France Dimanche > Actualités > Jean-Luc Lahaye arrêté pour proposition licencieuse à une mineure de moins de 15 ans !

Actualités

Jean-Luc Lahaye arrêté pour proposition licencieuse à une mineure de moins de 15 ans !

Publié le 13 février 2015

Jean-Luc Lahaye a été arrêté mercredi 11 février pour "corruption de mineure" et "détention de fichiers pédopornographiques". Le chanteur de 62 ans devra se présenter devant le tribunal le 13 mars prochain.

"Oh Gamine, Gamine/Dés que je te touche/Que tu m'offres ta bouche câline/Oh oh j'ai peur". Le refrain de Gamine, composée en 1988 par Jean-Luc Lahaye, était déjà équivoque. Mercredi 11 février, l'enfant terrible de la chanson française a été arrêté par la police judiciaire  pour "corruption de mineure" et "détention de fichiers pédopornographiques", apprend-on de source judiciaire, confirmant une information de RTL. D'après la radio généraliste, le chanteur a été placé sous contrôle judiciaire et son audience devant le tribunal fixée au 13 mars 2015.

 L'enquête a mis en lumière des faits remontant à 2013. Jean-Luc Lahaye est soupçonné de corruption de mineure aggravée, proposition sexuelle à une mineure de moins de 15 ans par le biais de communication électronique, et détention d'images pédopornographiques. Pour ces chefs d'accusation, le chanteur encourt jusqu'à dix ans de prison et 1 million d'euros d'amende.

L'avocat de l'artiste a tenu à démentir la mise en examen de son client. "Son arrestation fait suite à une enquête à la suite d'un signalement par un réseau social sur lequel circulaient des informations suspectes et des images à caractère sexuel dont il était destinataire", a-t-il précisé dans un communiqué adressé à l'AFP ce vendredi 13 février. D'après le juriste, l'ordinateur de Jean-Luc a été analysé "par les services spécialisés et ne contient strictement aucune image de nature pédophile ou pornographique".

Jean-Luc Lahaye, abonné aux chroniques judiciaires

En 2007, Jean-Luc Lahaye avait été condamné à 10 000 euros d'amende pour avoir eu des relations sexuelles avec une jeune mineure. Celle-ci, 15 ans à l'époque des faits, avait accusé l'artiste de l'avoir violée à deux reprises. Les charges de relation sexuelle non consentie n'avaient pas été retenues.

En novembre 2014, l'artiste s'était confié dans l'émission "On ne parle que de ça". Il avait dénoncé son statut de "cible facile, puisque attiré par les lolitas". Dans un discours faisant froid dans le dos, le chanteur avait admis être "atteint d'un mal incurable" et qu'il "ne fallait pas essayer de lutter contre". "Il faut vivre avec. C'est une espèce d'adolescence qui sommeille en moi en permanence, et qui se réveille parfois, une rébellion permanente", avait-il ajouté. "Je peux comprendre que des gens soient choqués que je sois attiré par les plus jeunes que moi"

Dans une tentative de justification, Jean-Luc Lahaye avait poursuivi. "Le Seigneur m'a dédommagé de mon enfance difficile", avait-il estimé, insistant sur sa croyance profonde. "Quel honnête homme ne s'est jamais retourné vers une fille de 20 ans en matant sa silhouette ? Moi, je vais plus loin que mater, bien sûr. Si je peux séduire une jeune fille de 20 ans, je ne me gêne pas. Bien sûr ! C'est mon signe extérieur de jeunesse. C'est interdit ça ? Je ne suis pas le seul artiste à faire ça", avait-t-il longuement expliqué, avant de clore son argumentaire : "Je suis un garçon de la rue, je vis comme un loup, avec mon instinct, [...] et je me vois mal tenir les main d'une femme de mon âge dans la rue, par exemple, ou coucher avec. Je suis désolé !". Pas sûr que cette fois, des excuses suffisent devant le tribunal si le chanteur venait à être reconnu coupable.

Raphaël Marchal

À découvrir