront plus douces que les précédentes…

Clara MARGAUX

À découvrir