France Dimanche > Actualités > Jean-Luc Delarue : Ses parents racontent son calvaire !

Actualités

Jean-Luc Delarue : Ses parents racontent son calvaire !

Publié le 24 mars 2016

Les parents de Jean-Luc Delarue évoquent pour la première fois leur souffrance, trois ans et demi après la mort de leur fils à l’âge de 48 ans.

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé... Près de trois ans et demi après la mort de Jean-Luc Delarue, ses parents Jean-Claude Delarue et Maryse Rivoire, divorcés depuis de nombreuses années, se sont réunis pour le magazine Paris Match. Ils évoquent leur tristesse et racontent avec émotion les dernières années difficiles avec Jean-Luc Delarue.

Voir aussi --> Jean-Luc Delarue : Ses dernières confidences à Sophie Davant

Son père Jean-Claude Delarue évoque l’état de santé inquiétant de son fils, au moment de son mariage avec Anissa Delarue, soit trois mois avant son décès, en août 2012. « Mon fils était, au minimum, dans un état de très grande faiblesse. Le jour de son mariage, le 12 mai 2012, il ne pouvait pas me reconnaître à une distance de quelques mètres, tant il était épuisé. » Jean-Claude Delarue confie même avoir été laissé de côté pour revoir son fils lors de ses derniers instants. « Ensuite, malgré mon désir de le rencontrer, de lui parler, je ne recevais plus que des SMS. Dans un langage administratif qui ne lui correspondait pas. Lorsqu’on sait que des e-mails ont été envoyés depuis sa messagerie après sa mort, on est en droit de s’interroger sur ces SMS… Le vide a été fait autour de lui. Nous avons été écartés. »

La mère de Jean-Luc Delarue, Maryse Rivoire, se souvient du jour où elle a appris la mort de Jean-Luc Delarue. Un souvenir très douloureux pour elle. « C’est à Marseille, dans le hall de l’hôpital de la Timone, où il était soigné, que j’ai appris, par une affiche, la mort de mon fils. Sans avoir pu le revoir ni lui parler. Je sais dans quel état moral peut se trouver un être qui, jour après jour, est confronté à l’attente de la mort » témoigne sa mère Maryse Rivoire à l'hebdomadaire Paris Match.

Voir aussi --> Jean-Luc Delarue : Sa fortune au coeur d’une terrible bataille !

Pour Maryse Rivoire, la vie de Jean-Luc Delarue a totalement changé lors de sa séparation avec Elisabeth Bost et sa descente aux enfers dans la drogue. Le manque de dialogue avec son fils a beaucoup touché Maryse Rivoire, totalement abattue face au destin tragique de son fils. « A partir de sa séparation d’avec Elisabeth. Les cinq dernières années, quand il a sombré dans la drogue – à mon avis d’épuisement –, je lui répétais : “Tu vas dans le mur, arrête la télé, tu es trop fatigué.” Il m’envoyait balader. Alors, j’ai pris mes distances mais j’ai respecté. C’était sa vie. Mais réalisez-vous que je ne me suis rendu compte de rien ? Je voyais qu’il allait très mal, mais je n’ai compris qu’à la fin à quel point il se droguait ! On voyait qu’il délirait. C’était de plus en plus fou, de plus en plus haut, de plus en plus rapide, épuisant. Et je savais qu’il buvait. Mais il était impossible d’avoir un dialogue autour de ça. »

Le testament de Jean-Luc Delarue a été contesté par son ancienne épouse Elisabeth Bost. Elle reproche à son ex de ne pas avoir assez mis en avant leur fils Jean au profit d’Anissa Delarue, la dernière femme de l’animateur. Son ex-épouse a porté plainte mais a finalement perdu. Et Maryse Rivoire semble donner raison à son ancienne épouse, qui justifie un état critique pour justifier le contenu du testament. « Jean-Luc a écrit un testament, c’est un fait incontestable. Mais qui peut dire dans quel état de détresse il se trouvait, alors qu’il était presque totalement isolé de sa famille proche ? Il n’était plus lui-même. Quand on voit sa vie défiler… on peut faire n’importe quoi » explique Maryse Rivoire à Paris Match.

Voir aussi --> Affaire Jean-Luc Delarue : Elisabeth Bost condamnée à verser de l’argent à Anissa

Jean-Claude Delarue n'arrive pas à se remettre d'une chose : l’idée que son fils ait pensé qu’il le laissait tomber. Un sentiment amer qui ne le quitte pas. « Quand je lui téléphonais, il ne me répondait pas ou seulement par SMS. Je sais qu’il a douté de moi. Je reconnais avoir gardé le silence pendant un mois pour le faire réagir... mais qu’il ait pu penser que je l’avais abandonné est ce qui me révolte et me meurtrit le plus. »

Un témoignage poignant à retrouver dans le dernier numéro de Paris Match.

Cyril Coantiec

À découvrir

Sur le même thème