France Dimanche > Actualités > Jean-Luc Lahaye : Condamné !

Actualités

Jean-Luc Lahaye : Condamné !

Publié le 28 mai 2015

Le 18 mai dernier, le verdict est tombé pour le chanteur Jean-Luc Lahaye de 62 ans : un an de prison avec sursis pour corruption de mineure !

« Quand on est atteint d’un mal incurable, il ne faut pas essayer de lutter contre, il faut vivre avec », confiait l’interprète de Femme que j’aime dans une interview donnée au Figaro en février dernier. Un « mal incurable » qui a valu à Jean-Luc Lahaye, le 18 mai, un an de prison avec sursis pour corruption de mineure !

Le chanteur de 62 ans  qui, bien avant l’annonce de son jugement, avait décidé de se retirer de la tournée Stars 80, était poursuivi par la justice pour avoir demandé à une jeune fille de 15 ans de s’adonner à des jeux sexuels par webcam interposée.

Si les juges ont estimé que l’artiste connaissait précisément la date de naissance de la demoiselle avec laquelle il s’entretenait sur Facebook entre mars et août 2013, ils n’ont toutefois pas retenu les chefs d’accusation « de proposition sexuelle à mineur de moins de 15 ans » et de « détention d’images pédoporno­graphiques de mineur de moins de 15 ans ».

Une décision dont se félicite l’un des avocats de l’artiste, maître Jean-Philippe Touati, qui a indiqué que c’était ce dernier motif qui « blessait le plus monsieur Jean-Luc Lahaye »…

Jeunes

C’est la deuxième fois que celui qui affirme « Je peux comprendre que les gens soient choqués que je sois attiré par les plus jeunes que moi » est jugé dans ce type d’affaires. En 2007, il avait déjà été condamné à 10 000 euros d’amende pour avoir eu des relations sexuelles avec une jeune fille mineure.

Celle-ci, âgée de 18 ans au moment du procès, l’avait accusé de l’avoir violée à deux reprises, alors qu’elle avait un peu moins de 15 ans. L’interprète de Papa chanteur avait alors admis avoir eu des rapports sexuels avec l’adolescente, les qualifiant de consentis…

Alors que ce verdict vient de tomber, l’artiste n’a pas encore révélé s’il ferait appel dans une affaire où plusieurs associations, « Innocence en danger », la « Fondation pour l’enfance » ou encore « La voix de l’enfant », se sont portées parties civiles…

En attendant, l’artiste avoue dans Le Parisien : « J’aurais dû être beaucoup plus vigilant. Je n’ai plus de compte Facebook, je n’en aurai plus jamais, et je vais désormais faire plus attention. Je demanderai la carte d’identité de toutes les femmes qui m’approchent. » Une étonnante façon de faire amende honorable…

Clara Margaux

À découvrir