France Dimanche > Actualités > Jean-Luc Delarue : Ses adieux déchirants à son père

Actualités

Jean-Luc Delarue : Ses adieux déchirants à son père

Publié le 19 février 2017

Le 1er février,  Jean-Claude Delarue  nous a remis, en exclusivité, les SMS confidentiels qu’il avait échangés avec son fils Jean-Luc Delarue les huit derniers mois de sa vie.

La veille de sa mort, Jean-Luc lui écrit : “Trop fatigué par le traitement pour te voir cette semaine, Papa. Je reviens vers toi. Je t’embrasse. Ton fils”
. Dans ces messages bouleversants, on découvre tout l’amour d’un homme pour son fils gravement malade.

Quatre ans et demi ont passé depuis la tragique disparition de Jean-Luc Delarue. Après tout ce temps, Jean-Claude, son père, ne semble pas avoir réussi à faire le deuil. C’est l’impression que nous avons eue lorsque, le 1er février dernier, nous l’avons rencontré à Paris.

->Voir aussi - Jean-Luc Delarue : Pour la première fois, sa veuve parle !

Laissant parler son cœur, il nous a en effet expliqué n’avoir toujours pas obtenu les réponses aux questions qu’il se pose depuis la disparition de son fils. Entre autres, pourquoi, alors que leurs relations, bien que tumultueuses, n’avaient jamais vraiment cessé, soudain, trois mois avant sa mort, Jean-Luc n’a plus voulu le voir.

Son intime conviction est que ceux qu’il appelle son « entourage physiquement très proche », en particulier sa veuve, Anissa, et son meilleur ami, Arnaud Gachy, désigné par l’animateur pour administrer les biens légués à son fils Jean, jusqu’à sa majorité, l’ont tenu à l’écart. Ce que la jeune femme a toujours contesté.

Étranger

Pour nous prouver qu’il entretenait bien une relation avec Jean-Luc, il nous a remis la liste des SMS échangés avec lui au cours des six derniers mois de sa vie. Un document bouleversant, que nous avons voulu partager avec vous. Voici quelques extraits de ces messages.

Le 24 janvier 2012, Jean-Claude Delarue écrit : « Salut ! Comment ça va ? Est-ce que tu penses que je peux passer cet après-midi ? Et à quelle heure ? Papa. » Réponse de Jean-Luc : « Demain, fin d’aprem, Papa. Je serai à la maison. Je finis ma 5e chimio. Tout roule bien. Je vais avoir sa peau ! » Trois jours plus tard, nouveau message de Jean-Claude : « Merci ! J’ai été TRÈS heureux de ce moment que nous avons passé ensemble tous les trois. Je vous embrasse. Papa » « Tous les trois » signifiant sans doute le père, le fils et Anissa.

->Voir aussi - Jean-Luc Delarue : Ses dernières confidences à Sophie Davant

Le 4 février, Jean-Claude demande : « Tu es rentré de l’hôpital ? » Jean-Luc répond : « Ça va, Papa, merci. Je me repose. J’ai une bonne semaine de boulot la semaine prochaine avant ma 6e chimio. Nous vous embrassons. » Le vous, c’est son père et sa compagne, Patricia. Le même jour, Jean-Claude, qui regarde souvent les rencontres de foot avec ses fils, envoie : « Toujours d’accord pour le match ? » (Il s’agit d’une partie du championnat de France de Ligue 1, PSG/Montpellier) Ce à quoi Jean-Luc répond : « Je t’ai envoyé un SMS à 15 h 20 pour te dire OUI !!! Je me réveille d’une sieste. »

Fin février, le 29, c’est un père rassuré qui écrit : « Bonsoir, mon fils. A. m’a donné des nouvelles encourageantes qui me font grand plaisir. Je t’embrasse très fort, et j’embrasse aussi A. qui est à tes côtés dans ton combat, et que je remercie de tout mon cœur. Ton Papa qui t’aime. »

Le 2 mai, il est question de la prochaine union entre Jean-Luc et Anissa qui aura lieu dix jours plus tard. « J’ai demandé si je pouvais dire à Élisabeth [la maman de Jean, ndlr] que je suis prêt à accompagner Jean [fils d’Élisabeth et de Jean-Luc, 6 ans à ce moment-là, ndlr] au mariage. […] Je t’embrasse et j’embrasse aussi ma future belle-fille », écrit Jean-Claude.

Six jours après les noces de Jean-Luc et d’Anissa, le 18 mai, Jean-Claude vient aux nouvelles, et lui dit qu’il attend « les photos avec impatience ». C’est signé : « Ton Papa qui t’aime. » Le lendemain, le ton des messages de Jean-Luc change soudain : « Bonsoir Papa. Peux-tu me rendre visite demain en fin d’après-midi ? Ton fils qui t’aime. » « Bien sûr, mon fils ». « Je suis à l’hôpital Beaujon. 100 bd du Général-Leclerc à Clichy. 16 h 30 ? L’heure te convient ? C’est au 11e étage. »

Le dimanche 20, Jean-Claude se rend au chevet de son fils. Il l’ignore, mais ce sera la dernière fois qu’il le verra. En effet, après cette visite, il appellera souvent Jean-Luc, lui enverra de nombreux messages, ne recevant en réponse que quelques textos. Jean-Claude pense que « l’entourage physiquement très proche » de son fils ne serait pas étranger à cet état de fait.

Ainsi, quand il tente de venir le voir, voici les messages qu’il reçoit :Le 23 mai : « Papa ! Toujours en convalescence pulmonaire. Je serai apte à discuter ce week-end. Bises ! » Le 26 mai : « Toujours K-O. Je te rappelle et t’embrasse bien fort. »Le 27, Jean-Claude écrit : « Je pense bien à toi, mon fils. Ton Papa qui t’aime. » Jean-Luc lui répond : « Papa, je suis en chimiothérapie. Beaucoup de soins, difficile de répondre. Je sors dans 2 jours. »

Le 6 juin, le fils écrit : « À nouveau hospitalisé. Pas la pêche pour l’instant. Je t’embrasse. » Le 12 juin, Jean-Claude, blessé de ne plus recevoir de message, s’inquiète : « Pas de nouvelles de toi, est-ce que je peux te parler en direct ? Je t’embrasse. Papa. » Son fils lui répond : « Le téléphone marche mal. Envoie un SMS. ». Le 24 juin, il écrit à Jean-Luc : « Comment réagis-tu à cette nouvelle chimio ? » Et il demande à le voir. L’animateur répond : « Semaine compliquée, mon Papa. On aura le temps en fin de semaine. Je t’embrasse. Ton fils. »

Le 16 août, Jean-Claude envoie un nouveau message à Jean-Luc, qui sonne comme un appel au secours : « Je ne t’ai pas vu depuis TRèS longtemps ! Est-ce que c’est maintenant possible ? J’aimerais beaucoup. Papa. » Le 22 août, veille de sa mort, Jean-Luc Delarue lui répond : « Trop fatigué par le traitement pour te voir cette semaine, Papa. Je reviens vers toi. Je t’embrasse. Ton fils. »

Ce sera l’ultime échange entre les deux hommes.

Laurence Paris

À découvrir

Sur le même thème